Catégorie Carnet de bord

Toute l'actualité

"Ce n'est qu'un au revoir numérique..."

Chers lecteurs

Comme vous avez dû le constater, la fréquence de mes publications dans mon blog s'est considérablement ralentie ces derniers mois, non pas par manque d'intérêt ou de motivation mais plutôt par manque de temps et suite à une évolution dans mon envie de partager ma vie professionnelle, ma passion des Biotechnologies et la belle aventure Sup'Biotech, avec vous.

J'ai plus facilement des idées de mini-publications pour la page Facebook que j'ai ouverte au mois d'octobre 2014 (Vanessa Sup'Biotech), format qui me convient mieux aujourd'hui et passer par un réseau social me donne aussi une nouvelle dynamique.

J'ai pris beaucoup de plaisir à publier sur mon blog depuis sa création en 2008 et j'en garde une expérience enrichissante. Aujourd'hui, j'espère vous retrouver sur l'un des réseaux sociaux les plus connus...

A bientôt

Vanessa Proux

Rétrospective 2014 : partie 1 ?

A quelques heures du réveillon de la Saint Sylvestre, du gui, des 12 grains de raisin et... du changement d'année, plusieurs personnes prennent quelques instants pour faire le (ou les) bilan(s) de 2014 sur le plan personnel, professionnel ou sur les deux... Je vais me prêter à cet exercice pour Sup'Biotech et comme il se peut que, dans la spontanéité, j'oublie certains faits, je laisse une porte ouverte sur une éventuelle "partie 2 " à cette rétrospective !

- Janvier : soutenances de la 2ème classe du cursus entrepreneuriat avec le début de l'aventure Celescreen pour une future diplômée de la promotion 2014

- Février : je fête mes 10 ans de carrière à Sup'Biotech, le 16 février 2004, j'arrivai dans le groupe Ionis pour préparer la 1ère rentrée...

- Mars : le carnet rose de l'équipe s'agrandit...

- Avril : toute équipe professionnelle connaît des mouvements, arrivée de sang neuf dans le staff Sup'Biotech aux services des Relations Internationales et à la Direction Pédagogique. La collaboration de recherche avec le SEPIA du CEA de Fontenay aux Roses se développe. Festivités des 10 ans de Sup'Biotech avec d'une part, la soirée de Gala avec les anciens et le réseau professionnel et d'autre part, le challenge des "1000 questions" avec les étudiants sur le campus de Villejuif.

- Mai : Ouverture de l'atelier Biotech, le laboratoire expérimental des SBIP (Sup'Biotech Innovation Project)

- Juin : Une nouvelle page du carnet rose dans l'équipe... Remise officielle des diplômes de la promotion 2013 en grandes pompes à l'UNESCO où une fois de plus je lutte pour retenir mes larmes lors de mon discours. RDV annuel ds Biotechnologies du monde entier à la Convention BIO à San Diego en Californie.

- Juillet : La dynamique de la prochaine décennie continue de se mettre en place avec l'arrivée d'une nouvelle manager au service des Relations Entreprises. Sympathique barbecue de fin d'année avec les étudiants de 4ème année

- Août : Accueil des étudiants étrangers (Corée du sud et Tunisie) qui viennent effectuer leur 5ème année à Sup'Biotech

- Septembre : Accueil des nouveaux étudiants avec une grosse promotion en 1ère année et un groupe prometteur d'étudiants d'admission parallèle en 3ème année. Création d'une Direction du développement stratégique pour accompagner et soutenir les projets ambitieux de Sup'Biotech. Le tandem efficace d'étudiants de la Biotech.fr en font leur projet professionnel en créant la Biotech Group. Visite du campus de Villejuif pour la nouvelle équipe municipale.

- Octobre : Les cigognes ont cette fois-ci livré deux colis dans l'équipe :). Nouvelle conférence interprofessionnelle organisée par Sup'Biotech sur le thème "Biotechnologies à la française : un pari réussi ?".

- Novembre : Très belle mission professionnelle en Corée du sud pour étoffer notre portefeuille de partenariats universitaires : 5 universités visitées en une semaine, réparties dans 4 villes différentes. Lancement des campagnes de crowdfunding pour Anova plus et Watchfrog, 2 start-up de biotechnologies dans lesquelles sont fortement impliquées 2 diplômées. Création d'Aenydris Biotech portée par des diplômés de la promotion 2013 et issue de la 1ère classe du cursus entrepreneuriat.

- Décembre : colloque annuel du Technion France sur le thème passionnant du Big Data et colloque Insectinnov (Filière d'avenir ?) organisé par Adebiotech sur lesquels l'école a une nouvelle fois apporté son soutien.

Voilà ce qui me revient en tête pour cette rapide rétrospective :)

Bonnes fêtes !

Vanessa Proux

"Et maintenant une page Facebook..."

Cher(e)s lecteurs(rices)

Je ne suis pas satisfaite de mon rythme de publications sur mon blog, j'aimerais pouvoir me manifester plus souvent mais le temps joue contre moi :( Rédiger un article ne se fait pas en 5 min et l'inspiration n'est pas toujours au RDV. Au départ, j'avais ouvert ce blog pour faire découvrir et partager ma vie polyvalente à Sup'Biotech, projet qui me motive toujours autant, même 10 ans après !

J'ai donc décidé...non pas d'arrêter cette rubrique mais de créer une page Facebook (Vanessa Sup'Biotech) avec le même objectif, plus facile à atteindre puisque nous sommes souvent dans l'instant présent sur les réseaux sociaux et les exigences rédactionnelles sont amoindries. Nous pouvons faire un arrêt sur image de notre quotidien et le partager avec quelques mots et/ou photos. Concept qui me convient mieux dans mon hyperactivité...

J'ai ouvert ma page juste avant (fruit du hasard) mon évènement marquant de Novembre : un déplacement professionnel en Corée du Sud. En effet, suite à l'introduction d'un semestre d'études obligatoire dans une université étrangère pour les étudiants de Sup'Biotech, nous avions signé des conventions de partenariat académique avec deux universités coréennes : Chungnam National University (CNU) et Keimyung University. Au mois de juillet dernier, j'ai reçu une invitation de CNU pour intervenir au Forum des Présidents d'Université organisé par WTA (World Technopolis Association, rattachée à l'UNESCO) et qui se déroulait à Daejon (2h de train de Séoul) du 12 au 14 novembre. J'ai évidemment accepté cette invitation et je me suis également dit que ce serait non seulement l'occasion d'aller rendre visite à la quinzaine d'étudiants Sup'Biotech qui étaient en semestre international en Corée mais aussi d'aller à la rencontre d'autres universités coréennes pour signer de nouveaux partenariats... Résultat : le service des relations internationales (RI) de Sup'Biotech m'a organisé une véritable tournée des universités coréennes (5 universités à visiter en 5 jours et dans 4 villes différentes...). J'ai effectué le déplacement avec la responsable des RI et nos RDV, notamment dans les nouvelles universités, ont été très productifs... Nous allons pouvoir proposer prochainement un plus grand nombre de partenaires coréens pour le semestre d'études à l'étranger. Nous avons découvert des campus qui n'ont rien à envier aux universités américaines avec toutes les commodités sur place et des équipements technologiques dernier cri.

D'un point de vue plus personnel, j'ai adoré ce voyage en Corée surtout sur le plan humain : les coréens sont très accueillants, chaleureux et surtout pas stressés ! Par exemple, dans le métro de Séoul, les passagers sont calmes, l'ambiance est zen et la sécurité est là, à l'opposé de nos transports franciliens... J'avais eu l'occasion de découvrir le Japon il y a quelques années et j'avais eu un coup de coeur pour ce pays, je l'ai retrouvé avec la Corée du Sud avec l'avantage que c'est une destination moins touristique que le Japon et donc plus authentique...alliant aussi modernité et traditions (aperçu ci-dessous).

A bientôt

Vanessa Proux

13 novembre 2014 : Festival des Lanternes à Séoul

IMG_20141113_213710racc.jpg

Octobre riche en succès pour les Biotech et qui finit en beauté avec Enzynov

Pour une fois, je vais commencer mon article par la fin de mon titre... avec le colloque scientifique d'Adebiotech, Enzynov, qui a mis l'accent sur les applications industrielles des enzymes, actuelles et à venir. Même si certains étudiants ont eu la chance d'y participer, je regrette de ne pas avoir pu y assister d'autant plus que le colloque a commencé par une conférence hommage à Daniel Thomas, une grande référence des Biotechnologies blanches qui m'avait accueillie dans son service, le laboratoire de Technologie Enzymatique (LTE pour les initiés) de l'UTC pour mon doctorat et qui m'avait aussi fait l'honneur de présider mon jury de thèse. Bien que toujours très impliqué dans les milieux académiques et industriels et dans le pôle de compétitivité Industries & Agroressources (IAR), Daniel avait pu se libérer pour venir parler des Biotech blanches à mes étudiants, sans support visuel et très à l'aise à l'oral. Je revois encore les étudiants l'écouter les yeux grand ouverts, complétement captivés, buvant ses paroles et exprimant leur satisfaction sur la conférence par des applaudissements.

Il s'est passé tant d'évènements internes qu'externes sur les Biotech sur ce mois-ci que je crains d'en oublier !

Tout d'abord, à l'occasion des 10 ans de l'école, nous avons axé notre première conférence interprofessionnelle sur un état des lieux des Biotechnologies sur notre territoire avec un titre limite provocateur "Biotechnologies à la Française : un pari réussi ?" Au vu des interventions de qualité animées par Ernst & Young et Sofinnova Partners, de la présentation du Tour de France de la Biotech, superbe initiative menée, à l'époque, par 2 étudiants pour qui aujourd'hui l'aventure a pris une tournure entrepreneuriale, des dynamiques témoignages de 3 diplômés et des messages optimistes donnés aux étudiants par le patron du LFB, par le serial entrepreneur de Supersonic Imagine, par une spécialiste du recrutement scientifique de Kelly et par le directeur financier de Nanobiotix, je peux affirmer que la réponse est "OUI !" même s'il y a encore des axes d'amélioration comme la disponibilité de financements plus en aval du développement d'un bioproduit.

Quelques jours plus tard, Anova plus, jeune pousse des Biotech, cofondée par une diplômée de la promotion 2013 et qui développe un kit de diagnostic rapide de certaines maladies de la vigne, lançait sa campagne de crowdfunding sur la plateforme spécialisée "fundovino". Pour les amateurs de vin, je vous invite à visiter ce site de financement participatif et à soutenir Anova plus.

Les vacances de la Toussaint ont été également studieuses avec l'inauguration de Tweed, le nouveau centre de recherches de notre partenaire Nutriset dédié à l'ingénierie agro-alimentaire pour apporter un alimentation de qualité aux pays en voie de développement. Cela m'a valu un aller-retour express à Rouen dont je suis revenue emballée, d'une part par la conférence d'introduction sur les collectifs d'innovation et d'autre part, par les 5 ateliers de présentation du centre qui en font un lieu de recherche collaborative original et innovant à qui je souhaite beaucoup de succès.

Enfin, DBV Technologies qui développe notamment un patch de détection de l'allergie à l'arachide pour les enfant, a fait une brillante entrée sur le marché boursier américain, mettant à l'honneur les entreprises françaises du secteur.

A bientôt

Vanessa Proux

"L'école recommence..."

Cher(e)s lecteur(rice)s,

Même si je suis restée silencieuse au mois de juillet, ce n'était pas synonyme de vacances, bien au contraire. Ce premier mois d'été fut dense avec conseils de classe, révision des programmes, travaux d'aménagement estivaux et préparation de la rentrée avec, en prime, quelques moments fort agréables comme le barbecue de fin d'année avec les 4ème années que nous avons faits "durement" travailler presque jusqu'à fin juillet. Comme pour de nombreuses entreprises en France, le break a eu lieu au mois d'août avec une fermeture officielle de 2 semaines. L'école a réouvert ses portes après le 15 août pour d'une part, accueillir des petits nouveaux qui vont entrer directement en 2ème année mais qui avaient besoin de mises à niveaux en sciences de l'ingenieur et d'autre part, certains étudiants qui devaient encore passer les épreuves de la dernière chance pour valider leur année. La première rentrée a lieu demain matin, ce sont les Biotech 2 qui ont le plaisir de retrouver le chemin de Sup'Biotech en exclusivité ;).

J'attends avec impatience cette nouvelle année scolaire qui ouvre la 2ème décennie d'existence de l'école avec une équipe partiellement renouvelée de sang neuf et agrandie et d'ambitieux projets de développement tant que l'international que sur la recherche, sur l'ingénierie pédagogique et sur les partenariats entreprises et institutionnels.

J'ai également une pensée pour les étudiants de 3ème année qui vont vivre une belle expérience humaine en effectuant leur 1er semestre d'études dans une université étrangère partenaire (certains ont déjà commencé les cours comme au Mexique ou en Afrique du sud) et pour les 4ème années qui démarrent sur une pédagogie inductive en commençant leur année par leur stage.

A très bientôt pour les aventures de l'année 2014-2015 de Sup'Biotech.

Bien cordialement

Vanessa Proux

VacancesNormandes.jpgLes vacances sont déjà finies...

"Un petit bonjour de San Diego"

Cher(e)s lecteur(rice)s

Chaque année, il y a un évènement professionnel que je ne veux surtout pas manquer....Il s'agit de la Convention BIO , localisée aux Etats-Unis et qui vous permet de faire le Tour du Monde des Biotechnologies en 4 jours...C'est un salon complet avec à la fois des conférences technologiques et/ou économiques, des interviews de personnalités (cette année, Hillary Clinton et Richard Branson), des présentations d'entreprises du monde entier, une mini-exposition par pays au cours de laquelle vous pouvez faire connaissance avec les start-up et PME locales et une convention d'affaires pour monter des partenariats de recherche, des contrats de licences ou de prestations ou encore chercher des investisseurs pour développer votre projet Biotech. Le rythme est soutenu mais cela en vaut la peine.

Cette année, "médecine personnalisée", "thérapie cellulaire", "banques de données de santé" ou encore "bioénergies" ont été à l'honneur. Et pour fêter le 10ème anniversaire de Sup'Biotech, j'avais choisi de mettre l'école encore plus en avant en m'associant aux professionnels français des Biotechnologies sur le pavillon France (photo à l'appui). J'ai également eu l'agréable surprise d'y croiser un étudiant de 5ème année, l'un des cofondateurs de La Biotech.fr et participant du Tour de France de la Biotech, qui était justement venu présenter son documentaire à BIO avant de poursuivre sa tournée californienne à San Francisco quelques jours après.

Autour de BIO, figurent toujours des évènements "satellites" comme le "Fast Track R&D" organisé la veille par les pôles de compétivité français en lien avec les Biotechnologies (Medicen Paris Region, Eurobiomed, Lyon Biopôle, Alsace Biovalley...) et qui valorise des entreprises innovantes ou encore "l'International Cancer Cluster Showcase" au cours duquel j'ai eu un coup de coeur pour la société américaine BIOARRAY Therapeutics Inc. Celle-ci développe des tests de diagnostic permettant de prédire si un médicament donné va bien agir et être efficace sur une patiente atteinte d'un cancer du sein, un bel exemple de médecine personnalisée ! La PDG, M. V. Fournier a présenté avec dynamisme et passion les activités de BIOARRAY et a su transmettre sa motivation à l'auditoire.

Enfin, il y a des professionnels français que je ne croise qu'une fois par an, à BIO justement mais qui, tout au long de l'année, restent constants dans leur soutien envers Sup'Biotech, je les en remercie grandement, et d'autres que je vois plus souvent mais le fait de se retrouver à BIO, de l'autre côté de l'Atlantique, fait bien avancer certains projets en cours... Cette convention est aussi un "accélérateur de networking" !

A bientôt

Vanessa Proux

BIO2014_1racc.jpg

"Joyeux anniversaire Sup'Biotech ! "

Cher(e)s lecteurs(rices)

Comme vous le savez déjà puisque j'en ai parlé dans une note précédente, cette année, nous fêtons les 10 ans de Sup'Biotech et à cette occasion, je souhaite partager avec vous le discours que j'ai prononcé lors de la soirée d'anniversaire qui a lieu le 3 avril dernier avec les anciens, les équipes de Sup'Biotech et les partenaires. Ce fût une belle soirée, riche en émotions et en retrouvailles.

Bien cordialement

Vanessa Proux

"

Mr Le Président Directeur Géneral

Mrs Les Vice-Présidents

Cher Pr Tobelem

Chères anciennes, chers anciens

Chers collègues

Mesdames, messieurs

 

C'est avec grand plaisir que je partage et vis avec vous ce soir les 10 ans de Sup'Biotech.

Je vais commencer par vous raconter une belle histoire : la naissance de Sup'Biotech...

Dans les années 2000, fraîchement diplômée en génie biologique, je partis à la conquête du Graal : un poste de statutaire dans la Recherche Publique Française. Très rapidement, je compris que mon destin professionnel était probablement ailleurs. Convaincue que les compétences acquises durant mes études et mon doctorat, pouvaient être transposées et appliquées à d'autres métiers que la Recherche pure et dure, j'élargis vite mon terrain de prospection. C'est ainsi qu'en 2003 je rencontrais un grand groupe privé d'enseignement supérieur qui me présentât les prémices d'un projet pédagogique, innovant et professionnalisant en lien avec les Biotechnologies. Ce projet m'enthousiasma, j'eus la chance d'être choisie pour participer à cette belle aventure malgré mon jeune âge mais comme m'a dit Mr Bardèche à mon arrivée « A jeune école, jeune directrice ! Et puis, on résiste mieux au manque de sommeil quand on est jeune ! ».

Je m'investis dans ce challenge. Tout en montant en parallèle, le programme d'enseignement, l'équipe pédagogique, les incontournables formalités administratives d'ouverture d'école, je commençai à tisser les premières relations avec les entreprises pour convaincre les professionnels des Biotechnologies d'intégrer dans leurs équipes, quelques années plus tard, de jeunes talents. Je me lançai aussi dans le développement commercial de Sup'Biotech, ou devrai-je plutôt dire l'ISBP à l'époque et c'est ainsi que je fis mes premiers pas au Salon de l'Etudiant en mars 2004 avec une brochure jaune devenue aujourd'hui « collector ». Dans mes démarches pour  lancer Sup'Biotech , je recrutai les 35 étudiants pionniers qui me firent confiance et relevèrent eux aussi un challenge .

Tels furent les débuts de cette belle aventure. La création de Sup'Biotech, c'est également un travail d'équipe, petite pour commencer avec les premiers permanents et les premiers enseignants mais qui a grossi d'année en d'année pour atteindre aujourd'hui plus de 20 permanents et environ 120 enseignants et intervenants. Sup'Biotech représente une aventure riche en échanges, joies, rires mais aussi avec quelques doutes, parfois des désaccords sinon ce ne serait pas synonyme d'un esprit entrepreneurial, de la construction progressive d'école.

Et 10 ans, sont ainsi passés ! De la structure familiale des débuts, nous sommes passés avec fierté, à la grande école de Biotechnologies, reconnue de ses pairs et avec une communauté d'anciens qui sont les garants de son image dans le monde professionnel. Ce fut certes de longues heures de travail, des week-end et des nuits sacrifiés parfois mais quand on croit à un projet, j'estime qu'il faut y aller à fond et quand je vois les résultats, je suis fière du succès. Quelques exemples de succès et d'étapes - clés de ces 10 premières années :

-    20 septembre 2004 : 1ère rentrée pour les étudiants pionniers de la promotion 2009

-    2008 : premières conventions de partenariat avec des universités étrangères 

-    2009 : en septembre,  la première promotion arrive sur le marché du travail avec succès

-    2010 : rapprochement de la « Paris Biotech Vallée » avec la signature d'une convention avec l'association Cancer Campus

-    2012 :

o certification du titre d'Expert Niveau I (CNCP)

o accréditation de la formation par le pôle IAR

o obtention de la charte ERASMUS

Nous n'allons pas nous arrêter à ces succès, les Biotechnologies sont sans arrêt en mouvance, elles sont dans une dynamique ascendante et nous allons bien sûr les suivre, mais aussi les anticiper et surtout prendre de l'avance pour former  les cadres scientifiques de demain dont les entreprises ont besoin

10 ans c'est bien mais j'ai encore plusieurs projets pour la prochaine décennie de Sup'Biotech, croyez-moi chers collègues, nous n'allons pas nous ennuyer :

-    Accroître les effectifs étudiants. D'ailleurs, pour notre 10ème anniversaire, je constate déjà un engouement plus fort des lycéens et d'étudiants d'autres filières pour notre formation, signe annonciateur d'une rentrée 2014 avec des effectifs à la hauteur de nos ambitions de développement.

-    Faire de Sup'Biotech un véritable incubateur en accompagnant les projets de créations d'entreprises initiés par les étudiants et sur ce point, nous sommes déjà bien avancés ;

-    Devenir une référence en pédagogie dans les Biotechnologies grâce à une approche inductive, à nos projets innovants et au lancement de l'enseignement numérique

-    Positionner et faire reconnaître la Recherche faite à Sup'Biotech dans le paysage de la Recherche Française mais aussi Internationale

-    Continuer de développer les relations internationales en accueillant un plus grand nombre de partenaires étrangers

En définitive, ce que je souhaite, c'est que Sup'Biotech devienne « La Référence » pour les entreprises et pour les étudiants. Je remercie Mr Marc Sellam et Mr Fabrice Bardèche de m'avoir donné leur confiance  il y a 10 ans pour créer Sup'Biotech. Je remercie également toutes les parties prenantes qui contribuent au succès de Sup'Biotech et qui continuent de l'inventer pour demain :

-    Chères équipes, Chers collègues

-    Chers anciens

-    Chers étudiants

-    Les membres des Conseils d'Administration, de Perfectionnement et Scientifique et tous les professionnels qui nous font confiance.

Je vous souhaite un très bon anniversaire ! Merci."

"2014, une grande année en perspective..."

Cher(e)s lecteur(s)

Je tiens tout d'abord à vous souhaiter une belle et heureuse année 2014 avec une bonne santé pour vos proches et vous-même, la réalisation de vos projets les plus chers et du bonheur.

Pour SUP'BIOTECH, c'est une année marquante : celle de ses 10 ans ! Déjà 10 ans ! Le temps est passé si vite mais je n'oublie pas les premiers moments avec 3 permanents et 35 étudiants... J'ai d'ailleurs dans mes archives quelques clichés dits "collectors" que je conserve précieusement ;) J'ai bien l'intention de fêter dignement cet anniversaire aussi bien avec les anciens et les professionnels qui soutiennent l'école qu'avec les étudiants...Vous en saurez plus dans quelques mois.

En attendant, je vous fais partager un article que j'ai écrit pour le magazine Ionis Mag et dans lequel je prouve que la vie associative est loin d'être insignifiante dans la vie étudiante...

« La vie associative, incontournable et indispensable dans les études supérieures 

Quand un jeune se lance dans les études supérieures, il va d'abord penser aux enseignements qu'il va suivre, aux professeurs qu'il va rencontrer, aux examens qu'il va passer et il tente de visualiser comment tous ces épisodes lui apporteront un bagage solide pour décrocher une vie professionnelle enrichissante et stimulante. Il n'imagine pas forcément que participer et s'investir dans la vie associative de son école contribue aussi et de manière non négligeable à lui donner des atouts pour sa future carrière.

Des projets professionnalisants

En effet, à la vie associative sont liés les verbes suivants : organiser, animer, gérer, négocier, rebondir sur des imprévus, s'adapter... en plus de s'amuser. Ainsi, s'impliquer dans la préparation d'un événement étudiant tel que le gala annuel, le séminaire d'intégration ou encore un voyage humanitaire apporte  une satisfaction encore plus grande que d'y assister simplement parce que nous y récoltons non seulement les fruits de notre travail mais aussi les remerciements et la gratitude des participants. Pour s'assurer de la réussite d'un projet associatif, les étudiants l'appréhendent avec sérieux comme un projet professionnel « lambda » avec la création d'un cahier des charges, une répartition des tâches, l'élaboration d'un planning en prenant en compte les contraintes de chacun, le respect des délais et du budget alloué (souvent modeste et nécessitant une recherche de sponsors externes), le tout en veillant à préserver la cohésion de l'équipe organisatrice. Les outils et tâches évoqués ci-dessus font partie de la panoplie du « parfait manager » recherché par les employeurs.

Casser la routine et s'épanouir dans ce qu'on aime

Dans ce contexte, il paraît légitime de comparer une association étudiante à une mini-entreprise dans laquelle les étudiants s'épanouissent en pilotant des missions, qu'ils ont voulues, pour lesquelles ils sont motivés et que nous ne leur imposons pas, plutôt agréable comme expérience professionnelle ! Un autre avantage est que, comme les noyaux durs des équipes associatives changent tous les ans avec l'arrivée des nouveaux étudiants et le départ des diplômés, les projets et évènements peuvent ainsi se renouveler avec des idées venant de la créativité de chacun, évitant de tomber dans une routine des tâches et répondant plutôt bien aux attentes d'une génération habituée à la mise à disposition facilitée de toute sorte d'informations et à l'arrivée de nouvelles tendances avec les NTIC.

Un élément de différenciation
Par ailleurs, derrière chaque membre d'une association, se cache un citoyen qui respecte les règles et l'éthique de son groupe et connait les limites à ne pas dépasser afin de garantir la longévité et la notoriété de l'association qui vit grâce au soutien moral et financier de ses membres et qui rassemble d'autres citoyens au travers des évènements organisés par l'association. Et c'est parce que la vie associative apporte à ses membres un panel si complet de compétences aussi bien instrumentales que comportementales qu'elle intéresse tant les recruteurs et qu'il est essentiel de la valoriser sur un CV. En effet, pour un même poste, le profil technique et/ou expert visé peut-être issu de plusieurs formations bien distinctes et le recruteur se retrouve face à un nombre important de candidatures qu'il va devoir examiner de près. Il va alors plutôt se concentrer sur la recherche de différences entre les CV, certes fournies par les expériences de stages et/ou de semestres internationaux mais aussi par une implication dans une ou plusieurs associations étudiantes laissant entrevoir des qualités humaines chez le candidat, accompagnées d'un goût pour le relationnel et le challenge, profil plébiscité par les recruteurs quand ils savent très bien que la réussite d'un projet quel qu'il soit passe par la nature des hommes qui le pilotent.

La vie associative intégrée au cursus

Avec cette vision de la vie associative, j'ai naturellement œuvré avec mes équipes pour qu'elle devienne partie intégrante du projet pédagogique porté par Sup'Biotech en soutenant chaque nouveau projet de création d'association, en accompagnant la préparation des évènements et en les valorisant dès que l'occasion se présente auprès du monde professionnel et des collectivités. A l'aube du dixième anniversaire de Sup'Biotech, je dresse un bilan tout à fait satisfaisant de la vie associative qui contribue à véhiculer une belle image de l'école et fait partie des raisons pour lesquelles des lycéens et des étudiants envisagent de rejoindre Sup'Biotech à la rentrée suivante.

Des associations pour tous les goûts

En plus des associations traditionnelles mais incontournables telles que le Bureau des Etudiants, le Bureau des Sports, l'association musique ou l'antenne Sup'Biotech de la Mission Humanitaire Inter Grandes Ecoles  (MHIGE), nous avons aussi la chance d'avoir une association à vocation professionnelle comme SBConsult' qui propose les compétences de nos étudiants aux entreprises pour des missions ponctuelles et rémunérées, permettant à l'école d'élargir son réseau professionnel et aux étudiants d'acquérir une expérience supplémentaire aux stages. Nous avons aussi des associations à vocation scientifique et culinaire comme Cook & Lab, porte-parole de la gastronomie moléculaire et déjà plusieurs fois sollicitée par la Mairie de Villejuif pour effectuer des animations auprès des citoyens. Il y a aussi la petite dernière, le Bio Club, qui veut valoriser la biologie sous toutes ses formes au travers de conférences et d'ateliers pratiques... Une association à vocation culturelle telle que PETRI propose aux étudiants un programme dynamique de visites et sorties sur Paris, la dernière étant une participation à une « Zombie Walk » le 12 octobre... Enfin, une association autour du développement durable, Sup Bio Campus, déploie une approche originale et innovante pour faire des économies d'énergie et préserver l'environnement sur le campus et ses alentours. Je remercie également les associations que je n'ai pas citées mais qui comptent tant dans la vie de l'école

Alors, cher(e)s étudiant(e)s, je sais que l'équipe pédagogique est exigeante avec vous mais je me permets ce petit conseil : organisez-vous pour vous garder un peu de temps pour une activité associative, ne négligez pas cette partie de la vie étudiante, qui en plus d'étoffer vos compétences, vous laissera de beaux souvenirs d'échanges humains tout simplement."

Cordialement

Vanessa Proux

"Petits bonheurs pro..."

Rythme toujours aussi soutenu à Sup'Biotech, on ne s'ennuie pas au quotidien et on vit aussi des moments forts en satisfaction professionnelle quand :

- vous arrivez à mobiliser 5 anciens de 4 promotions différentes (sur 5 de sorties) pour qu'ils soient matinaux, viennent partager un petit déjeuner à 8h à l'école avec des étudiants de 2ème et 3ème année, qu'ils partagent leur expériences professionnelles avec ces derniers et qu'ils se remémorent avec plaisir des anecdotes de leur ancienne vie d'étudiant à Sup'Biotech ;

- la première édition du forum stages & emplois, le SB Career Fair, est un succès et 2 semaines après, vous apprenez qu'un diplômé de la dernière promotion sortie a déjà été recruté en CDI par l'une des entreprises exposantes du forum ;

- vous faites des suivis de stage en entreprise, vous vous rendez compte que les étudiants dont vous êtes la tutrice pédagogique, accomplissent un travail de qualité et sont évalués très positivement par leur tuteur entreprise et cerise sur le gâteau, vous apprenez qu'une diplômée de Sup'Biotech encadrant un des stagiaires que vous suivez, a été nommée DG de la start-up dans laquelle elle travaille ;

- vous arrivez à trouver de l'inspiration tandis que vous courez après le temps libre (et que vous rattrapez rarement) pour écrire un article sur les avantages de la vie associative dans la préparation de son projet professionnel pour le prochain Ionis Mag;

- vous constatez que la belle initiative entreprise par des étudiants de 5ème année (Tour de France filmé des Biotechnologies à vélo) fait du "buzz" dans le monde professionnel et reçoit même des compliments outre-Atlantique suite à une projection à Boston ;

- vous assistez aux présentations de 2 jeunes diplômées lors d'une conférence métiers à une journée Portes Ouvertes et vous les écoutez mettre en avant les compétences que leur a données Sup'Biotech et qui leur ont permis d'avoir des postes intéressants et enrichissants aujourd'hui ;

- vous recevez un ancien en RDV, qui vous propose de monter un partenariat avec sa société et de revenir donner des cours à Sup'Biotech

- vous êtes en copie d'un mail résumant des résultats expérimentaux, envoyé par une étudiante à une entreprise agro-alimentaire pour laquelle elle effectue un projet de R&D ;

- vous écoutez 2 étudiants vous présenter une nouvelle association qui a pour objectif de faire de votre campus, un campus vert dans l'ère du développement durable...

Bien cordialement

Vanessa Proux

Rentrée et Prochain colloque Adebiotech : BiomInnov

Chers lecteurs

J'espère que vous avez tous pu profiter d'une pause estivale pour vous ressourcer et recharger les batteries avant d'attaquer la période souvent intense de la rentrée avec ses bonnes et moins bonnes nouvelles (telles les impôts ;)). Pour ma part, ce fut une rentrée assez symbolique : déjà la 10ème depuis la création de l'école... Quand je prends le temps de me pencher sur le déroulé de ces 10 premières années et sur les résultats obtenus, j'avoue en tirer une grande satisfaction mais aussi fierté quand je vois ce que sont devenus les premiers diplômés. J'en ai d'ailleurs croisé certains très récemment qui sont passés de "l'autre côté" en devenant examinateur lors des soutenances de stages de fin d'études. Ils ont complétement joué le jeu en posant des questions très pertinentes aux étudiants, même s'il n'y a que quelques années qui les séparent !

Et ce n'est pas parce que nous en sommes à notre 10ème année d'existence que nous n'allons pas continuer  à apporter des nouveautés dans le programme... Pour cette nouvelle année, nous allons lancer : le projet Voltaire, de nouveaux TP, des séminaires en sciences humaines et sociales (incontournables quand on travaille dans les Biotech)...

Enfin, j'ai aussi le plaisir de vous annoncer le prochain colloque organisé par notre partenaire, Adebiotech :

BiomInnov : La biologie moléculaire appliquée à l'environnement et au
service de l'innovation industrielle organisé par Adebiotech en partenariat
avec le BRGM
.

La biologie moléculaire a connu ces dernières années une évolution
technologique qui lui permet d'offrir aujourd'hui de nombreuses applications
dans le domaine de l'environnement et des biotechnologies.

Ce colloque a pour objectif de dresser un panorama des avancées du savoir-faire
français et des attentes dans le domaine de la biologie moléculaire appliquée
aux domaines « sols et environnements profonds, eau et air » afin d'identifier
les besoins éventuels pour dynamiser/renforcer cette filière dans notre pays.


Ce colloque va rassembler des experts publics et privés des domaines sols,
air et eau.


Voici également le lien vers le programme du colloque : http://www.adebiotech.org/biominnov/



Pause estivale

Malgré l'arrivée du beau temps et la tentation d'aller en profiter dans une chaise longue, l'activité est restée dense à Sup'Biotech pour l'équipe administrative et pédagogique au mois de juillet ! Bouclages des années scolaires avec les conseils de classe, préparation du semestre international pour les 3ème années, accompagnement de la recherche de stage de quelques étudiants retardataires de 4ème année, atelier recherche 1er emploi pour la nouvelle promotion de 5ème année mais aussi travaux de rénovation sur le campus, réunions de brainstorming pour aborder efficacement la prochaine année scolaire, appel à inscriptions pour la SB Career Fair , suivi du Tour de France du duo de la Biotech.fr, signature d'un partenariat avec Creative Valley  ne représentent qu'un aperçu de nos occupations ce mois-ci. On ne s'ennuie jamais à Sup'Biotech !  J'ai aussi eu l'occasion de visiter une entreprise très innovante dans le domaine de l'environnement, Ennesys, qui développe en quelque sorte des murs ou toits végétaux, qui permettent de convertir l'énergie lumineuse en énergies chimique et thermique à partir de nos eaux usées. J'ai été épatée par ce procédé et je souhaite beaucoup de succès à cette entreprise qui, en plus, fait confiance à l'école en faisant appel à nos étudiants et diplômés. Je ne regrette pas d'avoir affronté la chaleur dans ma voiture non climatisée (respect de l'environnement oblige) pour me rendre à Nanterre ce jour-là...

Après toutes ces aventures, mes collègues et moi-même, nous nous apprêtons à prendre quelques jours de repos, que j'estime bien mérités,  dans le cadre des congés d'été et l'école fermera d'ailleurs ses portes du 5 au 16 août.

Je souhaite de bonnes vacances à ceux qui peuvent partir et un bon démarrage de semestre international aux étudiants qui ont déjà démarré leur 3ème année en Malaisie ou en Afrique du Sud...

A la rentrée

Vanessa Proux

Temps maussade en juin mais humeur au beau fixe !

Heureusement que je n'ai pas compté sur l'arrivée supposée de l'été pour garder le moral ! D'autres évènements ont continué à me donner le sourire ce mois-ci. Tout d'abord, la dynamique de notre programme de projets innovants (les fameux Sup'Biotech Innovation Projects dits "S.B.I.P")  et la 1ère édition du cursus entrepreneuriat ont porté leurs fruits avec la survenue d'une récompense officielle. Encouragés et soutenus par des professionnels, les étudiants de l'équipe  Tatoo-In ont soumis leur projet innovant dans le domaine de la cosmétique aux experts d'OSEO lors du concours de création d'entreprises innovantes 2013, catégorie Emergence. Et il y a 2 semaines, nous avons eu la joie d'apprendre que nos graines d'entrepreneurs étaient lauréats ! Le projet est prometteur certes mais leur prix repose également sur la qualité du travail fourni, leur savoir-être et leur talent à convaincre. A l'approche de la 1ère décennie de Sup'Biotech, j'avoue particulièrement apprécié cette récompense :).

Ce mois-ci, a aussi eu lieu la cérémonie officielle de remise des titres de la promotion 2012, la 4ème promotion de Sup'Biotech dans les prestigieux locaux de l'UNESCO. Ce fût, une fois de plus, un grand moment d'émotion et comme les années précédentes, plusieurs de mes collègues et diplômés avaient parié sur mes larmes lors de mon discours...Nous ne sommes pas d'accord sur le résultat : même si un gros sanglot dans la voix m'a pris lorsque j'allais dire ma dernière phrase, symbolique à mes yeux, j'estime ne pas avoir pleuré au sens propre... Ci-dessous, un extrait de mes paroles envers mes chers diplômés 2012 :

"

...cette cérémonie illustre la concrétisation d'un projet pédagogique ambitieux et stimulant dans lequel, vous diplômés de la promotion 2012, vous avez été les principaux acteurs. L'équipe pédagogique et moi-même, nous avons eu plusieurs objectifs pour vous :

-          Faire de vous des professionnels responsables, capables d'accompagner les profondes mutations inhérentes aux Biotechnologies et qui touchent des domaines toujours plus sensibles et plus vastes avec des enjeux qui vont au-delà du seul exercice de la science : santé, environnement, cosmétologie, agro-alimentaire, produits marins.

-          Vous accompagner, jeunes gens passionnés par les Sciences du Vivant et les Biotechnologies, dans la construction d'un projet professionnel épanouissant propre à chacun, en vous transmettant un ensemble adéquat de compétences génériques et spécifiques aux Biotechnologies.

-          Etre à votre écoute quand vous en aviez besoin et que vous aviez des questions sur les choix à faire durant votre cursus

-          Vous guider dans la consolidation de votre savoir-être parce que nous savons très bien que la réussite de tout projet passe avant tout par l'homme...

...Sup'Biotech, ce ne sont pas seulement des cours, des travaux pratiques, des projets, des examens, ce sont aussi des tranches de vie avec de nombreux échanges humains, le partage de moments forts, riches en émotions et en fiertés comme la première convention des SBIP ou votre départ en stage de fin d'études au cours duquel j'ai réalisé que c'était déjà fini, que vous quittiez les rangs de Sup'Biotech pour prendre une longue route, celle de la carrière professionnelle. Je tiens également à évoquer les séquences festives qui contribuent aussi à me faire aimer mon métier, comme les week-end d'intégration, le Gala, la livraison de crêpes au nutella dans mon bureau en tenue de vahiné ou encore la customisation de ma voiture avec un cosy sur le toit...

Maintenant, j'espère que nos liens vont perdurer et se pérenniser de manière qualitative, par exemple en vous croisant dans les évènements professionnels, lors d'une visite de stage pour un étudiant Sup'Biotech dans votre entreprise, à Villejuif pour témoigner devant les jeunes promotions auprès de qui vous êtes des exemples et des modèles. Vous représentez l'identité de Sup'Biotech vis-à-vis d'une part, du monde extérieur et d'autre part, des étudiants et grâce à vous, elle va se développer...

Merci également à tous les enseignants et intervenants professionnels de venir transmettre leurs compétences, leurs expériences mais aussi leurs valeurs humaines aux étudiants.

Merci aux entreprises, aux associations et aux laboratoires de recherche qui croient aux talents formés par Sup'Biotech en leur offrant des stages et des postes

Merci à Mr Christian Lajoux, Président Sanofi France, de nous avoir fait l'honneur de parrainer la promotion 2012.

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs les diplômés : ce n'est qu'un revoir,  je vous souhaite beaucoup de bonheur avec un bel équilibre personnel et professionnel et je suis fière de vous. A très bientôt..."

Finalement, je crois que je ne pourrai jamais faire la "blasée" lors de cetre cérémonie 

Bien cordialement

Vanessa Proux

Deux évènements coup de coeur : colloque ADEBIOTECH et Tour de France de la Biotech

Les actualités Biotech continuent de fuser et c'est bien agréable dans ce contexte économique et politique morose, que ce soit :

- en externe avec, par exemple, l'autorisation d'essais cliniques pour le coeur artificiel de Carmat ou encore l'établissement d'un partenariat entre DBV Technologies et Stallergenes ;

- en interne, avec l'accroissement de la popularité de notre association de cuisine moléculaire Cook and Lab (article dans le quotidien Le Parisien le 15 mai, animations lors d'un concours de cuisine organisée par la mairie de Villejuif ou lors d'ateliers dans des collèges de proximité), le lancement des projets innovants Biotech de la 2ème promotion du cursus entrepreneuriat et l'initiave prise par deux étudiants de 4ème année : La Biotech. fr et leur Tour de France.

Quelques précisions sur ce dernier projet : passionnés par les Biotechnologies, ces deux étudiants ont créé un site internet "La Biotech.fr" qui rassemble plusieurs actualités des Biotechnologies et sur lequel ils publient aussi leurs propres articles. Dans ce contexte, ils sont en train d'organiser un Tour de France de la Biotech à vélo au mois de juillet au cours duquel ils réaliseront des interviews de professionnels dans différentes villes françaises. Ces interviews seront ensuite intégrées dans un documentaire vidéo. Vous pouvez d'ailleurs leur apporter votre soutien si vous le souhaitez :"Tour de France de la Biotech" .

Enfin, Sup'Biotech a reconduit avec une grande motivation son partenariat avec l'association ADEBIOTECH sur le soutien de leurs colloques scientifiques. Le prochain colloque intitulé "REGINNOV" aura lieu les 28 et 29 mai sur le site de Biocitech et portera sur l'impact de la réglémentation sur l'innovation et la mise sur le marché des produits de santé, sujet extrêmement d'actualité.

Bien cordialement

Vanessa Proux

 

"Bluffée !"

Par mes étudiants pour :

- leur investissement et leur motivation à organiser et à modérer un débat passionnant sur le thème de "L'Innovation dans le renouveau industriel." avec Mr le Député JY Le Bouillonnec et le Pr JC Chermann, codécouvreur du virus du SIDA. D'ailleurs, j'ouvre une parenthèse à propos du Pr Chermann : je me suis depuis plongée dans l'ouvrage "Tout le monde doit connaître cette histoire." et seul le besoin de dormir m'a empêché de le lire d'une traite tellement qu'il m'a plu !

- leur entrain à animer la vie associative aussi bien auprès des étudiants (soirée "Entre deux saints" avec petit déjeuner de récupération :)) que des futurs éventuels étudiants (goûters Cook and Lab aux Journées Découverte)

- la démonstration de leurs compétences professionnelles lors des soutenances de stage de Biotech 4, en anglais de surcroît ;

- leur talent pour présenter leurs idées innovantes, notamment lors des présentations finales des projets du cursus Entrepreneuriat avec une mention spéciale pour l'équipe de Tatoo-in

Voilà les quelques exemples qui me viennent à l'esprit et j'en ai probablement oubliés

Merci à vous et continuez ainsi !

Bien cordialement

Vanessa Proux

 

 

 

"2013...."

Chers lecteurs,


Etant donné que nous avons pu tourner la page du calendrier du 21 décembre au 22 décembre 2012, je vous souhaite une belle année 2013 avec de nouvelles aventures passionnantes à vivre, de la réussite, des succès, des joies et satisfactions personnelles et une santé solide.

Pour ma part, je suis ravie que la fin du monde n'ait pas eu lieu : je trouve que la vie est un véritable cadeau et je souhaite en profiter un maximum. Et puis, j'ai l'impression que cette nouvelle année s'annonce intéressante et prometteuse pour les Biotechnologies : des introductions en bourse sont attendues pour certaines start-up et la semaine dernière, un article des Echos citaient 4 secteurs industriels qui ne seraient pas touchés par la crise. Parmi ceux-ci, figurent la pharmacie et l'agro-alimentaire, tous deux concernés par les Biotechnologies... Quant à Sup'Biotech, 2013 se présente comme une année dense en activités, projets et collaborations pour continuer de faire grandir l'école et entretenir ainsi le dynamisme qui lui est propre !

Bien cordialement

Vanessa Proux

RDV manqué en octobre !

Je me suis rendue compte que j'avais manqué mon RDV mensuel avec mon blog en octobre en ne postant pas de publication. Mais vous connaissez le dicton "Pas de nouvelles, bonnes nouvelles..." En effet, je n'ai pas vu passer le mois d'octobre et ce, malgré les vacances scolaires et la fête d'Halloween. Je considère cette hyperactivité comme quelque chose de positif pour Sup'Biotech et je n'imagine même pas qu'un jour Sup'Biotech puisse devenir "statique", sa dynamique est un facteur intrinsèque. Tout d'abord,la conférence interprofessionnelle "Bioproduction, quels besoins en 2020" a apporté une note d'optimisme en mettant en évidence que la France disposait d'un nombre suffisant d'infrastructures de bioproduction pour permettre le développement de la filière et que celle-ci allait avoir besoin de nouveaux collaborateurs prochainement. L'ouverture du nouveau laboratoire de TP de Sup'Biotech en mars dernier, dédié à la bioproduction,n'est donc pas une simple coïncidence... J'ai aussi apprécié d'entendre que la France présentait des atouts sur ses capacités de bioproduction à l'International et qu'elle était très compétitive à ce sujet. Par ailleurs, même si j'ai conscience que nous demandons à nos étudiants de gros efforts de travail personnel, je les encourage à étoffer leur curiosité intellectuelle en suivant les actualités générales mais aussi Biotech. C'est pourquoi je suis ravie quand j'apprends que certains étudiants prennent sur leur temps personnel pour s'impliquer et participer soit à des évènements socio-culturels/économiques tels que la Cité de la Réussite (20 et 21 octobre à la Sorbonne) ou les Assises du Vivant (fin novembre) soit à des compétitions internationales telles que iGEM organisé par le prestigieux MIT. Cerise sur le gâteau : les rencontres, lors de ces manifestations, avec des personnalités scientifiques ou industrielles, ne restent pas sans suite, de nouveaux projets sont en train de se monter... Je félicite les étudiants pour leur investissement. Quant à ceux qui ont rejoint l'équipe universitaire d'Evry pour concourir à iGEM, je leur adresse aussi toutes mes félicitations pour leurs brillants résultats qui leur ont permis de participer à la grande finale qui s'est déroulée à Boston et de vivre ainsi une expérience enrichissante et épanouissante. Enfin, je vois arriver avec intérêt une nouvelle forme de biologie qui se démocratise rapidement : la biologie de synthèse dite "2.0" soutenue par des associations telle que La Paillasse. Les perspectives d'application de la biologie de synthèse sont nombreuses et prometteuses et même si cette biologie nécessite d'être encadrée afin de respecter l'éthique et de ne pas tomber dans des situations complexes semblables à celles rencontrées sur les OGM ou encore sur les nanotechnologies, je suis convaincue qu'elle va prendre une place de plus en plus importante dans les Biotechnologies dans un futur proche. Bien cordialement Vanessa Proux

"De retour à l'école..."

Chers(e) lecteurs(rices),


J'ai refermé cette parenthèse enchantée de ma vie personnelle durant laquelle le mot bonheur était synonyme de mon quotidien, pour reprendre le chemin de Sup Biotech, faire ma 9ème rentrée et accueillir la promotion 2017... A mon retour, j'ai tout de même retrouvé mes collègues et les étudiants avec un certain plaisir et j'ai constaté que le rythme soutenu d'activités n'avait pas changé. Les nouvelles étaient bonnes :
- obtention de la charte Erasmus pour Sup'Biotech, ce qui va développer les envois d'étudiants chez nos voisins européens pour des semestres d'études ;
- succès croissant de la convention des SBIP (Sup'Biotech Innovation Project) avec sa 3ème édition, aussi bien auprès des étudiants qu'auprès des professionnels ;
- publication scientifique pour l'un des laboratoires de recherche, CellTechs ;
- recrutement du 1er doctorant de Sup'Biotech sur un sujet de bio-informatique ;
- lancement réussi du semestre international pour toute une promotion ;
- bilan satisfaisant de la 1ère année d'existence de l'association entreprises SB'Consult
- sortie de la 4ème promotion de Sup'Biotech (Déjà ! Le temps passe trop vite !) avec de premières perspectives d'insertion professionnelle encourageantes.
J'ai à peine eu le temps de savourer ces succès que me voilà replongée dans la dynamique de Sup'Biotech avec par exemple un programme chargé d'évènements professionnels pour le dernier trimestre 2012 : Forum formations du pôle IAR, colloque Adebiotech sur les peptides issus des procédés d'hydrolyse (1er et 2 octobre), B4B connection Biopharma Outsourcing, Transversales santé, convention Medicen , BIOFIT, colloque annuel du Technion...sans oublier la nouvelle conférence interprofessionnelle organisée par Sup'Biotech le 23 octobre prochain sur la Bioproduction (Quels besoins en 2020 ?).
J'espère que j'arriverai à garder un peu de temps pour vous raconter tout ça !
A bientôt

Vanessa Proux

"Interruption momentanée d'écriture..."

Chères lectrices, chers lecteurs,

vous avez dû constater un certain silence de ma part depuis plusieurs semaines...Mais je ne compte pas arrêter mon blog, je me suis en fait éloignée de l'école durant quelques temps pour raison personnelle (un indice : carnet rose...). Et même si mes collègues me donnent régulièrement des nouvelles de Sup'Biotech et des étudiants et si je continue à suivre les grandes actualités des Biotechnologies comme le déroulement du concours national de création d'entreprises innovantes d'OSEO, les assemblées générales des pôles de compétitivité Medicen et Industries Agro-Ressources, je ne reprendrai le "chemin des écoliers" que durant la 2nde quinzaine de juillet :).

A bientôt

Vanessa Proux

La BIORAFFINERIE à l'honneur avec ADEBIOTECH le 27 mars

Pour rappel, les nombreux produits et procédés issus des Biotechnologies se répartissent entre plusieurs familles baptisées avec des noms de couleurs : rouges (Santé, Médical), bleues (ressources marines), blanches (industrielles)...
Même si les Biotechnologies rouges sont encore le plus souvent à la une des actualités technologiques et scientifiques, les Biotechnologies blanches connaissent un beau développement.
Convaincue du potentiel des Biotechnologies blanches, j'ai renouvelé avec plaisir le partenariat de Sup'Biotech avec Adebiotech sur le programme 2012 de leurs colloques scientifiques et économiques. Le prochain évènement qui aura lieu le lundi 27 mars au parc Biocitech, porte sur la Bioraffinerie (valorisation de la plante entière) et les possibilités d'étendre ce concept aux sous-produits de l'industrie et de l'environnement.
En s'associant avec des experts du domaine : l'ARD, le pôle IAR et Veolia Environnement, Adebiotech propose un programme complet sur le sujet avec des études de cas dans tous les domaines concernés intégrant les aspects réglementaires et les enjeux des activités urbaines et industrielles.

Plus d'informations sur : http://adebiotech.org/colloque_bioraffineries/


Je souhaite que ce colloque soit enrichissant et instructif pour tous ceux qui pourront y assister.

Bien cordialement
Vanessa Proux

" A vos agendas pour la prochaine soirée InterBiotech, évènement coup de coeur "

Prochaine soirée InterBiotech - 14 mars 2012 à partir de 18h30 - Paris " Quelles perspectives et opportunités de business Outre-Atlantique ? " Inscrivez vous à event@interbiotech.com

- Bilan biotech/pharma aux Etats-Unis ?
Jean-Marie VALLET, Fondateur & Président de Cyrma Consulting LLC, Conseiller du gouvernement Français au commerce extérieur (BOSTON, US)

- Comment votre entreprise doit préparer en pratique son entrée sur le marché américain ?
Marie-Alice DIBON, Fondateur & Président d'Alice Communications (SAN FRANCISCO, US )

- Exemple d'une entrée sur le marché américain
Alexandre TEMPLIER, Directeur associé, Quinten (PARIS)

Conférence-débat animé par Alexandra PRUVOT, Co fondateur InterBiotech (PARIS)

Lieu : Espace des Femmes, 35 rue de Jacob, 75006 Paris (métro St Germain des Près)

"Le printemps arrive ?"

Après un bref hiver, certes polaire où les doudounes, bonnets et gants ont été de sortie, plusieurs signes avant-coureurs annoncent déjà un printemps dynamique à Sup'Biotech :
 - les reconnaissances se succèdent : après l'obtention de la certification niveau 1 du titre d'Expert délivré par l'école au mois de janvier, nous avons eu la joie d'apprendre en février que le pôle de compétitivité à vocation mondiale, Industries Agro-Ressources (IAR),  avait labellisé notre formation, lui apportant ainsi un soutien formalisé. Sup'Biotech est membre du pôle IAR depuis un an, en effet, étant convaincue du potentiel des agro-ressources (céréales, plantes, bois...) dans les biotechnologies industrielles (production de biomolécules, synthèse de biomatériaux, biocarburants...), il m'avait semblé logique de solliciter l'adhésion de l'école  à ce pôle en pleine croissance. Le pôle IAR a, au moins, un petit plus par rapport aux autres pôles que je connais déjà : la mise en place d'un dispositif de labellisation des formations. Viser cette labellisation est un bel exercice de rigueur puisque le cahier des charges à satisfaire est aussi exigeant que pour une demande de reconnaissance académique.
- Le ballet des évènements interprofessionnels reprend : conférence débat  de Sup'Biotech "Alimentation et Santé : l'étau se resserre", B4B Connection Bioproduction organisée par Buzz4Bio au Genopole, colloque Adebiotech/IAR/ARD/Veolia sur la Bioraffinerie (27 mars), Soirée InterBiotech 'Quelles perspectives et opportunités de business Outre-Atlantique ?" (14 mars), B4B Connections Biotechs Marines (28 mars) et Oncologie (23/24 mai), 3ème édition de la Convention des S.B.I.P (Sup'Biotech Innovation Projects, le 28 juin)...
- Chassé-croisé des étudiants de 3ème et de 4ème année sur le campus : les premiers partent faire leur premier stage professionnel tandis que les seconds reviennent de leur 2ème stage avec de nouvelles compétences et certains d'entre eux passent même le relais sur leur sujet à un étudiant de 3ème année
- Les étudiants de 2ème année préparent activement leur dossier de semestre international qui ouvrira leur 3ème année ; c'est la promotion pionnière pour le semestre d'études obligatoire dans une université étrangère.
- La plateforme technologique de Sup'Biotech s'agrandit avec l'ouverture prochaine d'un 3ème laboratoire de travaux pratiques, dédié à la bioproduction. Cette technologie est en plein développement en France comme en témoignent le centre de Bioproduction du Genopole, les activités du LFB ou encore la conversion du site Sanofi de Vitry sur seine en usine de bioproduction.Très fiers de notre nouveau laboratoire, nous avons même programmé une petite cérémonie d'inauguration avec quelques professionnels proches de l'école.

J'espère avoir d'autres bonnes nouvelles à vous faire partager lors de mon prochaine article.

Bien cordialement

Vanessa Proux

"La nouvelle année commence bien..."

Chères lectrice, chers lecteurs

Il n'est pas trop tard puisque la deadline pour cette démarche est le 31 janvier : je vous souhaite une très belle année 2012, qu'elle soit synonyme pour vous, d'une bonne santé, de nombreuses joies, de bonheurs partagés, de réussites pérennes, de succès et d'enrichissement personnel.

Pour Sup'Biotech, je ne vous cache pas que je suis particulièrement satisfaite de ce début de nouvelle année. En effet, j'ai le plaisir de vous annoncer la certification par l'Etat du titre d'Expert en Ingénierie des Biotechnologies délivré par Sup'Biotech. La CNCP (Commission Nationale de la Certification Professionnelle) vient d'homologuer le titre d'Expert de Sup'Biotech au plus haut niveau, le niveau I (bac +5 et plus) pour une durée de 3 ans. Cette information a été publiée au Journal Officiel du 19 janvier 2012. L'obtention de cette reconnaissance illustre le développement prometteur de l'école.

Bien cordialement
Vanessa Proux

"Anecdotes automnales"


Happée par le rush des rentrées scolaires, je viens de m'apercevoir que je n'avais pas été très bavarde ces derniers temps...

Malgré le contexte financier frileux, plusieurs nouvelles concernant le domaine des Biotechnologies m'ont fait garder le sourire :

- Dans un secteur où les PME innovantes dominent, la nouvelle révision du statut de la "Jeune Entreprise Innovante" (JEI) qui va permettre aux jeunes PME des Biotechnologies de bénéficier de nouveau de conditions fiscales intéressantes dans le cadre de la loi de Finances 2012 (plus d'informations sur le site de France Biotech).

- Dans le cadre du développement du biocluster Cancer Campus, l'ouverture de la pépinière d'entreprises de Biotechnologies, Villejuif Biopark, qui se situe à 50 m de Sup'Biotech dans la même rue, nous apporte de nouvelles perspectives de collaborations sur des stages, des projets innovants voire même des emplois pour les diplômés. En plus, sur les quatre premières entreprises résidentes, nous en connaissions déjà trois et la cérémonie d'ouverture de la pépinière nous a permis de faire connaissance avec la quatrième.

- En cette fin d'année civile, le calendrier des évènements interprofessionnels en lien avec les Biotechnologies est particulièrement chargé, reflétant ainsi le dynamisme du secteur. Quelques exemples de RDV qu'il ne fallait ou qu'il ne faut pas manquer : Pole Pharma meetings, les colloques Adebiotech, la convention Medicen, Bio-Entrepreneur 2011, le colloque annuel du Technion sur la médecine personnalisée, la remise des Grands Prix de l'Innovation 2011 de la Ville de Paris ou encore la 2ème édition du colloque Sciences de la Vie en société du Genopole et le Genoforum pour (re)découvrir les PME du Genopole.

- Les témoignages de deux jeunes diplômées de la promotion 2011 de Sup'Biotech face à de jeunes lycéens et leurs parents lors d'une Journée Portes Ouvertes (JPO). Je ne peux pas cacher que j'ai éprouvé une grande fierté en les écoutant présenter leur parcours depuis leur arrivée à Sup'Biotech il y a 5 ans jusqu'à aujourd'hui où elles occupent toutes les deux des postes à responsabilités. Le temps est passé si vite, je les revois encore comme si c'était hier, adolescentes encore hésitantes sur leur projet professionnel et pourtant, j'avais en face de moi lors de cette JPO, deux jeunes femmes déterminées, épanouies et ambitieuses.

Enfin, la réaction de joie jusqu'à en avoir les larmes aux yeux, d'une jeune fille candidate, lorsqu'elle a apprise de vive voix qu'elle était admise à Sup'Biotech, est une des raisons pour lesquelles j'aime mon métier.

Bien cordialement

Vanessa Proux

 

"Les évènements coup de coeur de la rentrée : colloques Adebiotech"


Cher(e)s Lect(rice)eurs

 Adebiotech.png

J'ai le plaisir de vous annoncer ci-dessous les deux prochains colloques organisés par notre partenaire Adebiotech :

1. "Des Biofilms, enjeux industriels", Colloque Adebiotech / Réseau National des Biofilms

JEUDI 13 OCTOBRE 2011, Parc Biocitech, Romainville

Au programme : biocorrosion, traitement de surface, contamination d'implants, bioremédiation, colmatage...Problématiques, sources d'enjeux scientifiques et industriels.

Contacts : 01 57 42 34 61 ou biofilms@adebiotech.org

 

2. "Des expositions de l'homme via son environnement : nouveaux outils et aide à la décision.", Colloque Adebiotech / INERIS

 

MARDI 15 et MERCREDI 16 NOVEMBRE 2011, Parc Biocitech, Romainville

"Les préoccupations croissantes concernant les expositions de l'Homme aux substances chimiques présentes dans son environnement nécéssitent le développement de nouvelles méthodes et outils de mesure et de modélisation dans le domaine santé-environnement. Les principaux enjeux dans ce domaine concernent notamment l'identification des contaminants chimiques dans leur environnement, l'étude de leur bioaccessibilité et la modélisation intégrée."

Contacts : 01 57 42 34 61 ou colloque@adebiotech.org

Plus d'informations sur www.adebiotech.org

En espérant avoir l'occasion de vous croiser à ces colloques, je vous souhaite une agréable lecture des programmes.

Bien cordialement

Vanessa Proux

"Et c'est reparti !"

pour une nouvelle année scolaire, qui j'en suis sûre, sera une fois de plus, riche en évènements intéressants, en rebondissements synonymes de challenges, en opportunités de collaborations, en projets innovants, en sentiments de fierté face aux réussites des étudiants...
Après une coupure estivale durant laquelle je me suis ressourcée dans l'un de mes départements de prédilection (je vous laisse deviner lequel sachant qu'il correspond au numéro 40...), j'ai, moi aussi, repris le chemin des écoliers. Et ce n'est pas parce que j'entame ma 8ème année à Sup'Biotech que je n'ai pas encore un peu le tract quand j'accueille les nouveaux étudiants lors des réunions de rentrée. Se retrouver seule face à 120 paires de yeux est finalement un excellent exercice pour les présentations orales :) Tandis que la promotion 2016 trouvait peu à peu ses marques sur le campus, la promotion 2011 quittait son statut d'étudiant pour celui de jeune actif. Pouvoir assister à quelques soutenances de stage de fin d'études de la promotion 2011 m'a permis de prendre des nouvelles en direct des perspectives professionnelles qui s'offraient aux nouveaux diplômés : postes de responsable qualité dans un groupe agro-alimentaire belge, de chargé de recherche dans un important centre de recherche spécialisé sur les maladies génétiques, de doctorant en biotechnologies marines ou encore de chargé d'études dans un cabinet de marketing tourné vers les sciences de la vie. Le cru 2011 s'annonce prometteur ....

Bonne rentrée à tous et à toutes

Cordialement
Vanessa Proux

"Météo au beau fixe..."

La météo n'a peut-être pas été clémente pour les vacanciers de Juillet, par contre elle continue à être au beau fixe pour les Biotechnologies Françaises. Parmi les dernières éclaircies, figurent d'une part, la signature de l'accord de licence le plus élevé conclu jusqu'à  ce jour entre un grand groupe pharmaceutique (Bristol-Myers Squibb) et la société biopharmaceutique marseillaise, Innate Pharma et d'autre part, la seconde vague de l'appel à projets "Santé et Biotechnologies" lancé par le gouvernement dans le cadre du programme "Investissements d'Avenir" et visant à contribuer au développement économique des Biotechnologies en France. J'ai aussi eu l'opportunité de prendre la température du secteur en me rendant à la "messe annuelle", la Convention BIO qui s'est déroulée cette année à Washington. Cet évènement interprofessionnel permet de faire le tour du monde des Biotechnologies, sans les heures de vol et les décalages horaires et de découvrir ainsi  les toutes dernières technologies issues des Sciences du Vivant et des PME à fort potentiel. Les bioparcs et bioclusters tels qu'Eurasanté, CapBioteck, Cancer Campus ou encore Genopole ont bien représenté le dynamisme de la bioindustrie sur le pavillon français de BIO. LyonBiotech, l'un des Instituts de Recherche Technologique (IRT) faisant justement partie du progarmme évoqué ci-dessus ("Investissements d'Avenir) a été mis sur le devant de la scène internationale dans le cadre d'une session de présentations dédiées aux vaccins.
Enfin, tandis que BIO rassemble des milliers de visiteurs tous les ans, j'ai eu l'agréable surprise d'y croiser, cette année, une des mes étudiantes, qui est venue à ce salon dans le cadre de son stage de fin d'études (qu'elle effectue au Canada). J'espère que ce déplacement professionnel a été aussi enrichissant pour elle qu'il ne l'est pour moi.

Mes collègues et moi-même, nous nous apprêtons à faire une coupure estivale dans nos activités à l'approche de la fermeture annuelle de l'école (du 6 au 21 août). Nous démarrerons ensuite une nouvelle année scolaire qui s'annonce, une fois de plus, dense en évènements et projets passionnants tels que la sortie de la 3ème promotion, le lancement de nouvelles associations étudiantes, la mise en place de collaborations sur des projets innovants, la prochaine conférence interprofessionnelle organisée par l'école sur la mise en réseau de la recherche française entre le public et le privé, de nouveaux accords internationaux.... Le site web et la brochure de Sup'Biotech vont également faire peau neuve ...

Chers lecteurs, je vous souhaite de très bonnes vacances.

Bien cordialement
Vanessa Proux

"Toujours autant d'émotions..."

Le samedi 18 juin 2011 a eu lieu la seconde cérémonie de remise des titres pour Sup'Biotech dans les prestigieux locaux de l'UNESCO. C'était au tour de la promotion 2010 qui est arrivée sur le marché du travail l'automne dernier. Comme j'avais déjà vécu une première cérémonie de ce genre l'année dernière, j'ai pensé naïvement que j'arriverais à "contrôler" mon émotion cette année... Eh bien, ce ne fut pas le cas et malgré ma voie tremblotante et les encouragements des diplômés, j'ai mis un peu plus de temps que prévu à lire mon discours...

"Mesdemoiselles, Mesdames,  Messieurs les diplômés,

Je ne trouve pas de qualificatifs pour décrire l'intensité de la fierté que j'éprouve aujourd'hui et que je souhaite partager avec vous. Cette cérémonie est pour moi bien plus qu'une remise de diplômes : elle symbolise l'avènement d'un projet pédagogique passionnant dans lequel, vous diplômés de la promotion 2010, vous avez eu  le premier rôle. En 2005, en relevant le défi d'intégrer une nouvelle école, vous avez accepté de rejoindre une trentaine d'étudiants pour agrandir la famille des pionniers de Sup'Biotech : quelle belle preuve du goût pour le challenge et du risque face à des collaborateurs, des directeurs et des recruteurs, dans des secteurs où l'innovation trouve toute sa place. Derrière cette création d'école, apparaissaient plusieurs objectifs :
-    Former, dans le secteur des biotechnologies, des experts capables d'accompagner les profondes mutations d'un monde en pleine expansion et touchant des domaines toujours plus sensibles et plus vastes avec des enjeux qui vont au delà du seul exercice de la science : santé, environnement, cosmétologie, agro-alimentaire, produits marins.
-    Répondre aux attentes des professionnels des Biotechnologies à la recherche de nouvelles compétences parmi les cadres scientifiques et d'autre part,
-    Accompagner des jeunes, tels que vous Chers Diplômés, passionnés par les Sciences du Vivant et les Biotechnologies, dans la construction d'un projet professionnel épanouissant propre à chacun, en vous transmettant un ensemble adéquat de compétences génériques et spécifiques aux Biotechnologies.
Je vous remercie ainsi de nous avoir fait confiance en rentrant à Sup'Biotech à ses débuts, je remercie aussi vos parents de vous avoir soutenu dans votre choix.

Les Biotechnologies sont actuellement en pôle position dans le développement économique qu'il soit national ou international. L'Europe affiche même sa croyance en ce secteur et son soutien en parlant de « Bio-économie » dans ses directives et en accordant des priorités aux Biotechnologies dans les programmes cadres. Des prouesses technologiques telles que la création d'une bactérie artificielle, la production de biocarburants, la fabrication de globules rouges dérivés de cellules souches et le démarrage des premiers essais cliniques également à partir des cellules souches illustrent la maturité des Biotechnologies et vous, diplômés de Sup'Biotech, vous contribuerez à assurer la pérennité de cette révolution technologique sur du long terme.

D'une structure familiale avec moins de 100 étudiants, nous sommes aujourd'hui passé à une organisation à grande échelle et ambitieuse. Ce changement de dimension, mes collègues et moi-même, nous l'avons aussi réalisé grâce à vous, chers diplômés. J'ai, notamment en tête, nos longues discussions sur le programme, les enseignements, les projets...Je resterai ainsi toujours nostalgique de l'époque des « débuts » riche en moments de complicité échangés. Je peux également évoquer les souvenirs plus festifs comme les soirées de Noël ou les week-end d'intégration durant lesquels nous avons eu des batailles acharnées avec comme seules armes de la mousse à raser et des choux à la crème...

Maintenant, mon plus grand souhait est que les liens, les échanges entre l'école et vous, jeunes diplômés, de Sup'Biotech, se poursuivent et se pérennisent de manière qualitative, en vous croisant dans les évènements professionnels, c'est d'ailleurs déjà arrivé et c'est avec une certaine fierté que je vous ai alors présenté à des connaissances professionnelles. La connexion entre Sup'Biotech et vous peut aussi s'établir dans votre entreprise lors d'une visite de stage pour un étudiant Sup'Biotech, à Villejuif (si, si j'arriverai à vous faire revenir..) pour faire une intervention, témoigner devant les jeunes promotions auprès de qui vous êtes des exemples et des modèles. Vous représentez l'identité de Sup'Biotech vis-à-vis du monde extérieur et surtout des jeunes bacheliers qui font le choix d'intégrer Sup'Biotech et grâce à vous, elle va se développer.

Je vais finir par une longue liste de remerciements : d'abord mes collègues, qui m'accompagnent au quotidien à Sup'Biotech et sans qui nous n'en serions pas là aujourd'hui : Thierry, Ludivine, Jennifer, Isabelle, Pierre, Agnès, Gavin, Arnaud, Jean-Yves, Estelle, Frank, Emilie, Agathe, Iman, Wedad ainsi que ceux et celles qui sont un peu plus loin géographiquement : toutes les équipes du groupe Ionis qui soutiennent le projet ainsi que Mr Marc Drillech.
Je remercie  Mr Masson et Mr Ordiali, que je pourrais surnommer affectueusement, « les hommes de l'ombre » et qui m'apportent une aide précieuse dans les relations institutionnelles.
Merci également à tous les enseignants et intervenants professionnels de venir transmettre leurs savoirs et leurs expériences aux étudiants.
Merci aux entreprises, aux associations et aux laboratoires de recherche qui font confiance à Sup'Biotech en prenant des stagiaires et en recrutant des diplômés.
Merci au Pr Gérard Tobelem, Président de l'EFS, de nous avoir fait l'honneur de parrainer la promotion 2010.
Et je réitère encore une fois mes remerciements à Mr Sellam et Mr Bardèche pour m'avoir confié la Direction de Sup'Biotech.

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs les diplômés : ce n'est qu'un revoir,  je vous souhaite beaucoup de bonheur avec un bel équilibre personnel et professionnel. A très bientôt."

Vanessa Proux


Photo souvenir...

IMG_7419red.jpg


Nouvel évènement scientifique Coup de Coeur...

Même si l'information arrive un peu tard, je tenais à vous faire part du prochain colloque scientifique organisé par notre partenaire, l'IFSBM (Institut de Formation Supérieure Biomédicale) : "Nanotechnologies : Applications Biomédicales".

Cet évènement a lieu le mercredi 25 mai 2011 à l' Espace Maurice Tubiana de l' IGR (Villejuif).  Vous trouverez ci-joint le programme de cette journée. ProgrammecolloqueIFSBM.pdf

Le panel d'intervenants est non seulement de grande qualité mais aussi à vocation internationale : Pr Patrick Couvreur (Université Paris Sud), Pr Joseph Zyss (ENS Cachan), Dr Florence Delie (université de Genève), Pr Simon Benita (The Hebrew University of Jerusalem) ...
D'autres renseignements sont accessibles sur le site web de l'IFSBM  ou du colloque.

Après le prestigieux évènement annuel de l'Association Technion France portant sur le monde à l'échelle du nanomètre qui a eu lieu en décembre dernier, l'IFSBM nous donne une nouvelle opportunité d'explorer le nanomonde en choisissant de mettre en avant les applications médicales.  C'est tout de même impressionnant : les nanotechnologies sont invisibles à l'oeil nu et pourtant, elles sont associées à des projets de grande envergure, voire révolutionnaires....

Bien cordialement
Vanessa Proux






"Une kyrielle de félicitations..."

Avec l'arrivée du printemps, le mois de mars a aussi vu venir une succession d'évènements culturels et/ou technologiques dans lesquels d'une part,  Sup'Biotech a trouvé naturellement sa place et d'autre part, les étudiants se sont faits brillamment remarqués entrainant une fois de plus l'apparition chez moi d'un sentiment de fierté. Cela devient une (excellente) habitude !

La saga a commencé par la participation de deux membres de l'association Cook & Lab (les cuisiniers « high tech » en herbe de l'école) aux 6èmes rencontres Sciences, Art et Cuisine parrainées par Hervé This, grâce à qui j'ai d'ailleurs introduit la gastronomie moléculaire à l'école. Ces rencontres sont en réalité un concours de cuisine et gastronomie moléculaires ouvert aux particuliers, collégiens et étudiants, de tous pays puisque cette année, des irlandais avaient fait le déplacement jusqu'à Paris pour la finale. Chaque année, un thème est donné pour guider le concours, l'édition 2011 a mis les sucres à l'honneur avec un titre séduisant pour tout biochimiste de cœur : « Osons les Oses ! ». Nos deux étudiants ont choisi d'étudier les propriétés physico-chimiques des sucres en fonction de la température. Il se sont ainsi lancés dans des manipulations délicates de différentes sortes de caramels et leurs efforts leur ont permis d'obtenir une très jolie sculpture de fruits et de caramels. Cette dernière les a conduits en finale et même s'ils n'ont pas remporté de prix, ils ont attiré l'attention du jury et ils peuvent être fiers de leurs travaux. Ayant été présente dans l'auditoire lors de la finale, je suis témoin de la qualité de leur prestation au vue de la taille réduite de leur équipe (deux...) et des ressources matérielles dont ils disposaient. Pour cette 1ère participation, Eva et Romain ont eu beaucoup de mérite et m'ont donné envie de leur apporter un plus grand soutien lors de leur prochaine participation en 2012.

Bien qu'étant parties en stage de fin d'études, deux étudiantes de 5ème années suivant le cursus marketing nous ont fait la surprise de nous apprendre qu'elles s'étaient inscrites au concours étudiant d'innovation cosmétique « U'Cosmetics ». Leur projet a conquis le jury leur offrant une place en finale à Guingamp. Notre binôme étudiant coaché par le directeur projets de Sup'Biotech est donc allé respirer le bon air breton pour présenter ses travaux. Ranesha et Julie n'ont finalement pas obtenu de prix mais l'essentiel était de participer et elles ont aussi eu la satisfaction de passer les premières sélections.  Au vue de leurs témoignages, je peux affirmer que ce concours leur a beaucoup apporté, qu'elles en sont revenues avec de beaux souvenirs et un carnet d'adresses un peu plus rempli... Persévérez mesdemoiselles !

Enfin, la 15ème édition du forum européen Innovact dédié à la Créativité Technologique et à l'Innovation a permis à une autre équipe étudiante de se démarquer en obtenant le prix coup de coeur du Jury des European Campus Awards. En effet, dans le cadre des Sup'Biotech Innovation Projects (S.B.I.P), certains étudiants ont eu une idée originale pour dépister des cancers à un stade précoce. Encouragés et soutenus par le directeur des SBIP, ils ont envoyé leur candidature aux European Campus Awards. Deux étudiantes de cette équipe projet sont allées représentées l'école à Reims lors de ce concours à l'aide d'un poster judicieusement préparé. Je regrette de ne pas avoir pu être présente lors de la remise des prix et de ne pas avoir vécu en direct l'agréable surprise d'entendre le nom de l'école et de nos deux charmantes nominées appelées sur le podium. Il me reste les séquences vidéo de ce moment inoubliable, diffusées sur youtube et dailymotion pour me consoler... J'adresse mes plus vives félicitations à Justine, Carine et leurs coéquipiers pour leur travail qui les a menés à Reims le 30 mars 2011...La suite, vous la connaissez maintenant !

Vanessa Proux


Photo  (faite par Eva Planes) de l'oeuvre de Cook & Lab présenté aux 6èmes rencontres Sciences, Art et Cuisine

CookandlabRed.jpg

"Dans les coulisses de l'EFS..."

L'Etablissement Français du Sang (EFS) a plus d'une corde à son arc. Outre la prise en charge de la transfusion sanguine en France, première activité connue du Grand Public, l'EFS déploie également ses compétences sur les analyses médicales, les soins et la thérapie et l'ingénierie cellulaire et tissulaire (réseau national de 18 banques de tissus). Enfin, l'EFS met ses talents au service de la Recherche au travers de 6 programmes. Ces deux dernières activités peuvent laisser présager des opportunités de stages pour les étudiants de Sup'Biotech.

J'avais d'ailleurs eu un premier aperçu des travaux de recherche de l'EFS avec la présentation du Pr Luc Douay à la conférence-débat "Cellules souches : où en sont les traitements ?" organisée par l'école le 1er février dernier. Dans un contexte où les besoins grandissants en dons du sang sont à considérer avec attention, l'équipe du Pr Douay a réussi la prouesse d'obtenir des globules rouges de culture à partir de cellules souches hématopoïétiques.

Grâce à la signature d'un partenariat entre Ionis Education Group et l'EFS, j'ai eu la chance de pouvoir visiter, en petit comité, le plateau technique du centre EFS de Rennes. Du don à la transfusion, j'ai suivi le trajet d'une poche de sang. Celle-ci passe par 4 étapes qui se succèdent dans un ordre défini : le prélèvement, la qualification biologique, la préparation et la distribution. Dans chaque service, l'accueil a été très chaleureux et le responsable a fait preuve d'une grande pédagogie en nous présentant, en détails, le sort réservé à la poche de sang et les différents appareils de son laboratoire.

J'ai eu un petit  coup de coeur pour le service de qualification biologique dont l'un des objectifs est de donner le feu vert à l'utilisation des échantillons de sang des donneurs après avoir vérifié l'absence de traces virales. J'ai pu observer la mise en application de célèbres techniques d'analyse, qui n'ont (j'en suis sûre...) plus aucun secret pour mes étudiants : le test ELISA et la PCR...

Mes chers étudiants, un petit essai de mobilisation du donneur qui sommeille en chacun de vous : à l'occasion de l'arrivée du printemps, l'EFS organise le 21 mars prochain une grande journée de collecte auprès des écoles de Ionis Education Group. Pour faciliter votre don, allez vous inscrire sur  www.ionis-group.com/printempsdusang

Merci d'avance de votre soutien, avec l'allongement de l'espérance de vie, la probabilité d'avoir besoin un jour d'une transfusion sanguine est aujourd'hui plus élevée...

Cordialement

Vanessa Proux

Extraits d'une visite au coeur d'un centre de l'EFS (Rennes) :

IMG00197-20110303-1428red.jpg

 

IMG00203-20110303-1447red.jpg

"La curiosité n'est pas un vilain défaut..."

Bien au contraire ! La curiosité est même particulièrement utile dans le monde professionnel si on l'applique à bon escient... Elle peut permettre l'accès à de nouvelles collaborations, d'identifier un nouvel axe de développement ou un sujet inédit de projet, de lancer une conversation avec un "VIP" professionnel, de se démarquer dans une réunion face à ses supérieurs, de déceler une opportunité de stage voire d'emploi...

Ce court article est un appel à mobilisation pour les étudiants de Sup'Biotech et les futurs étudiants. Soyez plus curieux des actualités, scientifiques certes mais aussi celles des autres domaines : économique, politique, société...

Par exemple, je me suis rendue compte qu'il y avait encore un nombre trop insuffisant d'étudiants qui avaient entendu parler des actualités suivantes : Mediator, Fond Unique Interministériel, Lois de Bioéthique, premier bébé médicament en France, rachat Genzyme par Sanofi-Aventis... Pourtant, elles ont toutes un lien (direct ou indirect, peu importe) avec la spécialisation de Sup'Biotech : les Biotechnologies. Avec une revue de presse quotidienne dans les journaux généralistes tels que le Figaro, le Monde, les Echos...il était facile d'avoir de premières informations sur ces sujets avant d'aller se plonger dans des articles détaillés dans les journaux spécialisés pour en savoir encore plus.

Et avec les technologies de l'information actuelles, vous n'avez plus aucune excuse pour ne pas avoir un accès facile aux actualités. Il suffit d'utiliser des outils magiques qui se nomment "les flux RSS" ou les Google alertes. Ces dernières sont efficaces avec la mise en place d'un astucieux jeu de mots-clé.

A bon entendeur...

Cordialement

Vanessa Proux

"Petits exemples d'une notoriété qui monte..."

De part sa date de création (2004), la notoriété de Sup'Biotech dans le monde professionnel des Biotechnologies est en plein développement  grâce à un travail collectif des membres de l'équipe administrative et pédagogique, des enseignants, des étudiants au travers de leurs projets et de leurs stages et depuis un peu plus d'un an maintenant, des anciens. Ces derniers ont permis à l'école de faire un joli bond en avant dans sa réputation en valorisant la formation qu'ils ont reçue dans leur fonction actuelle de cadre, en passant de "l'autre côté de la barrière" en encadrant à leur tour des stagiaires Sup'Biotech et en revenant à l'école donner des cours,  témoigner de leur parcours et assister à des jurys de projets et de stages.

Une petite anecdote pour finir cette brève : samedi dernier, lors d'un salon étudiant sur lequel Sup'Biotech avait un stand, j'étais en train de donner des exemples d'entreprises qui avaient recruté les pionniers de Sup'Biotech à des parents, quand soudain en citant le nom d'une entreprise du secteur de l'environnement, j'ai vu le regard du père changer et montrer un intérêt plus prononcé pour Sup'Biotech... Il travaillait dans le service Recherche & Développement de cette entreprise, la discussion a alors pris une tournure vraiment conviviale. Ce sont des petits faits quotidiens comme celui-ci qui me font apprécier mon métier...

Cordialement

Vanessa Proux

Voeux et projets...

Chers Tous,

Je vous souhaite une très belle année 2011 sous le signe du bonheur, de la réussite et de la joie. Je vous souhaite également que tous vos projets,  et surtout les plus chers, se réalisent.

Que 2011 soit une nouvelle année phare pour les Biotechnologies avec des découvertes révolutionnaires sur les mécanismes du monde vivant, avec une croissance exponentielle pour les start-ups, avec une profusion de partenariats  pour favoriser le développement économique, avec des avancées significatives dans la valorisation d'outils biologiques comme les cellules souches ou de disciplines émergentes comme la biologie synthétique...

En 2011, les projets qui visent à faire de Sup'Biotech l'école de référence en la matière, continueront de se succéder. Mes collaborateurs/trices et moi-même, nous y veillerons. J'aimerais en dire plus mais par superstition, je suis scrupuleusement le proverbe " Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. " Affaires

à suivre donc...

Cordialement

Vanessa Proux

Lieu quelquepart en Europe où j'ai éprouvé une profonde sérénité....

SDC12565red.jpg

 

 

" Recherche idée innovante pour ..."

Lever la paralysie des transports due à la neige ! En effet,  c'est plutôt surprenant de constater qu'à une époque où notre société est dominée par de multiples technologies, nous pouvons nous retrouver bloqués dans nos déplacements par un élément naturel... La Dame Blanche semble particulièrement déterminée à vouloir passer les fêtes avec nous cette année au point de faire la une des actualités depuis 2 semaines. La présence de ce manteau blanc fait tout de même des heureux quand on voit des étudiants faire un bonhomme de neige à taille humaine dans la cour du campus ou d'autres s'amuser à nous faire une plaisanterie en bloquant l'accès à nos bureaux avec d'énormes boules de neiges déposées au pied de l'escalier du bâtiment administratif...

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année et en attendant de retrouver les étudiants de Sup'Biotech actuellement en vacances (l'école est bien calme ces jours-ci...), en 2011,  je fais appel à leur imagination pour  trouver une solution biologique qui permettrait, par exemple, aux voitures d'adhérer aux routes enneigées... Un futur Sup'Biotech Innovation Project (SBIP) en perspective ?

Cordialement

Vanessa Proux

"Les journées sont plus courtes mais pas l'agenda..."

Très intense et chargé ce mois de novembre.... Il a commencé par un séjour express au Mexique, à Monterrey plus précisément où se trouve le fief de "l'Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Monterrey" dit "Tec de Monterrey". Ce campus n'a rien à envier à ses homologues américains de part sa superficie et ses équipements, une mini-ville au coeur de la ville en quelque sorte. Le but de ma visite était de signer une convention de partenariat académique avec Tec de Monterrey afin que les étudiants de Sup'Biotech puissent bénéficier du programme international d'études et accéder au centre de Biotechnologies dans lequel une centaine de chercheurs de tous âges se penchent sur diverses problématiques allant de l'agrobiotechnologie à la bioproduction. J'ai pu aussi apprécier la convivialité mexicaine durant ces quelques jours avec ma "Tocaya" qui a été aux petits soins en m'organisant un séjour très complet, révision de l'histoire mexicaine comprise. En espagnol, "Tocaya" désigne une personne qui a le même prénom que vous, ce qui était le cas de la chargée des relations internationales de Monterrey...

Après avoir de nouveau rangé mes tongs au placard et retrouvé la fraîcheur du climat français, j'ai eu le plaisr de lire les premières brèves rédigées par Biotechpress, premier club étudiant de journalisme de Sup'Biotech, composé d'une douzaine d'étudiants de 2ème, 3ème et 4ème années. Je soutiens fortement cette initiative de club. En effet, au delà des enseignements, une formation Biotech passe par l'acquisition d'une solide culture générale dans le domaine et pour atteindre ce but, la curiosité devient une qualité primordiale... Gràce au développement des technologies de l'information, il est aujourd'hui très facile de suivre le plein essor des Biotechnologies. C'est pourquoi, ces étudiants se sont réunis pour mettre en avant leur passion des Biotechnologies en sélectionnant des sujets d'actualités scientifiques, économiques, de société... pour en rédiger des articles. Ils se rendent aussi sur le terrain : colloques, tables-rondes, salons professionnels afin de faire partager leurs visites. Vous pourrez trouver le fruit de leur travail sur le site web de l'école. Longue vie à Biotechpress ! 

Je suis d'ailleurs allée sur le terrain aux cotés de quelques journalistes en herbe avec d'une part le colloque d'Adebiotech sur "Algues : filières du futur", d'autre part, la 2nde édition de REACH Meetings et enfin, la conférence débat de l'automne organisée par l'école sur "Biologie synthétique : promesses et dérives". Le colloque Adebiotech m'a permis d'avoir une revue complète des travaux de recherche et des applications industrielles issues des algues qu'elles soient "micro" ou "macro"...L'état d'avancement des programmes de recherche varie selon les filières : production de lipides, extraction d'autres molécules actives pour les industries pharmaceutique, cosmétique, alimentaire..., biocarburants, bioraffineries, photobioréacteurs...La présence d'entreprises au colloque comme Veolia Environnement et Roquette corroborait les enjeux industriels issus des algues. Lors de cet évènement, le thème de la conférence Sup'Biotech qui a eu lieu quelques jours après,  a été cité plusieurs fois : la biologie synthétique. Cette discipline qui consiste à améliorer des systèmes vivants ou à créer des systèmes avec des fonctions qui n'existent pas encore, est mise en pratique sur les algues pour leur attribuer un intérêt industriel bien spécifique.

J'espère que les étudiants qui avaient la conférence sur la biologie synthétique inscrite dans leur planning hebdomadaire des cours l'ont appréciée autant que moi. Nous avons eu la chance d'avoir des intervenants de qualité qui ont su montrer et transmettre leur vif intérêt sur le sujet : Mr Faulon, Mr Choulika, Mr Delcourt, Mr Danchin, Mr Kepes et Mme Bensaude-Vincent. Je leur adresse mes plus vifs remerciements pour nous avoir consacré un peu de leur temps. La biologie synthétique est à mes yeux un parfait exemple de l'application des sciences de l'ingenieur aux sciences du vivant et montre aux étudiants la nécessité de diversifier les enseignements scientifiques à Sup'Biotech et de ne pas faire que de la "Bio" (et là, je pense plus particulièrement aux étudiants qui ne portent pas les mathématiques et l'informatique dans leur coeur...). Enfin, certains intervenants ont soulevé les enjeux éthiques qui sont derrière la biologie synthétique et l'importance de communiquer et d'agir en toute transparence avec le grand public. Evitons de reproduire le scénario français des OGM qui a rendu très compliqué le développement de cette technologie dans l'Hexagone.

Cordialement

Vanessa Proux

 

"Zoom sur l'IE"

L'intelligence économique dite "IE" est une discipline qui a commencé à faire parler d'elle en France dans les années 1990. Selon les souces, vous trouverez d'ailleurs plusieurs définitions possibles. Je citerai par exemple celle issue du livre de Bernard Besson et Jean-Claude Possin "Du renseignement à l'intelligence économique" :

"L'intelligence économique est un outil capable de détecter des menaces et des opportunités de toute nature dans un contexte concurrentiel exarcerbé (...) elle est avant tout la rencontre entre l'ignorance et la volonté de s'affranchir de cette ignorance."

Avec mes propres mots, je dirai que l'IE c'est finalement une manière intelligente d'aller chercher de l'information et de s'en servir...

 Ainsi, dans le domaine des Biotechnologies où l'innovation domine et survient constamment, où la maîtrise de la propriété intellectuelle est primordiale, où les opportunités de nouveaux marchés sont très présentes, l'outil de l'IE me parait particulièrement adapté.

 J'ai la chance d'avoir dans mon entourage personnel un ami passionnée d'IE et qui en a fait son métier. C'est d'ailleurs lui qui m'a montré l'intérêt d'intégrer cette discipline dans le programme de l'école quand j'ai accueilli les premiers étudiants en 2004. Mon objectif est de développer une formation d'ingénieur innovante au travers une pédagogie par projets et l'introduction de nouvelles matières...

Quelques années plus tard, j'ai demandé à l'une des diplômées pionnières de me dire ce que lui a apporté les cours d'IE dispensés à Sup'Biotech. Son témoignage me conforte dans ma position sur le sujet :

"Bien que l'Intelligence Economique soit utilisée en particulier à l'échelle des entreprises ou des gouvernements, elle peut aussi s'avérer utile à l'échelle individuelle. En effet, elle permet d'évaluer les opportunités qui s'offrent à nous de façon objective grâce aux informations collectées via différentes sources (internet, médias, ...) mais aussi d'anticiper les dangers potentiels de façon à prendre les meilleures décisions pour nous.
Les cours d'Intelligence Economique de Monsieur Lucas nous ont permis d'ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure: des histoires de pouvoir et d'argent tellement incroyables qu'on les croirait tout droit sorties d'un scénario hollywoodien... et pourtant elles sont la stricte réalité du monde dans lequel nous vivons.
Pour finir, une citation à méditer qui résume bien ce que nous avons appris: "Dans un monde dangereux, seuls les paranos survivent… »" par Anne-Laure Choain.

 Merci de ce témoignage.

Cordialement

Vanessa Proux

Annonce Evènement ARS Mathematica

Du samedi 23 au dimanche 31 octobre,

ARS MATHEMATICA présente au Carrefour Numérique de la Cité des Sciences et de l'Industrie (30, av. Corentin-Cariou, 75019 Paris) :

"De la Terre à l'Espace, Exobiologie et Biodiversité, Biotechnologies et Bioéthique des Mondes Habités et de leurs Artistes."

 

Exposition - Animations - Conférences.

 

Une rencontre internationale d'artistes et de scientifiques en partenariat avec le MATERIAUPOLE Paris Seine Amont et la Société Française d'Exobiologie.

 

Démonstration d'un atelier de création d'objets numériques.

 

Programme: http://www.arsmathematica.org/AM2010/

Dépliant PDF:

http://www.arsmathematica.org/AM2010/DEPLIANT-FLYER-AM2010.pdf

 

Evènements partenaires mais aussi coup de coeur

Dans le calendrier chargé de la rentrée, les évènements professionnels s'enchainent à un ryhtme soutenu et je suis amenée à renoncer à certains puisque le clonage humain n'est pas encore d'actualité...

Je suis impatiente de découvrir au pays des Ch'tis,  la 1ère édition d'un salon mettant en avant la valorisation de la recherche et le transfert de technologies : Biofit .

Par ailleurs, suite au succès de notre partenariat avec l'association Adebiotech, principal organisateur du colloque sur "l'apport des biotechnologies à la détection des polluants émergents" qui s'est déroulé il y a un an, j'ai renouvelé la collaboration avec Adebiotech pour leur prochain colloque "Algues : filières du futur". Ce dernier aura lieu au parc Biocitech eu 17 au 19 novembre. Le principal objectif de cet évènement est de présenter et de positionner dans le temps les activités économiques qui découleront de la valorisation industrielle des algues. Les potentialités sont multiples tant dans le domaine de la santé que dans celui de l'agro-alimentaire ou encore des nouvelles énergies...

Enfin, un autre évènement va aussi prochainement attirer mon attention, pourtant il s'agit là d'un évènement "grand public" : la Fête de la Science, semaine lancée sur une initiative gourvernementale, au cours de laquelle des centres de recherche, des entreprises technologiques vont ouvrir leurs portes au public afin de présenter leurs travaux, sensibiliser les plus jeunes aux études scientifiques mais aussi  démystifier l'image du chercheur ressemblant au Professeur Tournesol... J'ai eu l'occasion de participer à la Fête de la Science lors de la préparation de ma thèse à l'UTC: je suis allée présenter mon sujet de recherche à des élèves allant du CE2 au CM2. Ce fut un exercice de vulgarisation scientifique très instructif et enrichissant où j'ai pris plaisir à utiliser des références du monde enfantin (telles que des personnages de BD) pour illustrer mes propos. Suite à cette expérience positive, j'ai toujours gardé en mémoire l'idée de m'associer de nouveau à ces festivités.

Cette année, j'ai alors saisi 2 opportunités d'impliquer Sup'Biotech à la 19ème édition de la Fête de la Sciences d'une part, avec notre partenaire Biocitech et d'autre part avec l'association ARS mathématica...

Affaires à suivre au prochain épisode...

Cordialement

Vanessa Proux

 

"Et de deux !"

Après quelques semaines de coupure, passées dans un pays qui commence sérieusement à prendre une place importante dans mon coeur (cf photo ci-dessous), j'ai repris, malgré mon "grand" âge, le chemin de l'école comme de nombreux jeunes...

En parallèle des classiques préparatifs de rentrée pour accueillir les nouveaux étudiants, l'équipe pédagogique et moi-même, nous avons été témoins de la sortie de la "2ème promotion pionnière" de Sup'Biotech en assistant aux jurys des soutenances de stages de fin d'études. Ces soutenances ont été l'occasion de faire un premier point sur leur devenir professionnel. Nous avons eu le plaisir de découvrir que l'insertion de la promotion 2010 s'annonçait prometteuse et pour ma part, j'ai eu une petite satisfaction en plus, en apprenant que certains diplômés avaient été recrutés par des CEO de start-ups de biotech, pour contribuer au développement et à la croissance de leurs sociétés innovantes. J'affectionne particulièrement le milieu dynamique des start-ups de biotech...

Enfin, sans pour autant être "gâteuse" sur le travail des étudiants, j'ai été impressionnée par la qualité du travail de stage présenté dans le rapport et lors de la soutenance et par le professionnalisme des jeunes diplômés ("quasi" pour ceux qui ont encore quelques rattrapages la semaine prochaine...) lors de leur oral. Non seulement les ficelles de la réglementation sur les produits de la santé ou sur l'évolution du business model d'une jeune PME ou encore sur la conduite d'un programme de recherche vétérinaire n'avaient plus de secrets pour eux mais en plus, ils ont su transmettre leur motivation et leur intérêt pour leur travail aux membres du jury, gage d'un stage réussi.

 

Cordialement

Vanessa Proux

Château en bois de Matsumoto, Japon

SDC11402red.jpg

"Break estival à l'horizon"

Le mois d'août approche à grands pas, synonyme d'un ralentissement significatif de la plupart des activités professionnelles, Sup'Biotech n'échappe pas à la règle. Et ce, même si nous avons habitué les étudiants du cycle Expertise à un rythme de congés plus proche du monde professionnel que du système scolaire, le mois d'août reste sacré pour recharger les batteries.

Dans mon précédent article, j'annonçais la préparation d'un évènement important pour la vie de l'école : la 1ère édition de la convention des Sup'Biotech Innovation Projects (SBIP) du cycle Bachelor. Je pense que je peux me permettre de dire qu' aux yeux de tous les participants, cette journée a été une véritable réussite et j'en tire une grande satisfaction. Un grand merci à Pierre, Julia, à tous les étudiants de l'équipe organisatrice et à tous les étudiants de la promotion 2012 qui ont relevé le challenge de présenter et de défendre leur projet innovant devant un jury professionnel de spécialistes. Quelques parents avaient aussi pu se libérer pour venir assister à cette convention et certains ont eu le plaisir de voir leurs enfants finir dans le tiercé gagnant des projets retenus par le jury. Les projets lauréats sont :

- "OestroWater : inactivation des hormones féminines dans les eaux usées"

-"CD'Nov : l'amaigrissement innovant par une approche de vectorisation"

-"ICO : apporter une solution thérapeutique de certains lésions en utilisant les cellules souches"

Félicitations à tous les étudiants participants et doubles félicitations au trio gagnant . Bonne humeur, dynamisme, enthousiasme, goût du défi, motivation ont clairement animé cette journée qui va devenir un RDV annuel à Sup'Biotech.

Par ailleurs, quelques intéressants évènements professionnels se sont encore déroulés dans cette période estivale comme la signature de la convention de partenariat entre le Genopole et l'association Cancer Campus dans le cadre de la Paris Biotech Valley, l'un des neuf pôles économiques majeurs du Grand Paris annoncé par le président de la république. L'automne s'annonce dense et riche en évènements avec la convention BIOFIT à Lille, la Bio-Connexion sur les enjeux de la  toxicologie, le colloque d'Adebiotech sur les microalgues et la prochaine conférence débat de Sup'Biotech sur la biologie synthétique.

Bonnes vacances

Cordialement

Vanessa Proux

 

Les Biotech ont le vent en poupe !

C'es dernières semaines, c'est avec un grand plaisir que j'ai constaté que les Biotechnologies faisaient l'objet de plusieurs articles dans les actualités. Craig Venter a annoncé la création d'une bactérie synthétique :  une cellule bactérienne dépourvue de son ADN et dans laquelle un génome synthétique a été réintroduit. Grâce au génie du Pr Carpentier, le premier coeur bio-artificiel est désormais une réalité et Carmat, la société qui s'occupe de son développement et des essais cliniques, prépare son entrée en bourse. Enfin, le Figaro a consacré un dossier spécial en présentant les Biotechnologies comme un secteur en pleine croissance et soutenu par les propos de Madame la Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, par le président de France Biotech et par la directrice de Roche.

De son côté, Sup'Biotech a choisi de mettre les Biotechnologies à l'honneur en lançant la première édition de la convention des Sup'Biotech Innovation Projects (SBIP pour les initiés ). Afin de stimuler la créativité des étudiants et leur capacité à innover, le directeur projets leur a demandé de travailler en équipe la faisabilité technico-économique d'un produit ou procédé issu des Biotechnoligies, pendant la dernière année du cycle Bachelor. Les idées innovantes des équipes étudiantes vont être présentées devant un jury de professionnels (Directeurs de parc d'entreprises, de pépinières, d'incubateurs, chargés de missions issus de structures de conseil et de financements...) lors d'une convention qui va se dérouler sur le campus du Kremlin Bicêtre mardi 29 juin de 9h à 17h. Je ne manquerai pas ce RDV important pour la promotion 2012 et son équipe de coachs et j'avoue être impatiente de découvrir le fruit du travail des équipes projets.

Je souhaite d'ailleurs bon courage à tous les acteurs de cette convention pour les derniers préparatifs.

Vanessa Proux

"Cérémonie marquante..."

IMG_3966red.jpgIMG_3922red.jpgPremière cérémonie de remise de titres de Sup'Biotech : moments inoubliables, riches en émotions et en joies. Je dédie mon premier discours à la promotion 2009 :

"Mesdemoiselles, messieurs les diplômés
Monsieur le Président Directeur Général
Monsieur le Directeur Général
 Mesdames, Messieurs,
Je souhaite partager avec vous la fierté et la satisfaction que je ressens aujourd’hui lors de cette cérémonie. Ce n’est pas une cérémonie comme les autres : elle illustre la concrétisation d’un projet pédagogique innovant auquel vous avez largement contribué , vous les diplômés pionniers de Sup’Biotech. Vous y avez cru, il y a 6 ans, lorsque je vous ai fait passé l’entretien de sélection et vous avez relevé le défi d’intégrer une nouvelle école. Cette nouvelle formation avait pour objectifs, d’une part de répondre aux attentes des professionnels des Biotechnologies à la recherche de nouvelles compétences parmi les cadres scientifiques et d’autre part, d’accompagner des jeunes, passionnés par les Biotechnologies, dans la construction de leur projet professionnel. Je vous remercie de nous avoir fait confiance en rentrant à Sup’Biotech à ses débuts, je remercie aussi les parents. Et je suis convaincue que le fait d’avoir fait ce choix  vous servira dans votre vie professionnelle parce qu’il montre un goût pour le risque et le challenge, qualité particulièrement recherchée dans les secteurs d’activités où l’innovation domine.
La compréhension des mécanismes du Vivant et la maîtrise des nouvelles technologies d’étude et d’analyse connaissent une croissance exponentielle depuis la fin du XXème siècle, projetant ainsi les Biotechnologies en pôle position dans le développement économique qu’il soit national ou international. On parle même de « Bio-économie » dans les directives européennes actuelles. Pas plus tard qu’hier, j’ai eu l’occasion de rencontrer une journaliste spécialiste des Biotechnologies qui me confirmait que, malgré la crise de l’an dernier, les Biotechnologies avaient gagné une certaine maturité (confirmée en France par les récentes introductions en bourse de 3 nouvelles sociétés) , qu’’elles avaient atteint un cap et que de nouveaux enjeux se profilaient.
 Dans ce contexte, la création de Sup’Biotech montre une volonté de s’impliquer dans l’avènement international des Biotechnologies en formant des experts, des profils hydrides d’ingénieurs et de managers, qui feront aussi le Futur des Biotechnologies. Je remercie ainsi Mr Marc Sellam et Mr Fabrice Bardèche de m’avoir permis de m’investir dans cette formidable aventure et de m’avoir fait confiance, d’abord au poste de directrice des études, puis en me laissant intégrer progressivement l’équipe de direction jusqu’à devenir directrice à l’automne 2009 au moment où sortaient les premiers diplômés. Double promotion symbolique à mes yeux.
J’ai souvent comparé le projet de Sup’Biotech à une start-up, ce qui est finalement plutôt en adéquation avec le monde des Biotechnologies dans lequel les start-up sont nombreuses tant les potentialités d’innovations perdurent. Aujourd’hui, d’un fonctionnement  familial avec une trentaine d’étudiants, nous nous retrouvons maintenant dans une organisation à grande échelle et ambitieuse. Je garde en mémoire des moments de complicité échangés entre les premiers membres de l’équipe administrative et vous, jeunes diplômés. Je ne résiste pas à l’envie de donner quelques exemples comme la personnalisation de la blouse de laboratoire de Thierry, le livre d’or que vous m’avez donné à la fin de la 1ère année ou les bouquets de fleurs offerts à Jennifer sans oublier vos tentatives de décoration sur ma voiture.
Il y a aussi eu les premiers moments de fierté ressentis à votre égard comme lors de la présentation de vos idées innovantes (Max Hichot, Poust…),  les premiers retours positifs des tuteurs de stage ou les prix que certains d’entre vous ont remporté dans un concours étudiant de simulation de création d’entreprise.
Je souhaite que les liens entre l’école et vous, jeunes diplômés, pionniers de Sup’Biotech, se poursuivent, au travers de l’association des anciens mais aussi en vous croisant dans les évènements professionnels, dans votre entreprise lors d’une visite de stage pour un étudiant Sup’Biotech, à Villejuif pour faire une intervention, témoigner devant les jeunes promotions auprès de qui vous êtes des exemples et des modèles et vous pouvez en être fiers. Quand une école se crée, elle a également son identité à construire et vous en êtes les vecteurs  (je parle bien du terme biologique et non mathématique). Maintenant c’est vous qui représentez l’identité de Sup’Biotech dans le monde extérieur et grâce à vous, elle va se développer et se pérenniser.
Enfin, je tiens à remercier mes collègues, qui m’accompagnent au quotidien à Sup’Biotech : Thierry, Ludivine, Jennifer, Isabelle, Pierre, Agnès, Nicolas, Gavin, Arnaud, Sophie, Jean-Yves ainsi que ceux et celles qui sont un peu plus loin géographiquement : toutes les équipes du groupe Ionis qui soutiennent le projet et Mr Marc Drillech. Merci également à tous les enseignants et intervenants professionnels de venir transmettre leurs savoirs et leurs expériences aux étudiants. Je réitère encore une fois mes remerciements à Mr Sellam et Mr Bardèche de m’avoir fait confiance et je suis vraiment fière d’avoir relevé le défi.
La première promotion est sortie, la deuxième arrive bientôt  sur le marché du travail, pendant ce temps, nous continuons à faire avancer l’école pour qu’elle suive et même qu’elle devance le dynamisme inhérent aux Biotechnologies.
Mesdemoiselles, Messieurs les diplômés : tous mes vœux de réussite professionnelle, une belle carrière, tous mes vœux de réussite personnelle, beaucoup de bonheur et à très bientôt."

Vanessa Proux

 


 

"Un petit tour de l'autre côté de l'Océan..."

 

 Au début du mois de mai, je suis partie sur le territoire américain pour mon déplacement annuel à la convention internationale BIO. Lors de cet évènement interprofessionnel, mes objectifs sont, d'une part, de faire le tour du monde en allant à la rencontre des entreprises étrangères qui exposent pour leur présenter l'école et initier ainsi les premiers contacts pour les stages et emplois à l’International et d'autre part, de me tenir informée des nouvelles technologies liées aux Sciences du Vivant et des stratégies économiques et politiques qui en découlent. C'est un déplacement intense mais extrêmement enrichissant.

L'édition 2010 avait lieu dans la ville d'Al Capone : Chicago. Mes relations professionnelles m'avaient dit que c'était une chance que la convention ait lieu dans cette ville plébiscitée pour son architecture et ses musées. Même si, entre l'exposition, les conférences technologiques et les RDV, le programme était soutenu, j'ai eu l'opportunité de me faire ma propre opinion sur cette ville et de rejoindre ainsi celle de mon réseau. En effet, le comité organisateur de BIO a eu la très bonne idée de prolonger les journées de la Convention en mettant en place des soirées de networking dans des lieux culturels réputés de la ville hôte comme le Field Museum. J’ai aussi réussi à m’accorder quelques heures à la fin de mon séjour pour aller découvrir « the Art Institute of Chicago » où j’ai pu admirer les œuvres de mes peintres préférés : les impressionnistes.

J’ai particulièrement apprécié cette édition de BIO parce qu’elle était vraiment complémentaire des précédentes. En 2008 et en 2009, les entreprises présentant des activités de recherche et développement étaient, de loin, majoritaires. En 2010, la bioproduction, l’industrialisation et les prestations technologiques étaient plus représentées, semblant révéler une certaine maturité des Biotechnologies sur le plan international. Par ailleurs, parmi les produits et matériels de laboratoire présentés, j’ai été particulièrement impressionnée par un appareil à PCR (Polymerase Chain Reaction) à peine plus grand qu’un livre de poche…

Enfin, le fait d’être à l’autre bout du monde facilite les échanges avec la communauté française des Biotechnologies aussi présente à BIO. Je profite de cet article pour remercier des entrepreneurs et collaborateurs professionnels (Valérie, Isabelle, Jean, Christophe, Grégory, Estelle, Annie-Florence, Patrick, Amélie, Alexandre, Gilbert…) qui, au travers de discussions informelles, me permettent de mieux comprendre quelles sont leurs attentes en terme de compétences mais aussi de qualités humaines chez les jeunes diplômés et de faire évoluer la pédagogie de l’école et les sujets des projets en conséquence. Ces moments conviviaux sont finalement les plus instructifs.

Cordialement

 

Vanessa Proux

Ci-dessous une vue de Chicago :

 

 

 

 

IMG00236red.JPG

"Rencontres enrichissantes"

Le mois d'avril est placé sous le signe de la visite de stage avec 2 ou 3 par semaine. C'est une période très instructive pour moi dans la mesure où j'ai choisi de suivre des étudiants qui sont en stage dans des entreprises que je ne connaissais pas encore. Parmi celles-ci, figure la petite société Ethis qui fabrique des produits cosmétiques BIO avec des textures plutôt innovantes. J'ai pu le contaster par moi même avec le masque purifiant au chocolat : un véritable régal pour la peau et l'odorat. Je ne veux pas frustrer les plus gourmands en ne révélant pas la marque de ces produits : Thémis .

Une autre visite m'a permis de me replonger au coeur des Biotechnologies traditionnelles, notamment celles qui font appel aux réactions de la fermentation. L'un des étudiants de 3ème année a choisi de faire son stage dans une brasserie artisanale en Alsace : la brasserie d'Uberach. C'est toujours très formateur de faire son stage dans une petite structure parce que cela permet d'appréhender plusieurs fonctions et/ou postes dans l'entreprise sur une même période. En plus de maîtriser le processus de fabrication de la bière, l'étudiant s'est familiarisé avec la ligne de production, la logistique, le contrôle qualité au laboratoire, le réseau de distribution ou encore la relation client.

Enfin, la veille de cette visite de stage en Alsace, j'assistais à Chartres (fief de la Cosmetic Valley) à une présentation d'une autre application de la fermentation : la synthèse de principes actifs pour l'industrie cosmétique par le centre de R&D de Solabia. Coïncidence ou pur hasard ?

Cordialement

Vanessa Proux

Uberah3red.jpg

 Souvenir d'Uberach....

Arrivée timide du printemps ?

98075619.jpg

Il parait qu'il est là...J'y ai cru encore la semaine dernière, comme beaucoup d'autres personnes j'imagine, avec un ensoleillement significatif (entrainant le port obligatoire des lunettes de soleil au volant), des températures proches de 20°C et une épidémie de bonne humeur dans son entourage. Et puis, plus rien, le froid, le vent et la pluie sont de retour, pour une courte durée j'espère ! Heureusement, le printemps du côté des Biotechnologies semble plus résistant avec une recrudescence des actualités positives comme une vague de projets d'introduction en bourse pour des entreprises prometteuses telles que Deinove, Neovacs, Carmat... ou le soutien de grands groupes pharmaceutiques à des technologies innovantes telles que l'emploi des siRNA dans la thérapie génique (cf article des Echos du 30 mars 2010).

L'arrivée de nouvelles périodes de stage et donc la préparation de prochaines visites de stage sur le terrain me permettent aussi d'oublier que je n'ai pas encore quitté mon manteau d'hiver. Parmi les entreprises et laboratoires d'accueil, il y a les fidèles mais aussi des "petits nouveaux" que j'ai hâte de découvrir comme le centre R&D d'un important groupe cosmétique dans le sud de la France ou les bureaux d'une société de consulting en affaires règlementaires en Suisse.

Enfin, je suis convaincue que même si les beaux jours ne veulent pas encore revenir, les deux listes étudiantes qui vont faire leur campagne dans 10 jours pour les prochaines élections du BDE, sauront remplacer le soleil avec un dynamique programme d'animations sur le campus.

A suivre...

Cordialement

Vanessa Proux

"En bref..."

Il y a 6 ans, à mon arrivée dans l'aventure Sup'Biotech, je me disais "Cela va être 5 années d'investissements et de travaux intenses jusqu'à la sortie de la première promotion et après le rythme se calmera." Eh bien, je me suis trompée, une fois qu'on est monté sur le navire et qu'il a pris le large, on continue à avoir envie de découvrir et d'explorer de nouveaux horizons pour maintenir et assurer le dynamisme de l'école.

Parmi les dernières actualités reflétant ce déploiement d'énergie, Sup'Biotech a constitué un dossier de demande d'adhésion à la Cosmetic Valley (pôle de compétitvité dédié à l'industrie cosmétique) en illustrant sa motivation avec des axes possibles de partenariat entre l'école et le pôle. Candidature retenue puisque Sup'Biotech est dorénavant membre de la Cosmetic Valley, ce qui augmente la visibilité de l'école vis à vis de ce secteur d'activité de plus en plus concerné par les Biotechologies.

Autre bonne nouvelle avec la signature d'un partenariat avec  l'association Cancer Campus qui fédère un projet de biocluster dédié à la recherche et à l'innovation dans le domaine de la cancérologie. En plus des liens évidents avec les Biotechnologies, Sup'Biotech s'est aussi rapproché de cette association en raison d'une proximité géographique : Cancer Campus a démarré au coeur de l'Institut Gustave Roussy, situé à 10 min de l'école, les échanges sont ainsi facilités. Par ailleurs, Cancer Campus a lancé la construction d'une pépinière d'entreprises de biotechnologies dans la même rue que Sup'Biotech...Livraison des premiers bâtiments au printemps 2011, c'est déjà demain...

Quelques mots pour finir sur les soutenances des stages des étudiants de 4ème année : étant tuteur Sup'Biotech pour une douzaine d'étudiants, j'ai pu assister à leurs présentations orales, c'est un RDV annuel que j'apprécie vraiment parce qu'il me permet de mieux connaître les étudiants et d'étoffer ma culture Biotech avec la diversité des sujets de stage. C'est avec plaisir que j'ai reçu des compliments sur le travail réalisé par les étudiants, l'un des tuteurs de stage a même comparé le travail d'une étudiante (qui, je rappelle, est en 4ème année) à celui d'une doctorante (bac +8). J'ai aussi constaté de beaux progrès dans le sérieux et le comportement des étudiants entre la 1ère année à Sup'Biotech et aujourd'hui. Cela représente un  joli retour sur l'investissement de travail fourni par l'équipe pédagogique.

Vanessa Proux

 

 

Conférence Débat : "Tests génétiques, promesses et dérives"

Le 2 février dernier, Sup'Biotech a organisé sur Paris une conférence-débat, animée par Anne Pezet sur le thème : "Tests génétiques : promesses et dérives".

Dans le cadre de cette conférence, une équipe étudiante composée de Bérénice B. promotion 2010 et Leslie M., Brigitte B., Laura S., Nawel B., Rishmi P., Flore A., Marie F., promotion 2012, a réalisé une étude sondage auprès des professionnels et du grand public sur l'impact des tests génétiques sur la médecine de demain. Leur travail était de qualité et la conférence s'est très bien passée et a été bien animée comme on s'y attendait pour un débat !

Pour ceux et celles qui n'ont pas pu aller à cette conférence, vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de l'évènement, rédigé par  l'équipe étudiante citée ci-dessus.

Bonne lecture

Vanessa Proux


Le 2 février dernier, Sup Biotech, l'école formant aux métiers de la biotechnologie, a organisé une conférence portant sur les promesses et dérives des tests génétiques.

Cette conférence était articulée autour d'une étude réalisée par les étudiants de Sup'Biotech sur l'impact des tests génétiques humains dans la médecine de demain, dont les résultats ont été annoncés lors de la conférenceet qui montre que :

  • d'un côté, les laboratoires pharmaceutiques promettent des médicaments plus efficaces administrés à des patients classés selon leur profil génétique. Une révolution médicale qui est déjà en place dans les traitements anticancéreux.
  • De l'autre, certaines de ces données pourraient également servir aux assurances ou aux employeurs pour sélectionner leurs clients ou leurs salariés. Déjà des entreprises américaines proposent pour quelques centaines d'euros des informations sur les prédispositions à certaines maladies. Il suffit que la personne intéressée crache dans un tube et envoie le tout par la poste. Ce n'est que le début de cette intrusion des tests génétiques dans notre vie quotidienne.

Quels sont les risques de dérapages face aux bénéfices attendus ?
Comment bien encadrer l'utilisation de ces données génétiques ?

Les intervenants ont réagi sur ces questions à la résonance à la fois médicale, économique et sociétale autour de deux tables rondes (la médecine personnalisée/Information génétique et éthique).

Première table ronde : « médecine personnalisée »

Animée par Anne Pezet, chef d'enquête à l'Usine Nouvelle avec la participation de :

  • Maurice Chelli, Associate Manager chez Bionest Partners
  • Bernard Courtieu, CEO d'Integragen
  • Pr Emmanuel Mitry, professeur à l'Université de Versailles Saint Quentin et praticien hospitalier spécialisé en gastro-entérologie et oncologie digestive
  • Pr Gilles Vassal, pédiatre, pharmacologue et professeur d'oncologie médicale à l'Université Paris XI et directeur de la recherche clinique et translationnelle de l'Institut Gustave Roussy

D'après M. Chelli, en 2012, le marché des biomarqueurs représenterait un potentiel commercial de 12 milliards de dollars. Plus de 25 sociétés françaises s'impliquent déjà dans le développement de biomarqueurs compagnons et elles sont de plus en plus nombreuses.

D'après le docteur Courtieu , dont l'entreprise travaille sur des tests génétiques contribuant notamment au diagnostic de l'autisme chez les très jeunes enfants : 15 à 25% des enfants seraient prédisposés génétiquement. Integragen travaille aussi sur des tests génétiques dans le domaine de la cancérologie, par exemple pour aider à discerner les tumeurs non invasives sur lesquelles la chirurgie sera suffisamment efficace de celles où ce ne sera pas le cas. Enfin, les connaissances actuelles médicales sont suffisantes pour caractériser l'obésité (le poids), le diabète (la glycémie), donc tous les biomarqueurs ne trouveront pas forcément une utilité clinique.

Pour M. Mitry, dans 40% des cas de cancers colorectaux, le récepteur à l'EGF est surexprimé et le traitement consiste donc à bloquer les récepteurs avec des anticorps. Pourtant c'est inefficace s'il y a une mutation du gène KRAS entraînant une activation continue de la voie de signalisation en aval du récepteur EGF. Avec l'utilisation d'un test génétique, le traitement prescrit peut être adapté en fonction du profil génétique de la tumeur.

Enfin M. Vassal pense que chaque individu est unique face au cancer. La médecine personnalisée consiste à prescrire des traitements différents d'un patient à l'autre en fonction des caractéristiques biologiques de la tumeur. L'enjeu est d'introduire la dimension cellulaire dans la stratégie thérapeutique. Ainsi il serait possible d'arrêter plus tôt un traitement très cher, qui serait inefficace chez certains patients. On doit définir le portrait tumoral de chaque patient ainsi que les algorithmes décisionnels capables d'apporter une décision thérapeutique individuelle. La médecine personnalisée est un véritable espoir et un vrai challenge pour les médecins tout comme pour les patients. Il faudra intégrer toute l'information biologique (ce qui implique la création de nouveaux métiers), intégrer la recherche du fondamental à l'appliqué, ainsi que les soins.

Après ces 4 interventions, la modératrice, Mme Pezet, a lancé le débat en sollicitant le public pour les questions. Mme Chamak a exprimé son avis sur l'utilisation de tests génétiques de prédisposition pour l'autisme qu'elle considère comme inutile, et d'autres personnes de l'assistance sont allées dans son sens. Une autre personne a exprimé les problèmes de financement, surtout pour les cas où la prise en charge des patients est de toute manière encore insuffisante. Comment faire le passage à la routine clinique, et quel peut être le modèle économique pour des petits groupes de patients sont ressortis comme étant des problématiques actuelles.

2ème table ronde : « l'information : génétique et éthique »

Animée par Mme Anne Pezet, chef d'enquête à l'Usine Nouvelle avec :

  • Laurent Alexandre, fondateur de Doctissimo et CEO de DNAVision
  • Anne Cambon-Thomsen, médecin, spécialisée en immunogénétique humaine et directrice des recherches au CNRS.Elle travaille dans une unité mixte Inserm à l'Université Paul Sabatier d'épidémiologie et d'analyses en santé publique, à Toulouse.
  • Ségolène Aymé, directrice d'Orphanet France médecin généticienne et épidémiologiste et directrice de recherche à l'INSERM
  • Christian Byk, secrétaire général de l'Association Droit, Éthique et Sciences et rédacteur en chef du journal de bioéthique.
  • Gilbert Lenoir, professeur de génétique (dans les universités Claude Bernard de Lyon et Paris XI), directeur du développement et de la prospective et praticien hospitalier à l'Institut de cancérologie Gustave Roussy.

 

M. Alexandre a insisté sur l'importance de savoir hiérarchiser les signaux, par rapport au fait que nous trouverons encore pléthores de biomarqueurs dans les années à venir, à moins de s'y perdre et de vouloir lancer des centaines de programme de prévention sans certitude de leurs impacts positifs. En ce qui concerne les tests prédictifs et le risque relatif donné de développer une maladie, il a mis en doute leur utilité clinique lorsqu'il n'existe aucun moyen de prévention et que la survenue de la pathologie se fait à long-terme. Il a rappelé la « technophobie » d'une partie des professionnels de santé alors que l'usage des biomarqueurs est en grande partie dépendant de dossiers médicaux informatisés et de la bioinformatique.

D'après Mme Cambon-Thomsen, de nombreux facteurs associés à des maladies ont été découverts mais leurs rôles restent inconnus. Les chercheurs ont beaucoup d'informations mais ne savent pas forcément quoi en faire. La loi actuelle de bioéthique est en révision mais les tests commandés par internet échappent à cet encadrement. L'utilité clinique est quasi inexistante pour la plupart. De plus, les entreprises qui vendent directement aux consommateurs proposent des tests très hétérogènes (des maladies monogéniques récessives aux maladies complexes avec un grand nombre de variants impliqués) créant ainsi de la confusion sur le déterminisme réel des résultats.

Mme Aymé a insisté sur le fait qu'on ne connait pas les effets de beaucoup des mutations détectées. Actuellement les cliniciens ont déjà des difficultés à interpréter les 1800 gènes impliqués dans des maladies graves et que nous connaissons bien. Les bases de données dédiées aux biomarqueurs sont indispensables, même si leur développement est très couteux, et exigent beaucoup de collaborations pour devenir finalement un casse-tête. On a surestimé la recherche génétique alors qu'il y a beaucoup de résultats inutiles, de plus les données épidémiologiques apportent déjà suffisamment d'informations. Avec ces résultats inutiles en pratique clinique, on est dans la défense des consommateurs : autant les rendre de libre accès tout comme la voyance ou les horoscopes pour peu que les consommateurs soient informés de leur portée médicale quasiment nulle.

M. Byk dit qu'actuellement la loi française interdit que les résultats de tests génétiques soient transmis aux assureurs mais qu'en Grande Bretagne ou dans les pays scandinaves des distinctions existent entre certaines informations que l'on peut donner et d'autres non, aux assureurs. De plus les tests génétiques pourrait être une bonne chose si la société est solide économiquement et solidaire mais à déplorer dans les autres cas.

Pour M. Lenoir, il y a nécessité de mettre en place une prise en charge des patients qui ont recours à un test génétique. En effet ils doivent être suivis par un médecin pour interpréter ces tests et pour un suivi psychologique. Le problème d'internet est justement que cela laisse les personnes face à leurs résultats qu'ils peuvent avoir du mal à comprendre. De plus les tests génétiques doivent être mis en place dans un contexte de santé publique. Par contre, une utilisation mal avisée des biomarqueurs peut amener, par exemple, à réaliser des interventions médicales sur la prostate. Ainsi, dans le cas du cancer de la prostate, le PSA, un biomarqueur sanguin, est capable de détecter des tumeurs de la prostate alors que nous savons qu'à partir de 60 ans, beaucoup d'hommes présentent des micro-tumeurs de la prostate qui n'évolueront jamais en cancer et pour lesquels l'intervention chirurgicale se révèle inutile.

Après ces 5 interventions, le débat est ouvert avec le public et la question de la formation des professionnels de la santé a été soulevée. En effet ils estiment que ces relais de l'information ne sont pas assez formés, et aussi que la population est mal informée. De plus le débat a été soulevé sur la place des tests génétiques dans le cadre des contrats d'assurance (bonus-malus, loyauté des informations).

En conclusion, cette conférence sur les promesses et dérives des tests génétiques a montré que les Tests génétiques, ont avant tout une utilité clinique même si l'interprétation des résultats est délicate et qu'il faut être vigilent quant au futur impact et aux dérives des informations génétiques sur la vie quotidienne."

"Petites échappées à l'International"

Pas toujours physiquement mais au moins virtuellement....

Parmi les activités en cours, figurent la préparation et l'examen des candidatures de certains étudiants pour aller passer au moins un semestre d'études dans l'une de nos universités partenaires, à la rentrée 2010. Cette année, les demandes sont nettement en hausse, et l'engouement est réel grâce aux témoignages des premiers étudiants qui sont partis l'an dernier découvrir un autre pays et un nouveau mode de vie. Ils en sont revenus enchantés et même à la limite de faire une petite déprime d'être rentrés à la maison J'encourage beaucoup les étudiants, s'ils en ont la possibilité, de partir vivre une expérience à l'étranger durant leur cursus, je trouve que c'est la période idéale où les contraintes personnelles et professionnelles sont moindres.  Je n'ai pas pu le faire quand j'étais étudiante et je reconnais aujourd'hui avoir de temps en temps une petite pointe de regret....

96671514.jpg

Par ailleurs, j'ai eu la joie de voir ma correspondante de l'UCSD (University of California San Diego) de passage à Paris pour un forum international organisé par l'une des écoles du groupe. Malgré des plannings plus que surchargés pour chacune d'entre nous, nous avons pu passer un début de soirée ensemble et tant pis si cela a pu entraîner un peu de fatigue supplémentaire, cela en valait vraiment la peine quand on a la chance de cotôyer une personne aussi gentille et amicale....Elle a même pris quelques minutes entre 2 RDV pour discuter avec deux étudiantes projetant de déposer prochainement une candidature pour l'UCSD.

Enfin, grâce à une ancienne professeure partie vivre aux émirats, nous avons été sollicités par le président d'une importante université du Bahreïn et l'un de ses proches collaborateurs pour une visite de Sup'Biotech et une présentation de nos formations respectives. J'ai l'impression que nos visiteurs sont repartis satisfaits, en plus le jour de leur venue, les nouveaux laboratoires de TP tournaient à plein régime, bel exemple des enseignements de l'école.  De notre côté, nous avons vu des opportunités intéressantes pour nos étudiants, tous les enseignements au Bahreïn sont dispensés en anglais. Peut-être un prochain partenariat ? L'avenir nous le dira...

A bientôt

Vanessa Proux

"Joli début d'année... ? "

76766036.jpg

Même si vous avez déjà dû les entendre et/ou les recevoir un nombre incalculable de fois, je tiens à vous adresser mes voeux en vous souhaitant une très belle année 2010, que cette dernière année de la 1ère décennie du XXIème siècle réponde à vos projets, vos souhaits et même vos rêves....Dans certains domaines, l'année a plutôt bien démarré avec un CAC 40 de nouveau bien portant, le pic de la pandémie de la grippe A passé, et elle s'annonce être l'année de "la reprise", le spectre de la crise commence à s'éloigner... Dans d'autres, des actions concrètes et des campagnes de sensibilisation collective sont encore nécessaires, je pense notamment à la quasi-absence de résultats du somment de Copenhague et qui annonce une année bien studieuse pour le développement durable. Quant aux catastrophes naturelles, elles ne suivent, hélas, aucun calendrier Petite pensée pour Haïti

A Sup'Biotech, l'année s'annonce, une nouvelle fois, riche en projets sur la pédagogie, les relations institutionnelles, entreprises et internationales. Elle a commencé, par exemple, avec la signature d'un partenariat avec Biocitech, le parc d'entreprises dédié aux sciences de la vie et situé à Romainville sur un ancien site industriel de Sanofi-Aventis. Avec le développement de l'école, je m'étais naturellement rapprochée de l'équipe de direction de Biocitech il y a quelques années, pour organiser des visites d'entreprises, des évènements interprofessionnels ou encore des suivis de stages. Ces actions étant devenues récurrentes chaque année, mes interlocuteurs de Biocitech m'ont proposé d'officialiser par écrit notre collaboration au travers d'une convention de partenariat.

C'est avec une certaine fierté et un grand enthousiasme qu'avec l'un de mes collègues, nous avons organisé la signature de la convention à l'école. A cette occasion, quelques équipes étudiantes de 3ème année ont présenté le concept de leur Sup Biotech Innovation Project, annonçant des travaux plutôt prometteurs....

Affaire à suivre donc...

Ces soutenances m'ont aussi permis de constater, une fois de plus, que les étudiants ayant intégré Sup'Biotech directement en 3ème année, s'étaient très bien adaptés à notre pédagogie. Belle satisfaction !

A bientôt

Vanessa Proux

Rush de fin d'année...

Au début de la semaine, je me suis aperçue que je n'avais pas encore posté d'articles pour le mois de décembre alors que nous approchions à grands pas de la fin du mois et aussi de la fin de l'année. Avant de partir quelques jours me ressourcer et recharger les batteries dans un coin sauvage de la Bretagne et où l'accès à Internet n'est pas garanti, je prends quelques instants pour rédiger cette note.

La fin de l'année est réputée pour être une période intense et chargée, aussi bien dans la vie professionnelle avec les bilans annuels à boucler, les objectifs à atteindre, les partenariats et contrats à finaliser... que dans la vie personnelle avec la course aux achats de Noël, la logistique parfois diplomatique des réveillons en famille (voire belle-famille), la chasse aux cadeaux originaux à poser au pied du sapin... D'ailleurs, je tiens à remercier les commerçants et les hôtes&hôtesses de vente qui sacrifient leurs dimanches  et leurs soirées au mois de décembre pour permettre à des retardataires comme moi de finir un peu in extremis leurs achats le mercredi 23 à 21h55...

Eh bien, cette fin d'année intense, je l'ai aussi vécue à Sup'Biotech en :

- organisant une réunion du conseil de perfectionnement au cours de laquelle j'ai présenté, avec une certaine fierté, les premiers résultats, satisfaisants, de l'enquête professionnelle sur la promotion pionnière. Je me fais progressivement à l'idée que, ca y est, maintenant, j'ai réellement, des anciens élèves qui sont devenus à leur tour des "professionnels" avec des perspectives de carrière prometteuses. Cela faisait 5 ans que, quand je présentais l'école, je ne pouvais faire que des projections et des hypothèses sur les emplois qui attendraient les dilplômés. Aujourd'hui, je peux enfin donner des exemples concrets, c'est une nouvelle étape de franchie pour Sup'Biotech

- visitant l'un des plus grands salons internationaux dédiés à l'Environnement, Pollutec, qui a lieu un an sur 2, au Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte. J'ai pu constater la participation croissante des Biotechnologies au développement des métiers de l'environnement. De plus, grâce à la confiance d'un CEO envers l'école, certain(e)s de mes étudiant(e)s ont pu participer activement à Pollutec et se constituer un petit réseau, notamment pour trouver leur stage.

- me deplaçant pour 24h à Montpellier pour une BIO-Connexion spéciale Diagnostic. J'ai découvert en particulier le dynamisme d'une ville, Montpellier, et d'un pays limitrophe, la Belgique, sur l'activité du diagnostic. La biotechnologie a aussi toute sa place dans ce domaine avec, par exemple, la timide mais ferme arrivée de la médecine personnalisée (analyses de l'ADN qui permettent de prédire la réponse d'un patient à un médicament ou de connaître la prédisposition d'une personne à une maladie donnée). C'est d'ailleurs le thème de la prochaine conférence débat organisée par Sup'Biotech le 2 février prochain. En plus de me permettre d'accroître la base de données professionnelles de l'école avec des entreprises du diagnostic, cette BIO-connexion m'a également aidée dans les préparatifs de la conférence et du sondage qui est réalisé en parallèle.

- me rendant à la pose de la 1ère pierre de la pépinière d'entreprises de biotechnologies qui va être installée au début de la rue Guy Môquet à Villejuif c'est à dire à 100 m de l'école...Avec mes collaborateurs, nous comptons bien, dans un futur proche, saisir cette opportunité de proximité géographique en participant à l'animation de cette pépinière, en y envoyant non seulement des stagiaires, des collaborateurs professionnels mais aussi de jeunes entrepreneurs.

Et, je n'oublie pas non plus de parler d'une part, du déplacement express à Chartres sur une soirée pour les dernières Transversales de la Cosmétique 2009 pour faire de la veille  (cf mineure cosméto de notre cursus) et d'autre part, de la soirée X-Mas conjointement organisée par les BDE de Sup'Biotech et de l'Epita&Epitech, très réussie et qui a permis de fêter Noêl en avant-première. Coup de coeur à X-Mas pour l'association de danse de Sup'Biotech qui a donné un très joli spectacle avec des mises en scènes et chorégraphies de qualité.

Enfin, quant aux étudiants, je devine qu'ils devaient être impatients d'arriver aux congés de fin d'année pour faire une break après un trimestre bien rempli, pour aborder sereinement (j'espère...) les partiels de Janvier ou pour préparer les stages qui arrivent en février.

Bonnes vacances à tous et excellentes fêtes !

Vanessa Proux

"Convivialité belge"

L'année dernière, j'écrivais un article sur un séjour à Montréal dans lequel je mettais en avant la convivialité québecoise. Un déplacement express à Bruxelles m'a de nouveau donné envie de parler de convivialité mais belge cette fois-ci. Après une brève rencontre sur Paris, plusieurs mails et appels téléphoniques échangés, j'ai été invitée par la Haute Ecole Lucia de Brouckere  (HELDB) de Bruxelles pour une visite de leurs locaux et la signature d'un partenariat académique. Après avoir examiné les programmes des formations dispensées par l'Institut Meurice de la HELDB, un rapprochement avec Sup'Biotech me paraissait naturel et logique.

Mes interlocuteurs belges m'ont réservé un accueil extrêmement chaleureux et ont élaboré un programme de visites mettant en valeur à la fois leurs installations et la vie bruxelloise.

J'ai ainsi découvert les équipements de l'unité de Biotechnologie de la HELDB, en particulier les bioréacteurs et l'unité de brasserie qui permet la fabrication d'un produit culte de la Belgique : la bière. Je suis persuadée que certains de mes étudiants se plairont dans cet environnement technologique. Mes guides m'ont aussi emmenée dans les locaux flambants neufs du parc Eurobiotec Brussels qui abrite une plate-forme technologique parmi laquelle figure une ligne de fermentation d'une capacité de 500 litres : très impressionnant quand on se trouve au pied de la cuve et qu'on se sent tout petit. Enfin, j'ai fait le tour des laboratoires de recherche et d'enseignement avec un coup de coeur pour le laboratoire de chimie organique : le responsable m'a présenté des travaux d'ingénierie gastronomique comme les chips de choux de bruxelles. J'ai eu envie, pendant un instant, de redevenir étudiante pour me familiariser à ce  type d'ingénierie. Cela m'a remémoré d'agréables souvenirs : ma rencontre avec Hervé This lors du colloque Chimie et Alimentation du mois dernier. Mr This a aussi rendu visite à l'Institut Meurice...

En parallèle, j'ai découvert le vieux Bruxelles avec ses nombreuses boutiques de chocolat, ses espaces verts, la grande Place toute illuminée, le musée de la Bande Dessinée et le légendaire Manneken pis séparé de sa compagne Jeanneke Pis par quelques pâtés de maison.

Un grand merci à mes hôtes belges pour ce séjour, la formation d'ingénieur industriel en biochimie de l'Institut Meurice montre des atomes crochus avec le cursus de Sup'Biotech.

Vanessa Proux

 Déjeuner professionnel ET convivialbruxelles3red.jpg

 

"Bon pressentiment..."

Le colloque Adebiotech sur les polluants émergents a été une réussite tant sur le contenu que sur l'organisation. Je tiens à adresser toutes mes félicitations aux étudiants Sup'Biotech qui ont participé à la logistique du colloque et plus particulièrement à la chef de projet... J'avoue avoir été très fière quand la vice présidente d'Abiotech a remercié Sup'Biotech pour son implication lors de la séance d'ouverture du colloque. J'attends maintenant avec impatience les recommandations qui vont être tirées de ces 2 jours de tables-rondes et d'ateliers, pour voir comment intégrer au mieux la thématique des polluants émergents dans la formation. Les premières conclusions tendent à montrer que les Biotechnologies peuvent réellement apporter leur contribution à la détection, à la caractérisation des polluants émergents et à l'étude de leurs effets sur la faune et la flore.

Pour finir, je souhaite évoquer ma participation à un autre colloque organisé par la fédération française de la chimie, début octobre, sur le thème "Chimie et Alimentation". Cet évènement m'a permis de revenir à mes premiers amours scientifiques : la biochimie, mais aussi de rencontrer un chimiste passionné qui a su marier  avec dextérité, finesse et talent la chimie et l'art culinaire en jouant sur les saveurs, les textures, les couleurs, les compositions moléculaires des aliments...Vous avez peut-être deviné : il s'agit de Mr Hervé This. Il a maintenant une fan de plus ! J'ai été captivée par ses présentations et je suis convaincue qu'il est capable de susciter des vocations pour la chimie chez les jeunes. Mr This avait aussi guidé les cuisiniers de Le Nôtre dans la réalisation du déjeuner du colloque : je dois avouer que j'ai fini d'être littéralement conquise en goûtant la chantilly de chocolat qu'il avait suggérée... :)

Vanessa Proux

Evènement coup de coeur : Colloque Adebiotech "Eau et Polluants Emergents"

A l'heure actuelle, quand on parle de Biotechnologies à de futurs étudiants, la plupart d'entre eux pensent d'abord à des applications dans le domaine de la santé : nouveaux vaccins, thérapies innovantes contre le cancer, protéines recombinantes... Pourtant, il existe un autre secteur dans lequel les Biotechnologies ont encore plusieurs cartes à jouer : celui de l'environnement. Ainsi, le traitement des eaux usées et la dépollution de certains sols font déjà appel à des procédés issus des Biotechnologies.

A Sup'Biotech, nous souhaitons développer les vocations pour les métiers des Biotech de l'environnement, nous avons déjà introduit plusieurs cours sur le sujet dans le cycle Expertise. Nous encourageons aussi les étudiants à travailler sur des projets sur l'environnement. C'est dans ce contexte que je souhaite vivement soutenir une de mes étudiantes de dernière année qui a pris en main l'organisation du prochain colloque d' Adebiotech : Eau et polluants émergents, apport des biotechnologies à l'analyse des polluants émergents. Sujet d'actualité qui fera l'objet de présentations technologiques prometteuses et de réflexions d'ordre économique  Quand je vois l'investissement et l'énergie déployés à la mise en oeuvre de ce colloque, j'espère que le succès en sera proportionnel. En tout cas, je suis persuadée que le contenu sera de qualité.

Je serai évidemment présente à ce RDV pour récolter un maximum d'informations pour la mise à jour des programmes mais aussi pour continuer à accroître le réseau professionnel de l'école dans le secteur de l'environnement.

Enfin, l'implication de Sup'Biotech  au colloque s'associe aussi à une volonté de mettre en place et d'afficher un axe Développement Durable dans la formation.

Venez nombreux, toutes les informations sont sur le site d'Adebiotech !

Vanessa Proux

"Speedy Gonzales ?"

Cela aurait pu être un surnom  donné par mes collègues ou mes proches à mon égard durant la semaine qui vient de s'écouler...  Je suis rentrée de mon dernier déplacement il y a quelques heures à peine et je ne vais pas tarder à rejoindre les bras de Morphée suite à une accumulation de nuits trop courtes.

J'ai commencé cette semaine sur un thème plutôt agréable, celui de l'oenologie...Cet art fait appel à la biotechnologie grâce à certaines levures et bactéries qui, par le biais des fermentations, permettent la fabrication du vin. L'une de mes étudiantes voue un réel intérêt à ce sujet et a choisi d'en faire son projet professionnel. Elle a donc naturellement effectué son stage de fin d'études dans un centre de recherche sur le vin, de l'autre côté de l'Atlantique. Avec ma formation de biochimiste, j'ai endossé le rôle de tuteur pour le suivi de stage et de rapporteur pour la soutenance. Cela tombait bien, j'ai toujours eu un grand intérêt pour l'application de la science à l'alimentation. Dans la même journée, se sont succedés la soutenance de stage et une session de networking couplée à une leçon d'oenologie. Ce dernier évènement était organisé par Info Veille Biotech et c'était une excellente idée. Il est beaucoup plus facile de créer des contacts professionnels productifs dans un climat convivial, dogme confirmé une fois de plus par l'Oeno-BIO-connexion. Expérience à renouveler !

Après cette première journée dédiée à l'oenologie, la semaine s'est poursuivie sur un séjour dans la région des Ch'tis à Lille  où se déroulait l'édition 2009 d'Eurobio, salon professionnel européen des Biotechnologies. Les organisateurs avaient changé la formule en n'ouvrant le salon que de 16h à 18h le premier jour. Avec du recul, je ne suis pas sûre que cela soit vraiment une bonne idée, en effet, les premiers visiteurs dont je faisais partie ont été deçus en arrivant face au petit nombre de participants et d'exposants. Beaucoup avaient préféré programmer leur arrivée au 2ème jour où les horaires d'ouverture s'étalaient sur la journée entière. Ainsi après un petit moment de déprime, j'ai retrouvé le sourire le lendemain en déambulant dans les allées bien fréquentées de l'exposition Eurobio, en croisant beaucoup de connaissances (intervenants et tuteurs de stage), en assistant à des présentations d'entreprises innovantes comme celle de Pherecydes Pharma et en établissant de nouveaux contacts à fort potentiel pour le développement de Sup'Biotech. Ma présence à Eurobio m'a aussi permis d'avoir des moments privilégiés avec certaines de mes étudiantes qui avaient pu se libérer pour venir étoffer leur réseau. Ces moments font partie des tâches que j'apprécie le plus dans mon métier.

Enfin, j'ai dû quitter Lille avant la fin d'Eurobio pour pouvoir retrouver mes étudiants à leur séminaire d'intégration en Vendée. Entre les deux évènements, j'ai eu à peine 3h pour repasser par Paris et troquer  tailleurs contre jeans et converses (tenue de rigueur pour le week-end d'intégration) dans ma valise. Pour mes collègues et moi-même, le séminaire s'est déroulé comme un véritable film d'action pendant lequel nous n'avons pas connu un seul moment d'ennui. Les nuits trop courtes dont je parlais au début de mon article correspondent aux soirées dansantes du séminaire

Malgré la fatigue accumulée pendant le week-end, mes étudiants, mes collègues et moi-même, nous serons tous présents à l'école demain matin comme prévu, j'en suis persuadée...

Vanessa Proux

"Expérience de Sup'Biotech ?"

SDC10285red.jpg

 

 

 

Est ce que cette pastèque aux contours inattendus est le fruit d'une expérience de biotechnologies ? J'avoue ne pas avoir eu la réponse quand j'ai pris la photo mais peut-être qu'une petite recherche bibliographique sur le web pourrait satisfaire les plus curieux...

En fat, cette originalité végétale se trouve dans une boutique en plein Tokyo et je me devais d'immortaliser ce souvenir. Si je me replace dans un contexte professionnel, j'envisagerai de proposer à mes étudiants un sujet de réflexion sur l'intérêt de changer la forme des fruits et légumes et sur les moyens technologiques associés. Je retiens l'idée pour les sessions de rattrapages de 2010

Au delà de cette anecdote, le Japon est vraiment un pays très intéressant à découvrir, curieux mélange de traditions (temples, jardins tous ronds, kimonos, bains onsen...) et de haute technologie (impressionnants quartiers d'électronique, jeux vidéo performants, tous derniers modèles d'ordinateurs et d'appareils photo...) le tout dans un environnement propre et zen. Parce que le Japon a beau avoir la réputation d'être un pays surpeuplé, on ne le ressent absolument pas. Les Japonais sont très respectueux des gens et de leur environnement, c'est agréable d'être touriste dans de telles conditions. J'espère avoir l'occasion d'y retourner, il reste encore des villes et des sites à explorer. Le dépaysement est garanti, accentué par le fait que l'anglais n'est pas courant et qu'il faut se débrouiller avec des visuels et des signes pour communiquer.

Après cette parenthèse d'évasion, j'ai retrouvé mon bureau avec sérénité pour aborder la rentrée et même s'il n'y a plus maintenant la perspective d'ouvrir une nouvelle année (les 5 années du cursus sont ouvertes depuis 2008), d'autres projets continuent de stimuler ma motivation. Pour entretenir et même accroître le dynamisme qui caractérise Sup'Biotech, chaque année scolaire s'accompagne de nouveaux chantiers sur l'International, les relations entreprises ou encore la pédagogie.

Vanessa Proux

 

"RDV à la rentrée..."

HPIM2487red.jpgLieu de mes futures vacances ?????? Réponse en septembre...

 

Quelques mots pour vous souhaiter un agréable mois d'août, bonnes vacances pour ceux qui peuvent en prendre, révisions efficaces pour ceux qui doivent encore faire leurs preuves aux examens de rattrapage fin août ou encore rédaction productive pour ceux qui terminent leurs stages de fin d'études...

C'est la fermeture annuelle de Sup'Biotech, au minimum 2 semaines, du 10 au 24 août. De plus, dans de nombreux environnements professionnels, le mois d'août correspond à une activité ralentie, mes collègues et moi-même, nous en profitons alors pour concentrer nos congés et recharger les batteries.

Pour ma part, je ne serai de retour que le 26 août...

A très bientôt

Vanessa Proux

Halte aux idées reçues ...

comme celle où nous pensons que quand nous travaillons dans l'enseignement, même supérieur, nous sommes en vacances dès qu'une période de congés scolaires démarre. A Sup'Biotech, c'est le contraire, nous continuons à être en pleine effervescence professionnelle : conseils de classe de fin d'année, réflexions sur les évolutions des programmes et de la pédagogie, recrutement des nouveaux enseignants, entretiens de la dernière chance pour des candidats retardataires, préparation des prochaines rentrées, remise des titres Bachelor 2009, suivi des étudiants du cycle Expertise qui ont encore cours...En effet, nous avons mis les étudiants de 4ème et 5ème années au rythme du monde du travail en limitant les vacances scolaires : entre les cours, les projets et les stages, les congés se retrouvent sur la période des fêtes de fin d'année et le mois d'août et correspondent à un nombre de semaines courant pour la réalité professionnelle. Mes collègues et moi-même, nous prendrons donc un peu de repos en même temps que nos étudiants au mois d'août

J'avoue que ce petit aparté s'adresse aussi à mes proches qui, à chaque été, me disent gentiment "alors Vanessa, ça doit être plus calme au travail en ce moment " ou  dès que la date du 30 juin est passée "Ca y est ! Tu es en vacances ! " Eh bien, non, nous continuons à ne pas nous ennuyer à Sup'Biotech, même en Juillet, avec le soleil en plus pour nous permettre de profiter de la cour lors de déjeuners pique-niques et de déguster un esquimau bien frais lors d'un mini-break entre 2 RDV. Nous avons même failli avoir "Villejuif Plage" sur une très bonne initiative du nouveau BDE Insomnia mais hélas ce jour-là, la météo a été capricieuse et le soleil a laissé la place à de grosses averses. J'espère que la manifestation référence "Paris Plage" aura plus de chance...

 

Vanessa Proux

Un si beau Gala...

Tous les établissements d'études supérieures ont leurs caractéristiques propres : pour les écoles, il s'agit, entre autres, de l'encadrement, de la vie associative étudiante et (surtout ?) du gala annuel qui clôture l'année scolaire. De part sa jeunesse et ses effectifs étudiants encore modestes, Sup'Biotech n'avait pas pu, les années précédentes, organiser son propre Gala. Eh bien, 2009 se révèle être une année marquante, en plus de la sortie de la promotion pionnière attendue cet hiver, elle sera aussi associée à un  autre évènement d'une importance moindre mais tout de même réelle : le premier gala de fin d'année.

Avec presque 400 étudiants à la rentrée 2008, le BDE était en mesure d'organiser le gala annuel, tant attendu par les promotions pionnières. Je tenais aussi à ce que ce gala ait lieu cette année pour que la promotion 2009 puisse en profiter avant sa sortie et même si, en tant qu'anciens, ils seront toujours invités aux prochaines éditions.

Le mot d'ordre de notre direction générale pour la préparation de cette soirée était "élégance". Le BDE a su répondre à ces attentes en réservant les salons de l'un des plus beaux hôtels parisiens "L"Intercontinental Paris le Grand", situé dans un prestigieux quartier parisien.

Malgré la programmation un soir de semaine, le succès a été au RDV, par rapport aux prévisions initiales, le BDE a accueilli plus de 100 personnes supplémentaires. Le corps professoral et administratif était clairement représenté avec une trentaine de personnes et j'ai eu le plaisir et la fierté d'accueillir au cocktail VIP quelques précieuses relations professionnelles de Sup'Biotech. Félicitations à mes étudiant(e)s pour leur élégance, ces demoiselles étaient resplendissantes dans leurs robes longues et ces jeunes hommes très "classes" dans leurs costumes (par contre, je ne crois pas avoir aperçu de smoking...). J'ai même parfois eu du mal à reconnaitre certaines jeunes filles tant le contraste était fort entre leur tenue quotidienne décontractée et leur si belle tenue de soirée. Cela vous va bien, continuez à vous féminiser mesdemoiselles.

En restant une bonne partie de la nuit (et ce n'était pas un sacrifice pour moi), j'ai pu constater que la bonne ambiance et l'esprit de fête étaient bien là, du début à la fin. Parmi la foule étudiante, j'ai également reconnu quelques visages de futurs étudiants de la rentrée 2009 : j'ai apprécié cette initiative d'être venu qui témoigne d'un souhait d'intégration rapide à Sup'Biotech.

Finalement, je crois que je peux affirmer que j'étais pratiquemment aussi impatiente que mes étudiants d'aller au Gala. En plus, ayant suivi un cursus universitaires pendant mes études, je n'avais pas eu l'occasion d'avoir des galas de fin d'année; j'ai voulu rattraper le temps perdu. J'ai vraiment passé une excellente soirée et ... vivement l'année prochaine.

Vanessa Proux

Quelques mots pour le dernier jour de mai

Dans mon article précédent, j'évoquais un voyage professionnel outre-atlantique, je tenais à vous faire part de quelques commentaires sur ce déplacement avant que le mois ne se termine. Ce dernier jour de mai  qui représente aussi pour moi le démarrage d'une nouvelle année, moment que l'on aime partager d'une manière ou d'une autre, au travers d'un blog par exemple...

Ma 2ème édition de BIO a été encore plus intense et enrichissante que celle de l'an dernier, Peut-être que j'avais tiré profit de mon expérience de l'an dernier à San Diego pour optimiser les prises de contacts et quadriller plus efficacement le périmètre de cette immense foire des biotechnologies. Autre remarque qui va  paraitre typiquement féminine mais les talons aiguilles sont vraiment déconseillés pour arpenter les allées de l'exposition et s'engager sur les pavillons des pays où la moquette gonfle brutalement en épaisseur.

Avec mon collègue, je pense pouvoir affirmer que nous avons fait le tour du monde des entreprises de biotechnologie lors de cette convention : des Etats-Unis en passant par l'Asie puis l'Europe, l'Amérique du Sud et enfin l'Australie et la Nouvelle-Zélande. J"ai constaté qu'il manquait juste des représentants du continent africain, pourtant concerné par les Biotechnologies, surtout dans le domaine de l'agronomie. Mais ce sont plûtôt des groupes multinationaux qui valorisent les Biotech en Afrique, les entreprises locales font encore les timides, plus pour très longtemps à mon avis.

J'espère que les contacts professionnels établis à l'édition 2009 de BIO porteront rapidement leurs fruits au travers d'offres de stage à l'étranger pour les étudiants. Ce RDV international était également l'occasion de retrouver toute la communauté française des biotechnologies et notamment des tuteurs de stages. C'était plutôt satisfaisant  d'avoir des retours positifs sur les stagiaires Sup'Biotech à des milliers de kilomètres du lieu de stage.

Par ailleurs, j'ai réussi à glisser dans le planning très chargé de BIO, une matinée de RDV à la Georgia Tech, l'université d'Atlanta pour discuter d'un projet de partenariat académique. J'ai été très bien reçue et j'ai pu visiter tout le campus digne des universités américaines par sa surface. et les installations mises à la disposition des étudiants. Ces premiers échanges ont été positifs, affaire à suivre...

Pour finir, quelques remarques purement touristiques sur la ville qui a accueilli BIO cette année: Atlanta est une ville plein de charme où les forêts et les parcs cohabitent sans aucun problème avec les grandes tours de bureaux, où les habitants sont très respectueux de leur environnement et qui propose aux visiteurs des sites originaux à découvrir comme le fief de Coca-Cola, les studios TV de CNN , le centre historique dédié à la guerre de Sécession et bien d'autres encore...

A très bientôt

Vanessa Proux

 

Journées "marathon" avant le départ...

à la convention Internationale BIO à Atlanta. J'ai découvert cette grande messe internationale des Biotechnologies l'année dernière à San Diego. J'ai pu constater par moi-même que c'était le RDV annuel des acteurs des Biotech, tous pays confondus, à ne pas manquer (si possible...). La cuvée 2008 ayant été très positive (signatures de 2 accords internationaux, constitution d'une base de données internationale, premiers contacts pour stages à l'étranger...), j'y retourne cette année avec une motivation grandissante et, en renfort , mon responsable des relations entreprises.

Le congrès commençant lundi matin, nous partons ce dimanche et avant ce départ, nous tenons à finir tous nos dossiers en cours d'où le titre de cet article : c'est plus qu'une simple course, c'est un véritable marathon où l'endurance est indispensable En vrac, voici un extrait de ces derniers jours : visites de stage chez Veolia Environnement, à Maisons Lafitte, suivi du BDE qui prépare le premier gala (tant attendu) de Sup'Biotech, coaching d'une étudiante en vue des partiels de fin d'année, petit cocktail d'accueil pour les étudiants écossais, séance de travail sur Paris avec une journaliste spécialiste des Biotech, réflexions sur l'évolution des programmes et de l'organisation des études, préparation de visites d'entreprises de fin d'année pour les étudiants des classes préparatoires...en plus de toutes les tâches hebdomadaires et des imprévus. J'ai même dû renoncer à l'inauguration d'une plate-forme technologique au Genopole, faute de pouvoir me cloner.

Je sens qu'après une telle semaine, je ne vais pas voir passer le vol pour Atlanta parce que je serai plongée dans les bras de Morphée...

Petit aparté (ou clin d'oeil ?) : je me suis efforcée de ne pas faire un article trop long cette fois-ci , une étudiante m'a gentiment fait la remarque que j'écrivais toujours de longs articles (je suis une grande bavarde dans la réalité, il semblerait que cela se retrouve sur mon blog). J'ai voulu bousculer les habitudes, elle me dira si j'y suis arrivée...

 

Vanessa Proux

Welcome to Sup'Biotech...

 I am so happy to meet you. Voici un aperçu de la conversation que j'ai échangée la semaine dernière avec une étudiante écossaise.

Après avoir envoyé pour la 1ère fois des étudiants Sup'Biotech dans des universités partenaires pour suivre des cours,  je reçois maintenant les premiers étudiants étrangers dans le cadre des accords internationaux. Tout s'est passé très vite : après avoir visité l'Université d'Aberdeen en Ecosse en décembre dernier, mes correspondants écossais sont venus à Sup'Biotech début 2009. Enchantés par leur visite et les présentations en anglais de mes étudiants (merci aux promotions 2011 et 2009), ils ont fait en sorte que le partenariat officiel soit rapidement signé afin de pouvoir nous envoyer quelques uns de leurs étudiants d'ici l'été. J'ai reçu 3 CV de qualité des étudiants d'Aberdeen et je les ai diffusés à un ensemble de laboratoires de recherche dans lesquels certains de mes étudiants étaient en stage. En effet, mes contacts écossais souhaitaient que leurs étudiants conjuguent projet en laboratoire et cours à Sup'Biotech pendant 3 mois.

Après avoir trouvé les laboratoires d'accueil, il a fallu aider nos écossais à chercher un logement et vous savez combien ce n'est pas facile de trouver un appartement sur Paris ou proche banlieue !  J'ai ouvert plusieurs pistes de recherche en parallèle dont l'une consistait à solliciter l'aide de mes étudiants : certains étaient partis en stage en province ou l'étranger et avaient donc libéré leur logement, d'autres avaient des projets de colocation en cours. J'ai alors passé quelques annonces sur l'intranet de l'école faisant appel à leur solidarité  pour recueillir des idées de logement pour les écossais. J''ai constaté avec joie que c'était une bonne idée puisque j'ai eu des retours positifs avec des propositions de logement et même de colocation. Cette dernière solution est, à mes yeux, la plus enrichissante, pour nos invités écossais : rien ne vaut plus que de partager la vie des "locaux" quand on découvre un nouveau pays et donc une nouvelle culture. J'y vois un autre intérêt  pédagogique cette fois-ci : permettre à l'hôte Sup'biotech de faire de jolis progrès en anglais :) D'ailleurs, les étudiants Sup'Biotech qui sont en stage dans les futurs laboratoires d'accueil des écossais vont aussi pouvoir perfectionner leur anglais parce qu'ils vont travailler en équipe avec eux.

See you soon for the next story with my scottish guests and for other news.

Vanessa Proux

"Tranches de vie : suite..."

Episode 3 : J'ai déjà évoqué dans des articles précédents l'importance d'entretenir sa culture Biotech pour rester réactif sur ce domaine. L'une de mes sources d'informations est la newsletter Info Veille Biotech animée par un duo féminin de choc. J'ai d'ailleurs eu la chance d'avoir plusieurs occasions d'apprendre à connaître ces 2 jeunes femmes et je me retrouve parfois dans leur détermination et leur passion pour leur activité professionnelle. Info Veille Biotech a déjà 7 ans et elles ont tenu à fêter dignement cet anniversaire parce qu'il parait que 7 ans c'est un cap essentiel d'une histoire d'amour. Je pense pouvoir me permettre d'affirmer que c'est justement une histoire d'amour qui lie ces 2 collaboratrices à Info Veille Biotech et à l'arc en ciel des Biotechnologies : bleues, rouges, blanches, vertes, or....Une BIO-Connexion astucieusement intitulée "Retour vers le Futur" (petit clin d'oeil à la trilogie des années 80) a été organisée pour fêter cet évènement. Je ne pouvais pas manquer ça, même si cette semaine-là, l'agenda professionnel était bien chargé avec en parallèle la convention d'affaires BioSquare et la session Bio-Entrepreneur. Parmi les présentations de la BIO-Connexion, mon coup de coeur va vers le témoignage d'une amie, Céline,  sur l'art du réseautage. Elle a mis l'accent sur un principe simple : construire et développer son réseau professionnel c'est donner et aimer sans forcément attendre en retour. Je la rejoins complètement sur cette idée et je tiens d'ailleurs à la remercier pour ses précieux conseils et les projets qu'elle m'a fait partager pour promouvoir l'image de Sup'Biotech. Elle me soutient dans mon aventure pédagogique depuis le début et je lui en suis reconnaissante. Enfin, un autre fait agréable de cette BIO-Connexion était de pouvoir croiser certaines de mes étudiantes dans leur situation professionnelle du moment : stages ou missions.

 

Vanessa Proux

 

"Tranches de vie à Sup'Biotech"

Episode 1. La semaine précédant le départ en stage de fin d'études des étudiants de 5ème année, j'ai évalué pour la dernière fois leurs projets libres. Par exemple, 2 étudiantes ont monté des conférences de vulgarisation scientifique pour des élèves de classe primaire. Leur objectif était de sensibiliser des enfants aux sciences expérimentales en leur faisant faire des expériences simples comme extraire de l'ADN d'un fruit à partir de liquide vaisselle ou transformer une clémentine en pile électrique.  Le principe m'a beaucoup plu dans un contexte où chaque année, une désaffection des filières scientifiques est constatée dans les études supéreiures...Montrer l'intérêt des sciences à des enfants peut tout à fait apporter une influence positive dans le choix des études pour plus tard.

Ces 2 étudiantes ont donné leurs premières conférences l'année dernière dans l'école primaire de l'une d'entre elles. Un ami de leur promotion les avait accompagnées pour filmer l'expérience. La diffusion de la vidéo m'a convaincue de les soutenir dans cette initiative et de les encourager à faire ces conférences dans d'autres écoles. Je leur ai alors donné les coordonnées de mon école primaire située à Paris dans le 15ème arrondissement au cas où... Et cela a marché ! Même si l'équipe de direction a changé depuis la fin de ma scolarité, la nouvelle directrice a accueilli chaleureusement la proposition de mes étudiantes en leur donnant 2 créneaux horaires pour venir convaincre des élèves de CM2 de l'intérêt des sciences. Je me suis rendue sur place pour les voir donner leur conférence en direct. Ce fut aussi l'occasion pour moi de faire un véritable retour aux sources : je garde un bon souvenir de cette école où j'ai aussi fait mon collège et mon lycée. Les institutrices n'étaient plus les mêmes mais certains de mes anciens professeurs étaient toujours là 1... ans après. Je suis allée les saluer, c'était amusant de voir que vous leur rappeliez quelqu'un sasn en retrouver le nom tout de suite. J'ai notamment revu une de mes professeurs préférées, Mme B... qui m'a fait aimer les classiques de la littérature que nous devions éudier au collège et au lycée comme les Rougon Macquart de Zola et qui m'a donné goût à l'écriture.

Episode 2 : Certains des étudiants de 5ème année ont eu la chance et l'opportunité de partir à l'autre bout de la planète pour leur stage à Vancouver au Canada ou pour complèter leur cursus à Brisbane en Australie. Leur directeur des études et moi-même, nous avons eu le plaisir de recevoir de leurs nouvelles assez rapidement après leur arrivée dans leur nouvel environnement.. D'après leurs propos; le dépaysement est bien là avec des températures étouffantes pour ceux qui sont en Australie, une culture nord-américaine pour celle qui est à Vancouver et des campus immenses ressemblant à des mini-villes et avec tous les équipements technologiques et de confort dans les 2 cas. Je suis contente que ces étudiants aient eu l'occasion de partir à l'étranger, je trouve que la période des études est la plus propice pour cette expérience et j'ai parfois quelques regrets de ne pas m'être donnée les moyens de la faire pendant mes études.

Vanessa Proux

 

"Derniers jours de cours...."

pour la promotion pionnière de Sup'Biotech : la promotion 2009. Déjà 5 ans ! C'est une remarque très courante mais je vais tout de même la redire : je n'ai vraiment pas vu le temps passer ! Même si j'ai été complètement absorbée par la création de Sup'Biotech année par année et par le développement du réseau professionnel, j'ai remarqué que les premiers étudiants avaient aussi évolué, ils s'étaient enrichis des enseignements, des expériences professionnelles avec les projets et les stages et ils avaient globalement gagné en maturité. Je sais d'avance que cela me fera toujours quelque chose de voir une promotion partir mais comme pour toute première fois, les émotions sont plus fortes à ce moment là...

Cette dernière semaine de cours a été particulièrement chargée pour les 5èmes années : en parallèle des enseignements et des dernières évaluations, ils ont tenu à fêter dignement leur départ. Les réjouissances ont commencé dès le lundi soir avec un défilé très animé dans les couloirs de l'école avec hygiaphone et sirène de police à l'appui. Les plus jeunes promotions ainsi que leurs professeurs ont bien perçu qu'un évènement très important se préparait. Cette première journée de festivités s'est terminée par une "customisation" de ma voiture à la mousse à raser avec des surnoms affectueux (il parait) et des jolis petits dessins comme une fleur sur mon pare-brise. C'était tout de même une décoration bien réfléchie puisqu'ils m'avaient laissé suffisamment de visibilté pour que je puisse conduire et me rendre à la laverie automatique. C'est d'ailleurs en passant le karcher que j'ai découvert une dernière inscription sur le toit de ma voiture mais c'est sûrement celle qui m' a le plus touchée : "Merci !"

Après cette première journée, j'étais un peu sur la défensive pour le reste de la semaine me demandant ce qui allait encore m'arriver, jusqu'où l'imagination de mes étudiants pouvait aller...

Finalement, le reste de la semaine a été relativement calme, j'ai encore eu droit à quelques petites blagues comme du dentifrice sur les poignées des portières de ma voiture. Il y a aussi eu quelques "au revoir" anticipés avec certains étudiants ayant l'opportunité d'aller finir leur semestre d'études en Australie et devant quitter les cours plus tôt que prévu.

Est enfin arrivé le dernier jour de cours et d'ailleurs, heureux hasard, le professeur ayant eu l'honneur de clôturer les cours de 5ème année était celui qui était le plus plébiscité des étudiants. Dans ce contexte particulier, Mr L. a été très compréhensif face à l'agitation des étudiants pressés d'aller reprendre les festivités dans les couloirs de l'école, de venir m'offrir des fleurs et d'aller me ligoter autour du fauteuil de mon bureau Son cours a aussi été interrompu à 2 reprises pour de bonnes raisons : notre directeur général  a pu se libérer pour venir dire au revoir à la première promotion de Sup'Biotech et souhaiter aux étudiants un avenir professionnel épanouissant et enrichissant. Je suis également venue dire quelques mots avec les membres de mon équipe et faire le bilan de ces 5 années passées ensemble : j'avais des tas de choses à dire mais en raison de l'émotion, mon temps de parole a été plus court que prévu.

Cette journée s'est achevée autour d'un barbecue organisée par le BDE en l'honneur des étudiants pionniers. J'ai eu le droit à un dernier cadeau : un magnifique hippopotame en peluche rose et jaune qui jouera dorénavant le rôle de mascotte de Sup'Biotech en trônant dans mon bureau...

Vanessa Proux

 

Comment s'est passé le 1er évènement interprofessionnel de Sup'Biotech ?

Rappel

«  L’envol des biotechnologies françaises : aspects économiques, RH et formations »

Participants : une soixantaine de professionnels des Biotechnologies (consultants, entrepreneurs, chargés de mission, chargés de valorisation, DRH….) + 20 étudiants Sup’Biotech + 18 intervenants + 5 membres de l’équipe Sup’Biotech + 3 journalistes

Lieu : Parc d'entreprises Biocitech à Romainville au nord de Paris (métro ligne 5)

Rebondissement dernière minute

Il fallait bien que cela arrive, toute l'organisation s'annonçait trop bien : le 1er modérateur de la table-ronde a dû se désister 3 jours avant l’évènement. J'ai donc eu une poussée d'adrénaline à chercher un remplaçant pendant le week-end précédant l'évènement . C'était mission impossible, trop rares sont les professionnels qui n'ont pas un agenda rempli  dans les 8 jours qui arrivent et je devais trouver quelqu'un capable d'animer le débat dans un délai de 48h ! Finalement, je me suis tournée vers les participants à l'évènement, puisqu'ils étaient inscrits pour écouter les tables-rondes c'est qu'ils étaient disponibles le 3 février matin. J'ai eu l'agréable surprise de constater la solidarité de mon réseau : j'ai proposé à 4 personnes que je connaissais d'endosser le rôle de modérateur et les 4 m'ont répondu par l'affirmative : sauvée ! Merci à vous...

Le Jour J :

Introduction de la conférence par Jacques Lhomel, directeur du Parc Biocitech qui présente l’historique du parc (ancien site industriel Roussel Uclaf), son développement avec l’arrivée de 2 nouvelles entreprises qui porte le nombre à 24 résidents à Biocitech et les perspectives d’avenir (extension des locaux). David Sourdive de Cellectis complète l’introduction en annonçant le fort intérêt du pôle de compétitivité Medicen à soutenir un évènement en lien avec le développement économique des Biotechnologies et la valorisation des compétences.

1ère table-ronde sur « le développement économique, stratégie d’implantation et proximité des compétences »

par le modérateur Frédéric Faivre. Présentation des 6 intervenants :

  • Mr Alexandre Leroy, directeur d’IDIS, société d’accompagnement marketing pour les entreprises des sciences du vivant.
  • Mme Dominique Parganin, Directrice Innovation, Agence du développement du Val de Marne
  • Mr Jean-François Boussard, CFO de Theraptosis, entreprise de Biocitech
  • Mr Jean Pachot, CEO d’Oroxcell, entreprise de Biocitech
  • Mr Olivier Martinez, Directeur investissements Bioam gestion
  • Mme Roxanne Nuhaily, Director of International Studies of UCSD Extension, San Diego, Californie

Chaque intervenant dispose de 10 min pour présenter son sujet. Gestion du temps de parole grâce à un étudiant de Sup’Biotech assis au 1er rang et qui endosse le rôle de maître du temps.

1ère présentation par Mr Leroy sur l’implantation réussie d’une start-up aux USA : profiter de la crise pour saisir les opportunités comme le « drug discovery » grâce aux réserves financières des grandes compagnies pharmaceutiques. Implantation favorisée par la réactivité américaine et un taux de change favorable. Importance de bien choisir ses partenaires locaux et d’avoir des garanties financières. Présentation de la filiale IDIS aux USA et de ses références américaines (Merck, Novartis…)

2ème présentation par Mme Parganin sur les atouts du Val de Marne pour soutenir les entreprises innovantes comme favoriser le rapprochement des laboratoires et des entreprises, organiser des évènements comme une convention d’affaires, les cycles des matinales sur des sujets liés à l’innovation, créer le réseau des Business Angels du Val de Marne…

3ème présentation par Mr Boussard sur l’historique de la société Theraptosis, de sa création en 2001 (spin-off de Pasteur) à sa disparition… Témoignage très intéressant sur l’issue négative d’une création d’entreprise. Analyse rapide des raisons de l’échec de la société, business model basé uniquement sur une activité de recherche sans aucun chiffres d’affaires et dépendant des levées de fond. Modèle fragile, encore plus déstabilisé par un déménagement coûteux et des conditions locatives contraignantes, aboutissant à la fermeture de l’entreprise au printemps 2009.

4ème présentation par Mr Pachot, témoignage de la success story vécue par Oroxcell, entreprise de biopharmacie créée en 2004 avec un modèle mixte prestations & recherche. Société en plein développement qui a su saisir des opportunités réglementaires récentes. Société impliquée dans plusieurs projets Medicen dont les effectifs et le CA sont en croissance. Conclusion sur les « fleurs » (statut JEI, formations de qualité…) et les « épines » (taxe professionnelle, calcul du crédit impôt recherche…) de la création d’entreprise. Présentation très intéressante mise en face de celle de Theraptosis.

5ème présentation de Mr Martinez, brève intervention informelle sur le rôle des hommes expérimentés, les seniors, dans le développement des entreprises innovantes.

6ème et dernière présentation, en anglais par Mme Nuhaily sur les départements et centres de recherche de l’UCSD liés à l’innovation dans les sciences du vivant et sur le développement des Biotechnologies à San Diego. Description des 6 facteurs qui ont permis de transformer la région de San Diego en un véritable parc économique des Biotechnologies. Premier facteur : investissement de l’état dans les années 50 et 60 dans des infrastructures telles que l’extension du campus de l’UCSD. Deuxième facteur : attirer des scientifiques de renom à San Diego dont neuf ont eu des Prix Nobel. Troisième facteur : création de fonds privés pour soutenir l’innovation. Quatrième facteur : culture de collaboration entre tous les départements et instituts de l’UCSD. Cinquième facteur : volonté de dispenser un enseignement supérieur de qualité avec des moyens de haute technologie. Sixième facteur : qualité de vie à San Diego pour les chercheurs et les ingénieurs.

Après ces 6 interventions, le modérateur, Mr Faivre lance le débat en sollicitant le public pour les questions. 2 personnes expriment leur admiration devant le témoignage de Mr Boussard sur la disparition de son entreprise. Un consultant sollicite l’avis de l’investisseur représenté par Mr Martinez sur la méthode américaine décrite par Mme Nuhaily.

2ème table ronde : Ressources humaines et compétences transversales : exemples

Par le modérateur, Mr Fabrice Bardèche, Directeur Général de Ionis Education Group. Présentation des 7 intervenants :

  • Mme France Normand-Plessier, déléguée générale de l’association Adebiotech
  • Mme Claudie Jover-Biyoghé, chef de projet LEEM sur la mutualisation des compétences
  • Mme Florence Ghrenassia, responsable de la valorisation et du transfert de technologie à l’AP-HP
  • Mme Laurence Friteau, Directrice d’agence Kelly Scientifique, Paris
  • Mr William Neilson, Chairman cabinet de recrutement TalentMark ; Londres
  • Mr Jean-Philippe Laval, CEO Discngine, société de Biocitech
  • Mr Frank Tetaz, associé cabinet Regimbeau

Chaque intervenant a 10 min pour faire sa présentation.

1ère présentation faite conjointement par Mme Normand-Plessier et Mme Jover-Biyoghé sur les besoins en compétences dans les Biotechnologies de la santé. Intérêt du LEEM (syndicat des entreprises du médicament) pour les Biotech car 50% des médicaments de demain seront des biomédicaments. Nécessité d’avoir des profils mixtes sciences & culture de l’entreprise avec de solides capacités en management et en communication écrite et orale, en français comme en anglais. Certaines compétences scientifiques doivent être renforcées comme les biostatistiques, la pharmacologie, la pharmacovigilance, la galénique… Pour les TPE qui n’ont pas toujours les moyens de recruter dans l’immédiat des personnes à temps plein avec des compétences spécifiques, dispositif de mutualisation des compétences (1 même personne apporte ses compétences à plusieurs entreprises à la fois à temps partiel) mis en place.

2ème présentation passionnée de Mme Ghrenassia sur l’intérêt de faire du transfert de technologie et de la valorisation de la recherche et les compétences requises. La valorisation concerne aussi bien le public que le privé et les chercheurs doivent être sensibilisés. Soutiens de l’Etat avec la loi sur l’Innovation en 1999 et la création des pôles de compétitivités. Equipe de valorisation avec une double compétence sciences & business, une solide expérience professionnelle, une bonne connaissance des PME, une culture du résultat et de la productivité. Plusieurs métiers possibles comme chargé de valorisation, chargé des relations industrielles, juriste spécialisé droit des contrats…Présentation de 2 réseaux nationaux sur la valorisation : Hôpital Tech Transfer et Réseau Curie.

3ème présentation par Mme Friteau sur le recrutement dans les Biotechnologies ; description du secteur Biotech Santé en France avec 20000 personnes employées répartis à 55% dans les Big Pharma et à 45% dans les PME. Besoins très différenciés dans les RH (recherche, développement clinique, industrialisation et commercialisation), recherche de profils doubles voire multiple compétences. Besoin de compétences individuelles, transversales, de profils seniors et apparition de nouveaux modèles comme la mutualisation des compétences. Pour finir, présentation du processus de recrutement chez Kelly Scientifique.

4ème présentation en anglais par Mr Neilson sur les compétences en médicomarketing et leur évolution à travers le cycle de développement du médicament : élaborer le médicament, le positionner sur le bon marché avec les bénéfices pour le patient et pour l’entreprise. Un bon état d’esprit peut même passer avant les compétences pour bien comprendre cette évolution de tâches.

5ème présentation par Mr Laval sur les profils d’ingénieurs double compétence informatique et biologie. Intérêt des outils informatiques pour les travaux de recherche pour modéliser, optimiser, automatiser…Besoin d’expertise scientifique informatique en programmation, data management, statistiques, acquisition et validation des données, création de modèles prédictifs. A l’heure actuelle, il y a encore une forte opposition entre l’informatique et les sciences et les formations Bio-informatiques ne sont pas assez orientées informatique. (Merci Mr Laval d'avoir mis à l'honneur l'informatique et les mathématiques, vous m'avez rendu service face aux étudiants Sup'Biotech présents dans l'auditoire en confirmant l'intérêt d'introduire des sciences dures dans un cursus Biotech)

6ème et dernière présentation par Mr Tetaz sur la double compétence sciences et brevets. Conformément à l’intervention de Mme Ghrenassia, il est indispensable de déposer des brevets et de stimuler la propriété intellectuelle (PI). Soit les entreprises sont de taille suffisante pour avoir leur cellule de PI soit l’entreprise peut se tourner vers des cabinets spécialisés en PI comme Regimbeau. Le conseiller en PI qui est de formation scientifique (bac + 5 minimum) et qui a ensuite suivi une formation complémentaire comme le CEIPI à Strasbourg est très recherché. Le brevet n’est pas isolé, autour s’articulent la marque, les droits d’auteur, le licensing, les royalties…
Après ces 6 interventions, le débat est ouvert avec le public et est de suite focalisé sur le risque de ne pas tomber dans les excès de brevets qui peuvent freiner le développement d’une entreprise.

Conclusion générale par Anne Pezet qui revient sur la mutualisation des compétences avec de premiers essais en cours au Génopole.

par Vanessa Proux, en direct de Biocitech

La pression monte...

Quelques lignes pour faire part du stress qui commence à m'envahir... Dans quelques jours, va avoir lieu le premier évènement interprofessionnel de Sup'Biotech. Cet évènement ouvert à tous les acteurs professionnels des Biotechnologies : consultants, ingénieurs, docteurs, chefs de projet, chargés de mission, business developper, chercheurs..., va se dérouler sous forme de tables-rondes et débats sur des sujets d'actualité comme le poids des ressources humaines dans le développement économique des entreprises innovantes ou la recherche de compétences multiples chez un même individu. Cela fait plusieurs mois que je travaille sur cet évènement et j'espère qu'il répondra aux attentes des participants. et qu'il n'y aura pas d'imprévu ou d'impondérable de dernière minute...Je sais, par expérience, que nous avons beau avoir pensé à tout, nous n'avons pas, hélas, le don de voir et de prédire le futur.

Enfin, j'espère que cet évènement sera associé à un networking efficace. Pour avoir assisté à un nombre incalculable de manifestations professionnelles (organisées par France Biotech, Medicen, Paris Développement, X-Biotech, Centrale Santé, Genopole... ) je suis convaincue que c'est le moyen le plus efficace pour pérenniser et développer son réseau. Je souhaite donc rendre la pareille à mes invités.

A bientôt pour le bilan de cet évènement

Vanessa Proux

Une belle année en perspective...

Je commencerai par vous souhaiter une très belle année 2009 : j'espère que cette année répondra à vos attentes, que ceux et celles qui ont des grands projets soient comblé(e)s, que ceux et celles qui recherchent l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle soient satisfait(e)s...Finalement, j'espère que cette nouvelle année sera riche en joies, bonheur et réussites pour tout le monde.

J'aurai aimé souhaiter mes voeux un peu plus tôt (même si la tradition veut que nous ayons jusqu'au 31 janvier) mais 2009 a démarré sur les chapeaux de roue pour moi, le temps des vacances est bien loin maintenant...

En 2 semaines, j'ai déjà eu la chance de vivre des grands moments et ressentir de belles satisfactions : 2009 commence très bien, il faut que cela dure !

Premier évènement : la signature d'un nouvel accord international avec un pays inattendu et inhabituel mais très prometteur : Puerto Rico. Cette île a un gros potentiel dans les biotechnologies à travers des formations parrainées par des professionnels et le développement de pépinières d'entreprises. Puerto Rico s'était d'ailleurs fait remarqué au salon Eurobio en octobre dernier en déployant ses atouts dans l'un des plus grands stands. Ce partenariat académique est aussi le fruit de mon séjour à San Diego à l'édition 2008 de la convention internationale BIO. L'équipe de l'Université de Puerto Rico m'avait fait un des accueils les plus chaleureux et les plus enthousiastes. Grâce à cet accord, mes étudiants pourront non seulement pratiquer leur anglais mais aussi améliorer leur espagnol.

Second évènement : le succès remporté par les étudiants Sup'Biotech de la promotion 2009 à un concours étudiants de création virtuelle d'entreprises. Ce prix était parrainé par OSEO et la CDC (caisse des Dépôts et des Consignations), deux structures apportant des soutiens financiers à des entreprises innovantes. Dans le cadre d'un cours de création d'entreprise, les étudiants ont eu comme projet de simuler un projet d'entrepreneuriat : produit ou service innovant répondant à un besoin, étude de marché, financement, ressources humaines déployées, prévision du chiffre d'affaires, campagne de communication... Tous ces points ont été rassemblés sur un poster et l'équipe étudiante (3 à 4 personnes) avaient à peine 5 min pour convaincre un jury composé de 10 professionnels que leur idée était la meilleure. 4 équipes Sup'Biotech sont allées relever le défi aux côtés de 24 équipes d'une école d'ingénieurs plus ancienne et jouissant d'une très bonne réputation. Eh bien, j'ai la fierté de vous annoncer que , sur 5 prix décernés lors de ce concours, 3 ont été attribués aux équipes Sup'Biotech ! Ce fut un grand moment d'émotion partagée et j'ai eu du mal à enlever ce grand sourire de mon visage  après la remise des prix...Encore une fois toutes mes félicitations à Julie S., Anne-Laure C., Anne S., Lauriane H., Vincent C. Atika A., Céline C., Thibaut S., Georges-Alain F. et Louis G. Beau travail !

 

Vanessa Proux

Comme promis, un aperçu des équipesSup'Biotech  lauréates du prix Créenvie

PrixCreenvie_1.jpg

Dernier post de 2008

A quelques heures de la nouvelle année, je tenais à écrire encore quelques lignes pour 2008 même si je suis dans une période d'inactivité professionnelle.

Vu le ralentissement de l'activité sur mes mails professionnels, j'ai pu constater que je n'étais pas la seule à profiter des fêtes de fin d'année pour prendre quelques jours de congés. Le break est alors d'autant plus efficace pour recharger les batteries et faire le plein d'heures de sommeil et de moments détente "basiques" tels que regarder plusieurs épisodes d'affilée d'une série TV à laquelle nous sommes accrocs ou prendre le temps de lire les pages d'un bon roman (merci Père Noël) avant de s'endormir . C'est aussi l'occasion de passer plus de temps avec ses proches et de songer à tous les évènements qui sont succédés au cours de cette année qui se termine et de penser aux projets qui nous tiennent à coeur pour 2009. Parmi les miens (j'ai la joie d'en avoir plus d'un), figure évidemment la sortie de la première promotion de Sup'Biotech. J'avoue être très impatiente d'arriver à cette échéance qui clôturera une première étape du travail fourni par mon équipe et moi-même et en même temps, cela me fait bizarre de penser que ces étudiants pionniers que je suis régulièrement depuis presque 5 ans, et qui, il y a encore quelques jours, m'ont souhaité un joyeux Noël en l'écrivant sur les vitres embuées de ma voiture,  vont bientôt quitter l'école et voler de leurs propres ailes...

Je vous souhaite une très bonne soirée de la Saint Sylvestre

A l'année prochaine

Vanessa Proux

"Atmosphère de Noël"

Un avant goût de Noël règne déjà dans les locaux de Sup'Biotech : des décorations, des pères Noël gonflables et des motifs enneigés ont envahi le site depuis une dizaine de jours, annonçant ainsi les congés de fin d'année.

Je pense que tout le monde en a bien besoin : les étudiants et l'équipe administrative et pédagogique. Cela doit être "la fameuse fatigue hivernale" avec le retour des virus et des bactéries, responsables des grippes, des rhumes, des bronchites, des gastro-entérites... Les deux camps ont été touchés. Pour ma part, je croise les doigts, jusqu'à présent j'ai été épargnée, pourvu que cela dure !

D'autre part, l'accumulation du travail a fini par se faire ressentir : acquisition d'un rythme digne des études supérieures pour les plus jeunes, investissements croissants dans les projets et les recherches de stages pour les plus anciens. Pour mes collaborateurs et moi-même, certaines semaines sont devenues plus longues avec les salons étudiants et les journées portes ouvertes le week-end. Toutefois, l'enthousiasme de nos visiteurs, leur intérêt pour Sup'Biotech, leurs retours positifs face à la présentation de notre formation nous font parfois oublier ces périodes professionnelles plus denses.

Les vacances sont donc bien méritées pour tout le monde. Je ne peux pas m'empêcher de prendre ma casquette de pédagogue en faisant passer le message suivant à mes étudiants : le repos c'est essentiel, accordez-vous des jours totalement "sans Sup'Biotech" mais gardez aussi quelques plages horaires pour les révisions de vos partiels ou pour préparer vos dossiers de candidature pour les stages.

Enfin, dans le cadre des relations internationales, j'ai eu l'occasion de faire un petit séjour en Ecosse pour visiter le campus d'Aberdeen (voir photo plus bas) dans lequel il y a une forte volonté d'innovation et d'entrepreneuriat pour les Biotechnologies. J'ai été extrêmement bien accueillie par mes correspondants écossais à qui j'espère rendre la pareille quand ils viendront visiter le campus de Sup'Biotech au début de l'année prochaine. Il parait que l'esprit Christmas est particulièrement développé dans les pays anglophones, j'ai réussi à m'échapper quelques instants de mes obligations professionnelles et j'ai pu le constater en découvrant les décorations lumineuses des rues d'Aberdeen et les bibelots et cadeaux en grand nombre dans tous les magasins. Je peux aussi comprendre que certaines coutumes soient différentes dans les pays du Nord quand la nuit tombe avant 16h de l'après-midi...

Je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année

Vanessa Proux

Site de l'Université d'Aberdeen

Aberdeenred.jpg

 

Envolée de l'International et de... la communication

Et un de plus ! Avant de rejoindre les bras de Morphée, je tenais à clôturer le mois de novembre en annonçant la signature d'un nouvel accord international, Outre-Altantique. Après la Californie, j'ai signé une convention de partenariat avec mes chers amis québecois du département des sciences biologiques de l'Université de Montréal. Si vous revenez à l'un de mes précédents articles publiés en juin dernier, vous comprendrez la joie et la fierté que j'ai éprouvées à la signature de cet accord :)

Une autre piste de l'International s'est ouverte cette semaine avec la visite d'un professeur de l'Université de Mato Grosso du Brésil dans les locaux de Sup'Biotech. Affaire à suivre...

RDV instructif de la semaine : un déjeuner débat co-organisé par France Biotech et Bioméditérranée à Marseille présentant l'enquête salaire de France Biotech et la politique de rémunération dans les entreprises de Biotechnologies. Je me suis retrouvée dans la peau d'une étudiante en prenant assidûment des notes sur les propos des différents intervenants et je suis rentrée à Paris la tête pleine de projets pour Sup'Biotech...

Enfin, la semaine s'est terminée avec le plus important salon étudiant de l'année : le Salon de l'Education. Toutes les équipes étudiantes chaperonnées par nos efficaces managers "com'" ont fait du très bon travail et j'espère revoir les visiteurs intéressés lors de notre prochaine journée Portes Ouvertes. Nous avons fêté cette belle opération de communication en profitant de la co-exposition du salon des vignerons indépendants, tout en restant sobres évidemment  :)

Vanessa Proux

 

Après une dure journée de travail, un peu de réconfort...

photoSalonEduc2008_1red.jpg

 

 

 

"Bel esprit de communication"

L'un des avantages d'être une école privée est d'avoir un certain degré de liberté pour mettre à jour rapidement les programmes, intégrer des séminaires thématiques ou des conférences spécialisées selon l'évolution des technologies des sciences du vivant et aussi selon les besoins du marché. L'objectif principal reste toujours de s'adapter aux attentes des recruteurs et des employeurs.

C'est dans ce contexte que j'ai choisi d'aller à une soirée débat de l'AMIPS (association des médecins des industries des produits de santé) sur l'état des lieux des métiers ouverts aux médecins dans pratiquement tous les secteurs des sciences du vivant : Industrie Pharmaceutique, Alimentaire, Cosmétologie et Biotech pures. A travers plusieurs témoignages de médecins en poste et de spécialistes du recrutement, j'ai pu constater qu'il manquait des médecins pour occuper des métiers bien précis. L'une des solutions envisagées est de proposer certains de ces postes à des ingénieurs maîtrisant des compétences semblables grâce à une formation adaptée. A mes yeux, il est clairement apparu une ouverture pour Sup'Biotech et je compte bien saisir cette opportunité. Affaire à suivre…

Changeons totalement de sujet : la saison des évènements de communication a repris et nous avons ouvert le bal avec notre première journée portes ouvertes ( « JPO » pour les initiés) samedi dernier. Nous étions sur le pied de guerre pour recevoir nos visiteurs avec une équipe d'accueil renforcée par la présence des « managers communication ». Cette dénomination est le fruit d'une excellente idée du chargé de communication de Sup'Biotech : proposer à des étudiants motivés et ayant un peu d'ancienneté de participer à l'organisation des évènements de communication et à l'encadrement des autres étudiants impliqués. Les étudiants retenus pour cette fonction ont réussi l'entretien de candidature et se sont vus confier des responsabilités qu'ils pourront valoriser par la suite sur leur CV.

Cette JPO a confirmé l'intérêt d'avoir des managers communication. Ils ont été vraiment efficaces, dynamiques et réactifs. Je les félicite ! Je n'oublie pas pour autant de mettre à l'honneur toute l'équipe étudiante (ils étaient plus de 40) qui s'est portée volontaire pour cette première JPO et qui a accueilli chaque visiteur avec le sourire et dans la bonne humeur. Quelle satisfaction de voir également des étudiants de 1ère année, nouveaux dans le cursus, présenter leur formation avec talent !

Est-ce parce que  la convivialité de Sup'Biotech commence à bien se faire connaître que nous avons été agréablement surpris par le nombre de visiteurs ? Je ne sais pas si j'aurai la réponse plus tard mais pourvu que cela dure ! J Parmi les animations habituelles des JPO, figurait la traditionnelle vente de crêpes du BDE. A chaque fois, je tente de résister à ma gourmandise et je finis toujours par craquer pour une crêpe au Nutella. Cette fois-ci, j'ai cru que j'avais tenu bon jusqu'à ce qu'une de mes étudiantes vienne nous proposer ses toutes dernières crêpes. Je n'allais pas refuser, cela aurait été du gaspillage ! Néanmoins, je suis presque devenue raisonnable puisque j'ai mangé ma crêpe nature, sans la moindre trace de chocolat…

Vanessa Proux

JPO151108_1blog.jpg
Deux des Managers Communication

"Bref retour au calme"

 

Comme chaque année universitaire, cette période de rentrée fût synonyme de suractivité, voire même un peu plus cette année avec le 1er départ en congé maternité de l’équipe  (d’ailleurs tous mes vœux de bonheur aux heureux parents et au nouveau-né) et le 1er renouvellement de collaborateur. Ces 2 évènements sont, finalement, très courants dans la vie d’une entreprise mais cela fait toujours un petit quelque chose la 1ère fois. Ce sentiment tendra à persister pour les heureux évènements mais s’estompera probablement pour l’évolution de l’équipe.

Fin octobre, les locaux de Sup’Biotech se sont vidés : les étudiants des classes préparatoires sont partis (avec soulagement ?) en vacances, avec, pour les 1ères années, leur premier projet à préparer. Les étudiants de 4ème année sont partis en stage, dotés d’un capital confiance renforcé suite à leur 1er stage au printemps dernier. Je suis très satisfaite de cette session de stages : les entreprises ayant déjà pris des stagiaires Sup’Biotech, ont confirmé leur fidélité en nous proposant de nouveaux projets de stage. Mes étudiants ont aussi contribué à rendre la relation avec l’entreprise pérenne en réussissant les entretiens de candidature. Un autre fait témoigne du développement de la notoriété de l’école : plusieurs étudiants partent en stage dans la même entreprise, un exemple avec une Big Pharma qui accueille 4 stagiaires Sup’Biotech sur des sites différents. Enfin, avec mes collaborateurs, nous allons pouvoir reprendre une tâche que j’apprécie particulièrement : les visites de stages. Celles-ci nous permettent d’entretenir notre culture scientifique pour les sujets en recherche & développement ou d’acquérir de nouvelles compétences avec un projet plus axé marketing.

Je profite de cet article pour souhaiter la bienvenue au nouveau responsable des relations entreprises de Sup’Biotech qui a rejoint l’aventure avec ambition et détermination. A peine arrivé, il a participé au programme chargé des évènements professionnels du mois d’octobre et a pu rencontrer une grande partie de notre réseau d’Ile de France

Une petite touche de détente pour finir avec quelques mots sur la soirée Halloween organisée par les BDE de Sup’Biotech et de l’IPSA. Cette soirée a eu lieu en pleine semaine dans une salle mythique pour les fans des années 80. Merci aux étudiants de nous avoir fait sourire le lendemain de cette soirée en vous croisant dans les couloirs de l’école avec encore vos costumes (le style gothique dominait), vos perruques ou vos cheveux colorés en vert ! A vous voir ainsi, j’ai pu deviner que vous aviez passé une bonne soirée en y restant jusqu’à la fin pour aller après directement en cours (pour les plus courageux, l’absentéisme ayant été plus fort le lendemain).

Vanessa Proux

CRO-Biotech1réduite.jpg

Photo extraite de la CRO-Biotech BIO-connexion organisée par Info Veille Biotech

J'ai choisi de mettre cette photo suite à une suggestion de l'une de mes étudiantes présentes à cet évènement  : spéciale dédicace ! :)

Lecture de dernière minute....

Pour les étudiants (quelque soit leur cursus) et leurs proches qui peuvent s'interroger sur leur avenir  dans ce contexte de crise, je leur conseille d'aller voir l'article du Figaro magazine paru ce week-end "10 raisons d'être optimiste malgré la crise".

Bonne lecture

Vanessa Proux

"Sup'Biotech en force !"

 

Je dois avouer que cette année, Sup’Biotech s’est particulièrement fait remarquer au salon professionnel Eurobio. Comme tous les ans, j’avais pris quelques m2 pour être exposant, j’avais d’ailleurs choisi mon emplacement préféré : près d’un buffet pause-café ! C’était un endroit stratégique, visible des participants venant chercher leur dose de caféine. Afin de pouvoir aller à la rencontre de mes relations professionnelles mais aussi pour étoffer le réseau de l’école, j’avais constitué une petite équipe étudiante pour représenter Sup’Biotech sur le stand. C’était l’occasion pour les étudiantes de commencer ou d’agrandir leur carnet d’adresses professionnel en parlant de leur formation aux visiteurs. Avec l’un de mes collaborateurs, nous avions également impliqué des étudiantes dans le comité organisateur d’Eurobio en leur proposant d’être hôtesses pour les conférenciers VIP ou pour accueillir les participants de la convention de recrutement. En retour, ces jeunes filles ont pu rencontrer des acteurs phares du monde des Biotechnologies. Grâce à une excellente idée de mon collaborateur, les étudiantes impliquées dans la convention de recrutement, ont arboré de superbes polos rose orangé avec le logo de l’école dans le dos. Quelle belle opération de communication !

Un projet donné par le professeur de communication des étudiants de 3ème année a constitué une autre voie d’approche de Sup’Biotech. Pour ce travail, les étudiants devaient interviewer des entreprises présentes à Eurobio, résultat, je n’ai pas cessé de croiser mes étudiants mis sur le 31 dans les allées du hall d’exposition ! Enfin, je me suis prêtée à un exercice audiovisuel en présentant l’école sur le plateau TV d’Eurobio, accompagnée de 2 étudiantes qui ont accepté d’être sous les feux des projecteurs pour témoigner. Face à nous, le rose orangé était la couleur dominante du public…Cela va finir par devenir une habitude d’être filmée à Eurobio !

Conclusion, je suis très satisfaite de cette édition 2008 où la visibilité de l’école n’a jamais été aussi forte et quel plaisir d’avoir reçu des compliments sur l’investissement de mes étudiants dans les différentes évènements d’Eurobio.

Dans un contexte médiatique plutôt morose, j’ai profité de cette manifestation professionnelle pour sonder quelques entrepreneurs sur leurs activités et les retours que j’en ai eus étaient qu’ils n’avaient jamais aussi bien travaillé qu’en ce moment. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les sentiments des grands patrons des Biotech sur la crise financière, je les invite à lire un article du président de France Biotech paru dans les Echos la semaine dernière.

Je terminerai cet article en remontant le temps pour revenir à la CRO-Biotech BIO-Connexion qui a précédé Eurobio. La nouvelle formule des BIO-Connexions du duo de choc d’Info Veille Biotech a confirmé son succès vu l’augmentation du nombre de participants et m’a permis de faire plus ample connaissance avec un secteur d’activité qui pourra accueillir  des stagiaires et bientôt des diplômés Sup’Biotech. L’univers des CRO (Contract Research Organization) illustre aussi l’importance de la formation pluridisciplinaire de Sup’Biotech en prenant comme exemple l’application conjointe de la gestion de projet, des statistiques, de la réglementation et du développement clinique.

Vanessa Proux

 

Etudiantes Sup'Biotech à Eurobio :

08102008013small.jpg

Double rentrée : étudiante et professionnelle

 

L’intense période des rentrées est passée, je peux enfin retrouver quelques instants pour prendre ma plume ou plutôt mon clavier ! Tous les étudiants Sup’Biotech ont repris le chemin des cours dans différentes états d’esprit : nostalgiques des vacances pour certains, curieux de savoir ce qui les attend pour les nouveaux, pressés de finir le cycle préparatoire intégré pour arriver en 3ème année, plus proche des entreprises, satisfaits d’être justement arrivés en 3ème année, parfois de justesse grâce à la session de rattrapage, ou encore impatients et en même temps un peu anxieux d’être à l’aube du monde du travail pour les plus anciens…Si je reviens sur la dernière promotion à avoir intégré l’école, je dirai qu’elle va demander un plus grand suivi pour s’assurer qu’elle va répondre aux attentes de l’équipe pédagogique. En effet, pour cette nouvelle rentrée, nous avons volontairement changé les règles en commençant par un séminaire intensif de cours sur 2 semaines afin de donner de suite aux étudiants le rythme de travail à prendre : rythme basé sur 3 points principaux (attention c’est l’heure de la leçon de morale…) : Rigueur, Régularité et Organisation. A mes yeux, c’est presque la formule magique pour avoir une vie étudiante épanouie. J’ai commencé à militer en faveur de cette cause auprès des premières années lors de la réunion de rentrée et je suis allée leur rappeler en début de cours cette semaine. Je garde ainsi espoir que la méthode de travail basée sur la règle du RRO soit assimilée, je reste optimiste finalement.

Après le dur labeur du séminaire, l’organisation des semaines de cours évoluera pour permettre aux étudiants d’avoir des plages horaires favorisant le travail personnel. Et puis, pour se remettre de ce fameux séminaire, il y a le week-end d’intégration qui clôture cette période. RDV annuel pendant lequel les nouveaux étudiants font connaissance avec les anciens, toutes promotions confondues dans une ambiance tendance « Club Med » avec activités sportives et soirées dansantes, le tout sous l’œil attentif de quelques membres de l’administration, chaperons pour l’occasion ! Cet évènement est le dernier pour la promotion 2009 et cela m’a fait plaisir d’apprendre que plus des 2 /3 des étudiants de cette promotion y allaient. Je soupçonne même certains de vouloir continuer à participer à ce week-end quand ils seront dans la vie active…

En parallèle des rentrées scolaires, les évènements professionnels ont repris, l’un des plus importants a été le petit déjeuner France Biotech sur la politique d’OSEO vis-à-vis des entreprises de biotechnologies. Ce RDV a remporté un vif succès avec une fréquentation importante d’entrepreneurs, d’investisseurs, de CEO, de consultants et de porteurs de projets. J’ai pu prendre connaissance des actions d’OSEO déjà concrétisées sur les projets issus des sciences du vivant, des budgets alloués, des stratégies d’accompagnement, bien prometteuses…J’ai aussi découvert que la loi TEPA qui autorise une diminution de l’ISF en cas d’investissement dans une PME avait fait des heureux dans le secteur des Biotechnologies.

Les prochaines occasions de faire du networking vont rapidement se présenter, en particulier la semaine du 6 octobre pendant laquelle vont avoir lieu le colloque Bioproduction au Genopole, la CRO/Biotech-BIO-Connexion d’Info Veille Biotech et le salon Eurobio. Pour couvrir tous ces évènements, j’ai dû organiser le déploiement des troupes Sup’Biotech et j’y ai même impliqué certains étudiants.

Vanessa Proux

"Les vacances passent trop vite..."

    Je suis persuadée que cette phrase vous a tous traversé l'esprit au moins une fois... Et je ne fais pas exception. Je suis déjà de retour au bureau mais les congés ont été très bénéfiques. L'objectif a été atteint : les batteries sont rechargées et je suis prête pour une nouvelle rentrée et une nouvelle année scolaire qui se terminera par la sortie sur le marché du travail de la première promotion : étape phare dans le développement de Sup'Biotech et grands moments d'émotions en perspective !

    Les premiers étudiants sont déjà arrivés dans les locaux il y a une semaine : pour les épreuves de rattrapage et les cours de mises à niveaux pour les admissions parallèles. Demain, ce sont des jeunes bacheliers, membres de la promotion 2013 et qui ont besoin d'apprivoiser les mathématiques ou la physique, qui intègrent les locaux. En tout, plus de cent nouveaux venus, nouveaux visages viennent grossir les effectifs étudiants de Sup'Biotech à la rentrée 2008. Cela fait d'autant plus de prénoms à apprendre et à associer aux bonnes personnes : c'est l'un de mes challenges de rentrée, connaître suffisamment mes étudiants pour les appeler par leur prénom. Je trouve que c'est un critère important dans la relation étudiant/direction, qui reflète la personnalisation de celle-ci. C'était plutôt facile  il y a 4 ans  quand la promotion 2009 est arrivée, seulement 35 prénoms à retenir, aujourd'hui c'est plus de 400... Le travail de mémorisation s'intensifie.. Je pourrai vous divulguer le résultat dans quelques mois.

    Par ailleurs, même pendant les vacances, les bonnes nouvelles peuvent tomber ! J'en ai eu la preuve avec la signature d'un 2ème accord international, avec une université hollandaise cette-fois-ci. Le courrier est arrivé à Sup'Biotech au mois d'août : c'était une agréable surprise et aussi une grande satisfaction parce que je gardais un excellent souvenir de ma visite de courtoisie dans cette université au mois d'avril dernier lors de ma virée express aux Pays-Bas.

    Une petite parenthèse de détente pour finir cet article avec deux photos de Barcelone, ville que j'ai découverte pendant mes congés et qui doit beaucoup à Gaudi, architecte catalan qui a laissé ses empreintes un peu partout dans la ville. J'ai eu un véritable coup de cœur ! Depuis que j'avais vu le film « L'auberge espagnole », j'avais envie de visiter Barcelone, je n'ai pas été déçue....

Bonne rentrée

Vanessa Proux

Parc Guëll, Barcelone

HPIM2668réd.jpg


HPIM2673red.jpg

« Interruption d'articles pour cause de vacances. »

       Le break tant espéré et attendu est enfin arrivé : je suis en vacances depuis une semaine. Je suis la première de l'équipe à avoir quitté le navire Sup'Biotech pour la coupure estivale. Je ne pensais pas partir si tôt mais le mariage d'une amie programmé le dernier week-end de juillet dans le département des girondins m'a poussé à commencer mes vacances dans la région... J'avoue avoir un peu culpabilisé à laisser mes collègues au labeur et je n'ai pas réussi à couper complètement le cordon avec ma vie professionnelle durant cette première semaine de congés. J'ai emmené mon ordinateur portable dans mes bagages et grâce à la technologie de la clé 3G, j'ai maintenu une veille sur les mails. C'est vraiment pratique ces petites clés USB qui vous donnent accès au réseau  presque n'importe où mais il y a aussi le risque d'en devenir dépendant...comme les geeks avec les MMORPG.

    Le mois de juillet s'est achevé sur des projets prometteurs comme le rapprochement avec l'institut de formation d'un centre de recherches dédié à la cancérologie, les rencontres enrichissantes avec des intervenants potentiels pour le montage de nouveaux cours comme les nanobiotechnologies ou l'angiogénèse, l'organisation de l'équipe pédagogique pour la rentrée 2008 avec des évolutions de postes mais aussi de nouvelles arrivées et enfin des reprises de contacts à l'international suite à la convention BIO de San Diego.

Ces vacances vont me permettre de recharger les batteries pour reprendre de manière efficace ces projets à la rentrée mais aussi pour en aborder de nouveaux.

    Pour finir, une pensée pour certains de mes étudiants qui vont devoir plancher au mois d'août pour préparer leurs examens de rattrapages qui les attendent la dernière semaine. Je souhaite que leurs révisions soient productives.

Bonnes vacances et RDV début septembre.

Vanessa Proux

"Activités d'été et un pas de plus vers l'International."

    Le site de Villejuif est bien calme en ce mois de juillet, les étudiants des autres écoles du Ionis Institute of Technology sont en vacances ou en stage. Sup'Biotech a pris ses quartiers d'été en investissant tout le premier étage pour les cours des 2 promotions du cycle Expertise, le stage d'anglais des futurs étudiants de Biotech 3 et deux évènements professionnels organisés par deux de mes collaborateurs.

Le premier évènement portait sur la passionnante aventure de la création d'entreprise, son objectif était double : répondre aux premières questions des étudiants ayant déjà une âme d'entrepreneur mais aussi susciter de nouvelles vocations ! Merci aux professionnels du Pasteur Biotop et du Genopole de s'être déplacés dans nos locaux pour animer cette matinale.

Le second évènement avait pour but de proposer de nouvelles opportunités de stage aux étudiants en invitant des représentants de PME à venir présenter en direct leurs offres de stage. Les étudiants intéressés ont pu passer des entretiens de recrutement avec les tuteurs entreprises juste après les présentations. Il s'agissait de la seconde édition de cet évènement, la première avait eu lieu l'hiver dernier avant la période précédente de stages et toutes les entreprises présentes avaient pu prendre un ou plusieurs stagiaires Sup'Biotech. Je croise les doigts pour qu'un tel succès soit de nouveau au RDV cette fois-ci.

Par ailleurs, j'ai ralenti mon rythme de globe-trotter ce mois-ci pour être plus présente sur le site et pour finaliser les dossiers en cours afin de partir sereinement faire un break en août. Les étudiants peuvent donc me croiser plus facilement : est ce une chance pour eux ou le contraire ? :)  Il faudra leur demander directement...Vu le nombre important de premiers contacts établis lors de la convention Internationale BIO, il était indispensable pour moi de reprendre une fonction sédentaire pour réaliser le suivi : confirmer l'existence de Sup'Biotech en envoyant des documents complémentaires pour ne pas se faire oublier.

L'un de mes récents déplacements à l'étranger a porté ses fruits. J'ai reçu la convention de partenariat académique signé par le directeur de l'Université Libre de Tunis, document que j'avais laissé au responsable de la coopération internationale lors de ma visite à Tunis début juin. Le hasard a voulu que, quelques jours après mon déplacement en Tunisie, je reçoive dans nos locaux à Villejuif la visite d'une délégation tunisienne composée de représentants des ministères et chaperonnée par l'ENA (voir photo ci-jointe). C'était décidément un signe sur la future concrétisation d'un partenariat avec la Tunisie, pays émergent dans les Biotechnologies, plus particulièrement tourné vers l'agronomie et l'environnement.

Enfin, une dernière parole pour féliciter les Bachelor et Bachelorettes 2008 (titre bac +3 de Sup'Biotech) qui ont reçu leurs titres la semaine dernière.

Vanessa Proux



HPIM2490petit.jpg

L'été arrive...

 

    Le mois de juin est fini, les premiers départs en vacances ont commencé le week-end dernier mais l'ambiance reste studieuse dans les locaux de Sup'Biotech. En effet, afin de rester dans un environnement professionnel, les étudiants du cycle Expertise ont cours jusqu'à fin juillet, ils s'habituent ainsi à un rythme de congés type entreprise. Mais non, je ne suis pas une tortionnaire du travail, au mois d'août ce sont les vacances pour tout le monde, équipe administrative comprise ! En attendant cette échéance, l'équipe s'active à préparer les conseils de classe de fin d'année pour les classes préparatoires mais aussi à organiser les prochaines rentrées, notamment l'ouverture de la 5ème et dernière année du cursus. Nous approchons de la fin du "chantier" Sup'Biotech avec la mise en place des 5 années du programme. Toutefois, avec les deux directeurs des études, nous ne voulons pas nous reposer sur les premières pierres posées, nous sommes continuellement en train de réfléchir aux mises à jour des programmes et à l'évolution des méthodes pédagogiques, le monde des Biotechnologies est mouvant, en perpétuel changement avec les avancées technologiques, nous ne voulons pas passer à côté des sujets chauds importants qui peuvent déterminer les besoins en nouvelles compétences des entreprises de biotechnologies.
    Par ailleurs, la fin de l'année scolaire est le moment pour les associations de faire leurs bilans annuels à travers les assemblées générales (AG). Deux assemblées générales d'associations phares dans l'univers des Biotechnologies ont eu lieu la semaine dernière : France Biotech et le pôle de compétitivité Medicen Paris Region. Comme l'école est membre associé des deux, j'ai été conviée à ces AG. Celle de France Biotech a eu lieu dans les locaux flambants neufs de BioAlliance Pharma, j'ai pu constater les démarches actives effectuées par France Biotech pour préserver l'intérêt des PME innovantes, en particulier sur la réforme du crédit impôt recherche (CIR). Lors de cette AG, j'ai aussi pu faire la connaissance de la nouvelle déléguée générale de France Biotech, contact de valeur pour Sup'Biotech. La seconde AG, celle de Medicen, avait lieu sur un site Sanofi-Aventis, l'un des "Big Pharma" membre de Medicen. Cadre également très agréable qui a rassemblé beaucoup d'acteurs des Biotech et qui m'a permis de revoir plusieurs français vus à BIO à  San Diego la semaine précédente. Nous avons pu échanger nos impressions sur notre retour en France après cet évènement si intense et enrichissant. Je me suis fait la réflexion que j'avais eu de la chance de revenir à l'heure prévue et avec mes bagages, vu les  mésaventures de ce genre rencontrées par mes interlocuteurs. Enfin, lors de la présentation des résultats annuels de Medicen, j'ai eu la satisfaction de voir défiler sur l'écran derrière l'orateur, les logos des derniers membres adhérents de Medicen : parmi ceux-ci, Sup'Biotech, Epita et Esme-Sudria, 3 écoles de Ionis Education Group. C'était un bel exemple de représentation et de synergie du groupe.

Vanessa Proux


La vie de globe-trotter continue...

Avant de démarrer cet article, je souhaite exprimer mes remerciements à l'un de mes anciens étudiants qui a une bonne mémoire et qui s'est rappelé de la date à laquelle j'ai civilement vieilli d'un an. Il m'a envoyé un message attentionné et respectueux. C'est l'un des aspects de mon travail qui me plaît : construire une formation solide en y impliquant aussi les étudiants permet de créer des relations conviviales avec ces derniers, la dimension humaine est forte. Avec l'accroissement des effectifs étudiants, c'est un investissement quotidien auquel participe toute l'équipe administrative et pédagogique, pour préserver cette ambiance.

                           

BIOSanDiego_1 007red.jpg

Au moment où j'ai écrit cet article, j'étais à bord d'un avion Américan Airlines, destination New York où je n'y suis restée que quelques heures (hélas, c'est une ville que je ne connais pas) avant de reprendre un vol intérieur pour ma destination finale : Côte Ouest, San Diego. C'est dans cette ville californienne qu'a lieu l'édition 2008 de la convention internationale BIO, l'un des plus grands salons professionnels dédiés aux Biotechnologies (peut-être même le plus grand, je n'ai pas assez de recul). BIO accueille des entreprises, des centres de recherche, des organismes publics et des universités du monde entier, regroupés par « pavillons ». A titre d'exemple, le pavillon français rassemble 92 exposants sur 493 m2 de stands, dans le programme de BIO, j'ai repéré au moins 40 pays différents , je vous laisse donc faire le calcul pour avoir une idée approximative du nombre total d'exposants...

Depuis mon arrivée à Sup'Biotech, j'entends parler de ce fameux salon qui se déroule tous les ans aux Etats-Unis dans une ville différente. Pour ma 1ère visite à BIO, j'avoue avoir de la chance que l'édition 2008 ait lieu en Californie. Toujours dans l'optique de « booster » les relations internationales de Sup'Biotech, j'ai estimé que 2008 était la bonne année pour partir « officiellement » à la conquête des  Biotech internationales en allant à BIO. La direction générale a approuvé cette stratégie en me laissant partir à San Diego, accompagnée d'une collègue pour doubler les forces et faire 2 fois plus de contacts. Mes objectifs étaient de doper le réseau professionnel de Sup'Biotech pour les opportunités de stage à l'étranger mais aussi de se rapprocher du réseau académique américain.

Quand j'ai annoncé ma participation à BIO à mon réseau professionnel français, les réactions ont été variées :  « J'y vais aussi, on pourra se retrouver là-bas . », « Tu vas voir, c'est immense, une véritable foire, tu risques même de t'y perdre ! », « Il y a un monde fou, tu ne pourras pas aller voir tous les stands. », « Pour tes relations internationales, c'est l'endroit idéal ! », « Tu vas enrichir ton réseau français mais aussi développer de nouveaux contacts à l'international. » ou encore « Tu vas pouvoir donner concrètement une visibilité internationale à ton école. ». Devant un tel enthousiasme, je m'attends donc à un séjour à 100 à l'heure, enrichissant mais aussi épuisant (à un tel point, que je n'ai pu mettre cet article en ligne qu'à mon retour). Je suis impatiente d'être sur place. Je m'organise à l'avance : sur 4 jours de salon, je prévois de rester au maximum une journée sur le pavillon français et de partir explorer les autres pavillons les 3 jours restants avec une priorité sur le Canada (voir article précédent) et sur les Etats-Unis pour illustrer l'intérêt d'avoir organiser l'enseignement du cycle Expertise de Sup'Biotech en anglais.

Enfin, pour compléter mon équipement, j'ai emporté dans mes bagages un grand nombre de brochures de l'école, il a presque fallu que je m'assoies sur ma valise pour la fermer ! 

Vous pourrez trouver la suite de mes aventures californiennes dans les news du site web de Sup'Biotech.

Vanessa Proux

La convivialité québécoise à l'honneur

Canada 017blog.jpg

J'ai dû paraître un peu silencieuse ces derniers temps sur mon blog...en raison d'un séjour prolongé à l'étranger. C'était la course en mai, avant mon départ Outre-Atlantique. Etre absente 10 jours du bureau tandis que l'année scolaire n'est pas terminée, c'était vraiment inimaginable pour moi il y a encore quelques temps ! Et puis, il y a eu l'opportunité d'avoir une réunion de travail avec mes contacts professionnels du Canada et le souhait de faire un break pour recharger les batteries en dehors des périodes chargées des vacances...
J'ai donc décidé de conjuguer les deux.

(Chutes de Montmorency, Québec.)

J'ai préparé mon départ dans une ambiance plutôt festive sur le site de Villejuif : c'était la campagne électorale du prochain BDE. L'équipe candidate a profité du beau temps pour mettre à la disposition des étudiants une piscine gonflable dans la cour. Les trempettes aussi bien volontaires qu'involontaires, se sont succédées. Dans un réflexe protecteur, j'avoue avoir abusé de mon autorité en interdisant toute mise à l'eau d'un membre de l'équipe administrative sous peine de sanctions. Avec mes collègues, nous n'avons pas pu nous empêcher de nous demander si les étudiants de prépa pourraient nous prouver la compatibilité de 2 situations, au premier abord antagonistes : animations étudiantes et fin des cours avant révisions de partiels... Nos casquettes de responsables pédagogiques reprenaient ainsi le dessus. Dans ce contexte, j'ai répondu aux demandes de quelques étudiants en me dégageant du temps pour animer une dernière séance de soutien de biochimie, sur mon chapitre préféré : le métabolisme des sucres J.

    J'ai fini cette semaine par 2 jours de stage de perfectionnement en anglais. En effet, depuis le début de l'année, j'ai donné un grand élan au développement des relations internationales en organisant plusieurs déplacements à l'étranger. J'ai souhaité me doter des meilleurs outils de communication en anglais.

    Le premier pays que j'ai visé pour les relations internationales est le Canada et plus particulièrement la province de Québec. Une première raison à l'origine de ma motivation est la connaissance du pays depuis qu'un membre de ma famille s'y est installé. Dès ma première visite au Québec, j'ai eu un véritable coup de cœur non seulement pour la beauté des immenses espaces naturels mais aussi pour la convivialité  des habitants. La seconde raison est que les Biotechnologies sont en pôle position en Amérique du Nord, le Canada me paraissait donc un choix judicieux.

       Quelques mois après mon arrivée à Sup'Biotech, je suis retournée au Québec pour des vacances. Même si je n'avais pas encore lancé la rentrée de la promotion 2009, je me suis dit que c'était l'occasion d'aller présenter cette nouvelle école à quelques universités québécoises. En plein mois d'août, j'ai pu obtenir un RDV de visu. Suite à cette rencontre informelle j'ai démarré une correspondance qui m'a permis quelques années après, de décrocher une proposition de stage pour une étudiante et d'organiser, cette fois-ci, des RDV officiels.

    Mon séjour 2008 chez nos cousins Outre-Atlantique s'est révélé enrichissant et prometteur...Il m'a aussi permis de confirmer une fois de plus mon attirance pour ce pays. J'espère pouvoir la partager avec quelques étudiants de Sup'Biotech.

Vanessa Proux


Un bel exemple de dynamisme entrepreneurial

 

supbiotech200.jpg

Petit retour en arrière, aux alentours du week-end de Pâques, pour mentionner l'intervention moteur de l'équipe en charge de la newsletter Info Veille Biotech dans nos locaux. Info Veille Biotech est l'un des premiers outils web que j'ai utilisé lors de mon arrivée à Sup'Biotech. Il m'a permis d'approfondir mes connaissances, de faire une veille mixte (technologique et économique) et de me servir de source d'inspiration pour élaborer des sujets de projets pour les étudiants.

Sur des horaires pas forcément motivants ( 19h, après une looongue journée de cours...), ces dames sont venues témoigner de leur parcours et présenter en détails leurs activités devant une trentaine d'étudiants. Je parle d' « activités » au pluriel parce qu'en plus de la newsletter, elle ont développé d'autres produits qui leur ont permis de consolider et de pérenniser l'activité principale dont l'abonnement demeure gratuit pour le bonheur d'un grand nombre de lecteurs et même de fans ! Grâce à l'un de ces produits dérivés (la Bio-Connexion), j'ai pu présenter Sup'Biotech devant des professionnels des Biotech et agrandir le réseau de l'école (cf photo ci-jointe).

Cette présentation, simple et sans support « high tech », était un bel exemple d'entrepreneuriat mettant en avant des qualités telles que la motivation, la persévérance, l'obstination et surtout... la passion de son job. L'un des objectifs de l'équipe Sup'Biotech est justement de développer et valoriser ces qualités chez les étudiants.

Nos conférencières ont aussi prouvé l'impact du réseau sur le développement d'une activité professionnelle et c'est un point que je souhaite voir en « pole position » auprès des étudiants.

Enfin, fidèle à moi-même, je n'ai pas pu m'empêcher d'éprouver une certaine fierté face à la participation active des étudiants lors des questions malgré l'heure tardive.

Un grand merci au duo de choc d'Info Veille Biotech :-)

Vanessa Proux



Développement durable : évitons le phénomène de mode...

    « Développement Durable », expression de plus en plus présente dans notre quotidien, en partie grâce aux supports médias et qui est devenu un des sujets de prédilection des politiques. Le développement durable qui correspond à la capacité de répondre à nos besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins, a fait surface suite aux inquiétudes suscitées par l'émission croissante des gaz à effet de serre, le changement climatique (il n'y a plus de saisons...), la réduction de la biodiversité ou encore la déforestation. Il s'en est suivi une forte volonté de transparence auprès du grand public, avec notamment la mise en place d'une réflexion internationale « Le Grenelle de l'Environnement » au cours duquel les institutions ont pris des mesures plutôt strictes pour les entreprises. De nouveaux salons professionnels sont aussi apparus tels que Produrable ou le salon Planète Durable. Espérons que ce déploiement d'actions entrainera bien un changement des mentalités sur du long terme.
    Le développement durable ne se réduit pas à un respect de l'environnement et à la valorisation des ressources naturelles, il passe aussi par un changement radical de nos habitudes quotidiennes. Ce point ne se fera pas du jour au lendemain et peut-être synonyme d'utopie pour certains.
    Dans le cadre de Sup'Biotech, ce qui m'intéresse plus particulièrement est l'application des biotechnologies environnementales au développement durable : traitement microbiologique des déchets et des eaux usées, dépollution des sols par des plantes, biocarburants, bioplastiques...Procédés d'avenir mais avec un accès difficile et laborieux pour certains, auxquels je souhaite sensibiliser les étudiants.
 
    L'édition 2008 de la Cité de la Réussite avait pour thème principal l'Engagement. L'un des débats était donc naturellement consacré audéveloppement durable. Les intervenants du débat représentaient presque toutes les collectivités : industrie, monde agricole, militant écologique et politique. Il manquait juste le monsieur « tout le monde ». De cet échange d'opinions, je retiens 2 points :
           -  En considérant l'augmentation croissante de la population mondiale et ses besoins essentiels à couvrir, il n'existe pas de solution miracle pour garantir le développement durable, les initiatives proposées et mises en œuvre entraîneront inévitablement des effets secondaires, l'important est alors d'être capable d'identifier et de quantifier ces effets pour déterminer de fermes conditions d'application de ces initiatives. J'ai apprécié cette touche d'objectivité même si je reconnais tout à fait la complexité de la situation.
        - L'intervention d'une jeune femme du public pour souligner l'importance de positionner la responsabilité individuelle au même titre que les responsabilités collectives sur l'instauration du développement durable.
Le premier rang de la salle était occupé par des étudiants et pour ce débat, Sup'Biotech était représenté en grande majorité : merci à Thibaut, Julien, Cyrielle, Harannie, Aurélie et Erwan pour leur participation et leurs questions pertinentes. Merci aussi aux autres étudiants de Sup'Biotech qui ont assisté aux débats restants. Le débat sur le développement durable a entraîné un nombre impressionnant de questions, la salle était comble et j'ai désespérément tenté de me faire remarquer par le modérateur du débat pour poser une question sur les biocarburants de seconde génération, sans succès :( . Une dérive avec un échange houleux et stérile sur les OGM a failli avoir lieu, heureusement la programmation serrée des débats a permis de l'éviter.

Vanessa Proux

Aux oubliettes le monstre du Loch Ness : place aux Biotech !

D'année en année, le colloque Bio-Entrepreneur continue de proposer un programme toujours aussi attractif et diversifié, le tout condensé sur 2 jours. L'édition 2008 a mis la transversalité des Biotechnologies à l'honneur, tous les secteurs d'application ont été abordés : santé, agro-alimentaire et environnement. Je peux même dire que toutes les couleurs des biotechnologies ont été déclinées : rouges, blanches, vertes et même bleues avec la présentation d'une société écossaise, Aquapharm BioDiscovery.

Cet évènement sur les biotechnologies "multisectorielles" était en parfaite adéquation avec le leitmotiv de Sup'Biotech. En effet, depuis sa création, la formation Sup'Biotech a la volonté d'apporter à ses étudiants une vision des biotechnologies comme étant au service d'un grand nombre d'industries. Pourtant, les manifestations dédiées aux Biotechnologies sont souvent orientées sur un seul secteur, la santé en grande majorité. Il en résulte que les acteurs de chaque type d'industrie ne se côtoient peut-être pas assez...

J'ai particulièrement apprécié l'intervention d'un représentant de Veolia Environnement qui a mis sur le devant de la scène un procédé "ancestral" de biotechnologies : le compostage. Petit clin d'oeil au passage à certains de mes étudiants qui, lors d'un cours sur le traitement des déchets, ont réchigné à aborder le sujet du compostage, Comme quoi, l'infiniment petit du monde vivant peut être une belle source d'inspiration technologique ...

Après les Pays-Bas en 2007, le pays invité de Bio-Entrepreneur 2008 est celui qui a fait naître Dolly : l'Ecosse. Surface modeste du Royaume-Uni hébergeant seulement 9% de la population, l'Ecosse accueille 15% des activités de Biotechnologies de la Grande-Bretagne avec 215 jeunes entreprises innovantes. Les 4 présentations effectuées par les représentants écossais (dont un français qui s'est expatrié) me confirment que l'Ecosse est un pays à suivre de près pour les relations internationales de Sup'Biotech et pour valoriser, entre autres, le cycle Expertise enseigné en anglais. L'Ecosse est aussi un exemple pour les partenariats public/privé avec la collaboration unique en médecine translationnelle entre la Big Pharma Wyeth et 4 universités écossaises (plus d'informations sur la lettre Biotech Info n°394)

Enfin, une session de Bio-Entrepreneur a eu pour objectif de démystifier les Biotechnologies, encore trop souvent dévalorisées avec des sujets "chauds" comme les OGM et le clonage : Merci !

Vanessa Proux

"Des bas... et des hauts."

    Equipe_2.jpg
En pleine saison des évènements étudiants (journées Portes Ouvertes, salons...), je suis allée faire une présentation de Sup'Biotech dans l'ancien lycée de l'un de mes étudiants.
Ne me laissant pas impressionner par 25 paires d'yeux fixés sur moi, je rends la conférence interactive en posant la classique question "Qu'est ce que les Biotechnologies ? Et là, une réponse surgit au fond de la classe : "les OGM". Coup de déprime ! Vu le contexte politique actuel sur les OGM avec les rebondissements sur les projets de lois français et européens, j'aurai préféré un autre exemple pour valoriser les Biotechnologies.



Equipe de choc avec 2 de mes précieux
collaborateurs.


Heureusement, le moral est vite revenu par la suite, avec un peu de bibliographie : la mise en évidence du potentiel d'une mauvaise herbe des sols américains pour devenir une source de biocarburant ou encore la création de la société Algenics, dédiée aux Biotechnologies Bleues. Encore une belle avancée dans l'exploitation des ressources marines à des fins thérapeutiques, dans un premier temps...
Enfin, le démarrage d'une semaine intense en rencontres professionnelles avec de belles ouvertures sur des contacts internationaux, a fini de placer mon moral au beau fixe !

Vanessa Proux


Petit pèlerinage en Suisse...

bachelor 026reduite.jpgDans ma note précédente, il y a une action terrain dont je n'ai pas encore parlé : les visites de stage. Actuellement, les étudiants de 3ème et de 4ème années sont tous partis en stage pour étoffer leurs expériences professionnelles. Le suivi s'organise entre mes collègues et moi-même. Idéalement, j'aimerais que les journées durent au moins 48h pour que nous puissions nous rendre sur tous les lieux de stage, même ceux à l'étranger.



Ci-dessus quelques brillants
stagiaires Sup'Biotech

- Revenons à la réalité, le suivi se répartit entre visites, RDV téléphoniques et échanges de mails. Appréciant la qualité du contact de visu, je fais le plus grand nombre de déplacements compatibles avec mes autres engagements vis à vis de Sup'Biotech. Sur place, je peux directement évaluer les conditions de travail des stagiaires, les outils et les équipements mis à leur disposition mais aussi prendre le temps de faire connaissance avec les tuteurs de stage et leur équipe.

- Une de mes étudiantes étant en stage chez Merck Serono, filiale d'une "Big Pharma" internationale, Merck, je suis allée passer une journée à Genève. Merck Serono développe des biomolécules d'intérêt pharmaceutique. J'étais très confiante dans la qualité du travail fourni par mon étudiante. Quand je suis arrivée sur les lieux, j'ai été très surprise de voir devant moi, en plein coeur de Genève un immeuble ultra-moderne ressemblant à un immeuble de bureaux d'un quartier d'affaires. Et pourtant, à l'intérieur, les services des fonctions support (ressources humaines, marketing, finances...) côtoient les laboratoires de recherche et de développement dits de "R&D", équipés de matériel de pointe, répartis sur plusieurs étages. Quelle satisfaction de découvrir un tel environnement de travail pour un stage en R&D ! Cerise sur le gâteau, je visite les laboratoire et replonge dans l'univers des techniques séparatives et d'analyse de biochimie, mon domaine de formation initiale. S'en suit une discussion constructive avec le tuteur de stage sur les premiers résultats scientifiques obtenus par mon étudiante et sur la préparation du rapport de stage. Ce suivi de stage se révèle être un véritable retour aux sources, me renvoyant à mes années passées de chercheur et me permettant aussi d'entraîner mon esprit d'analyse scientifique. Mon bref séjour chez Merck Serono s'achève par un RDV aux ressources humaines pour saluer la responsable des relations écoles. Avant de reprendre l'avion pour Paris, j'ai pris soin d'apporter une dernière touche agréable à ce déplacement professionnel en ramenant dans mes bagages une quantité de Toblerone proportionnelle à ma gourmandise !

- Pour finir, changement de sujet pour vous parler de mon dernier coup de coeur : la création de l'association Inspire, Initiative pour la Promotion d'une Industrie Réconciliée avec l'Ecologie et la société, par Mr Delannoy. Cette action s'inscrit dans la logique du Développement Durable et les Biotechnologies y ont leur rôle à jouer : biocarburants, exploitation de la biomasse... Après le dossier épineux des OGM en France, Inspire apporte de nouvelles perspectives d'avenir aux biotechnologies végétales.

Vanessa Proux


Rien ne vaut le terrain...

Parmi toutes les actions de Sup'Biotech mises en oeuvre pour développer et pérenniser les relations entreprises, celle que j'affectionne le plus est le terrain. Aller à la rencontre des professionnels sur les salons, les conférences, les réunions ou autres évènements semblables permet de fiabiliser les contacts, de saisir en avant-première des opportunités de collaborations, d'entretenir et d'accroître le réseau professionnel de l'école.

Selon les thèmes abordés et les conversations informelles qui en découlent, être sur le terrain m'aide aussi à renforcer la cohérence des projets que je peux confier à mes étudiants. Enfin, étant assez bavarde et appréciant les relations humaines, j'avoue trouver mon compte avec les actions terrains !
Parmi les évènements franciliens "coup de coeur" que je vise au mois de mars, figurent :

- Le petit déjeuner Medicen du jeudi 13 mars sur "Sociétés de Biotechnologies : risques encourus et solutions d'assurances", RDV matinal mais toujours productif.

- La conférence d'Agro Santé Biotech sur la Chimie Verte avec, comme invité le Dr F. Yvergnaux du groupe Solabia, le 17 mars. Mr Yvergnaux avait aussi été l'invité de Sup'Biotech lors de son  atelier thématique sur "Les Biotechnologies et la Cosmétologie" le 27 novembre 2007.

- La soirée-débat des Transversales Santé du mardi 18 mars sur "Les acides nucléiques comme outils thérapeutiques" avec des conférenciers de renom. Sup'Biotech est fière d'être partenaire de l'évènement.

- La session 2008 de Bio-Entrepreneur organisée et animée par Manuel Gea, qui a lieu le 19 et le 20 mars au palais des Congrès à Porte Maillot. Je suis fidèle à l'évènement depuis mon arrivée à Sup'Biotech il y a 4 ans.

Vanessa Proux


INTRODUCTION D'UN JOURNAL DE BORD...

Sup'Biotech, formation en ingénierie dédiée aux Biotechnologies, évolue de manière dynamique en fonction des attentes du marché et des entreprises. A mon tour de suivre cette logique en créant mon blog pour m'intégrer dans les nouvelles technologies de la communication ! J'avoue aussi qu'une conférence sur l'impact du web sur les relations humaines lors d'un séminaire de direction a contribué à me convaincre de me lancer dans cette aventure !

La création de ce blog correspond à une date anniversaire : déjà 4 ans que je participe au projet Sup'Biotech.

Vanessa-Proux.JPGRemontons quelques années en arrière quand j'étais une jeune docteur en biochimie recherchant désespérément un poste dans la Recherche Publique comme des milliers d'autres docteurs fraîchement diplômés.
J'ai décidé de chercher ailleurs, parce que je voulais poser mes valises, démarrer une expérience professionnelle avec des objectifs à la clé, que je pouvais atteindre sans dépasser une date limite de consommation : la fin d'un CDD ! J'avais compris que faire une thèse m'avait permis d'acquérir des compétences transversales qui pouvaient me donner accès à d'autres métiers que celui du « Professeur Tournesol ». J'avais commencé à imaginer quelques postes possible dans « le privé », dans les entreprises exploitant les sciences du vivant : chef de projet R&D, attachée de recherche clinique, ingénieur technico-commercial ou encore chargée de mission. Je n'avais pas du tout pensé à un poste de direction des études dans une formation d'ingénieurs, pourtant aujourd'hui, je suis à 100 % dans mon élément.

En février 2004, j'ai saisi l'opportunité que m'a donné la Direction Générale de Ionis Education Group de contribuer pleinement à un projet pédagogique innovant : Sup'Biotech. Trois principales raisons ont guidé mon choix :

  • Pendant mes années dans la recherche, j'avais enseigné et encadré des stagiaires et j'en gardais de très bons souvenirs. Je me sentais bien dans cet environnement éducatif.
  • J'ai souffert parfois d'avoir suivi un cursus universitaire trop éloigné de la réalité du monde de l'entreprise. J'étais donc convaincue de l'intérêt des cursus d'études supérieures en totale adéquation avec les attentes des entreprises.
  • Je restais en relation avec mon domaine initial de formation : la biologie et j'avais en plus l'occasion de valoriser les Biotechnologies traditionnelles (fermentations dans l'agro-alimentaire, traitements biologiques des eaux usées...) et les Biotechnologies modernes (alicaments, protéines recombinantes, nouveaux vaccins...) en montant une école d'ingénierie originale.

C'est donc sans regrets que j'ai quitté le monde de la Recherche pour intégrer celui de l'Enseignement Supérieur. D'ailleurs, quand je fais le point 4 ans après, je trouve que le statut et les conditions de travail des chercheurs n'ont que très peu évolué, malgré des mobilisations générales comme le mouvement de Bertrand Monthubert « Sauvons la Recherche ». Parmi les docteurs de ma promotion, il y en a encore trop qui sont en situation précaire.

A travers ce blog, je souhaite apporter des témoignages concrets sur le développement de Sup'Biotech, laisser des traces écrites de cette aventure et partager avec les lecteurs les moments forts que je vais encore vivre jusqu'en septembre 2009, date de la sortie de la première promotion diplômée de Sup'Biotech. J'en profite pour remercier les promotions étudiantes pionnières de l'école d'avoir relevé le challenge Sup'Biotech qui sera une véritable valeur ajoutée devant les recruteurs. Je remercie aussi l'équipe administrative et pédagogique de soutenir au quotidien le projet Sup'Biotech. Une touche optimiste pour finir : l'année 2007 s'est terminée en mettant sur le devant de la scène financière les Biotechnologies françaises qui ont absorbé plus d'un tiers des investissement (Article du 9 janvier 2008 dans les Echos ) et l'année 2008 commence bien avec le Rapport Attali qui place les Biotechnologies au rang de priorité nationale.

A bientôt pour le prochain épisode.

Vanessa Proux

Archives

Abonnez-vous


Etablissement d'enseignement supérieur privé - Inscription Rectorat Créteil 0942193Y - Cette école est membre de IONIS Education Group comme :